Sud Éduc’

Sud Education Bourgogne s’est constitué en janvier 2011. Nous syndiquons dans 3 départements : la Saône-et-Loire, la Nièvre, la Côte-d’Or (il y a un syndicat départemental autonome dans l’Yonne).

Un autre syndicalisme
Indépendant de tous les pouvoirs, SUD éducation lutte contre toutes les attaques d’où qu’elles viennent. Nous portons en toute autonomie nos revendications pour les personnels et le service public. Membres de l’Union syndicale Solidaires, nous voulons l’unité et la convergence des luttes. Pour nous le syndicalisme c’est rassembler les personnels, construire la démocratie à la base et l’autogestion dans la vie du syndicat.

Une autre école, une autre société
Nos conditions de travail se dégradent. Notre charge de travail augmente. La précarité se développe. Les pressions hiérarchiques se multiplient. Les inégalités se creusent dans la société et à l’école : entre les territoires, les élèves, les personnels. Pour nous l’école n’est pas une entreprise, l’éducation n’est pas une marchandise. C’est pourquoi SUD éducation lutte contre le libéralisme, contre toutes les discriminations, contre toutes les inégalités. Nous défendons l’autogestion et les pédagogies alternatives. Pour une autre société, une autre école : publique, gratuite, laïque, égalitaire et émancipatrice.

Une autre voix face à la hiérarchie
Dans les établissements, dans les écoles, dans les commissions et dans la rue, SUD éducation est toujours sur le terrain pour défendre et accompagner tous les personnels, statutaires ou précaires, de la maternelle à l’université, syndiqués ou non. Militer à SUD éducation, c’est faire entendre une voix sans complaisance dans les CAP, les CT, les CCP ; sans connivence avec la hiérarchie. SUD éducation ne (se) laisse pas faire, nous ne sommes pas un syndicat de cogestion mais un syndicat de lutte.

  • Dressons le bilan de terrain de Parcoursup

    Les résultats de « Parcours sup » sont tombés ce mardi 22 mai : comme prévu, cette usine à gaz, qui a pour objectifs le tri social et la compétition généralisée chers au président des riches, est un fiasco.
    Une première manifestation devant le rectorat de Dijon a eu lieu le 23 mai dernier. Une nouvelle action est prévue le 30 mai.