Réflexion

  • Nous continuerons à marcher rue de la Treille

    Quinze jours après son camp d’été proche d’Avallon, le « bastion social » ouvrait son local à Clermont-Ferrand le samedi 14 juillet. Ce groupe fasciste n’a pas tardé à attaquer physiquement celles et ceux qui militent contre l’extrême droite.

  • Les femmes au service du sportif, par Frederic Baillette

    Le texte qui suit est tiré de l’ouvrage sorti en 1999 « Sport & Virilisme ». Il est certes très ancré dans le contexte de l’époque (d’après Coupe du Monde de 1998) ; il viendra je l’espère donner quelques billes sur les enjeux en cours pour 2018 et inciter à une réactualisation de la critique…

  • Le chant des meutes - Foot à cagoule

    En cette période de coupe du monde, plongée dans les mondes du football. Du foot business au foot des luttes en passant par le foot des rues.

  • Livret scolaire numérique, le flicage de vos enfants

    Pendant que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, pontifie sur le retour de la dictée à l’École, le flicage des enfants s’intensifie. Le livret scolaire sera dématérialisé et les données centralisées au niveau national. Ce fichier pourra être mis à la disposition des maires, de la justice, du Préfet.

  • Redoine Faïd, itinéraire d’un braqueur inspiré

    Redoine Faïd, braqueur à répétition et amateur de cavales, vient de s’évader par hélicoptère de la prison de Réau, ce dimanche à 11h20. Retour sur une existence affranchie et inspirée des meilleurs films de gangster.

  • Tout le monde déteste la précarité

    Être précaire, c’est d’abord la situation de toute personne dont l’emploi est instable, bassement rémunéré, suspendu aux fluctuations capricieuses des marchés économiques. Mais nous dirions que c’est aussi beaucoup plus que ça. La précarité est un style de vie qu’on prétend nous imposer : la vie périlleuse.

  • Bastion Social : réplique du GUD ou nouvel horizon de l’extrême droite ?

    En 2011 à Lyon, Steven Bissuel réanimait un des mouvements d’extrême droite les plus connus en France : le Groupe Union Défense (GUD). Reconnaissable à son rat conduisant un bateau (pour leur QG Lyonnais « Le Pavillon Noir ») ou à la Croix Celtique, ce mouvement ouvertement nationaliste et fasciste n’a cessé de grossir durant 6 ans.

  • Linky n’est pas un ami

    35 millions de compteurs Linky sont censés être installés en France d’ici à 2021. Présenté par Enedis, filiale d’EDF, comme outil de la transition écologique, Linky suscite méfiance et révolte. Des méthodes peu scrupuleuses des installateurs à la question des données personnelles en passant par les risques éventuels pour la santé et un détour en Allemagne et en Autriche, Reporterre a mené l’enquête.

  • S’attacher à la zad : de quel patrimoine pourrions-nous parler ?

    Il y a une dizaine de jours, le Comité de soutien à la ZAD DéfendreHabiter réunissant architectes, paysagistes, urbanistes et anthropologues écrivait publiquement à la ministre de la culture et à l’Unesco pour soumettre l’inscription des 1650 hectares de Notre-Dame-des-Landes au patrimoine mondial de l’humanité.

  • Mais enfin, faut pas vous énerver ! L’agriculture est entre de bonnes mains

    C’est vrai ça, pourquoi nous énerver ? En ce beau samedi de printemps, sous l’auspice du consensus républicain, tout va bien. Le député LREM de la première circonscription de Côte d’Or, Didier Martin, introduit deux superbes tables rondes qui viennent nous réjouir, sur des thèmes sympas (Agriculture et environnement ; Circuit court) et un beau casting d’intervenants pour les honorer.

  • Manifestations : les syndicats de policiers n’ont pas leur place dans nos cortèges

    Lors de la manifestation de la fonction publique du 22 mai à Rennes, une poignée de flics syndiqués à Alliance se sont fait expliquer qu’ils n’étaient pas les bienvenus dans le cortège. Pour laver cet affront, 3 personnes ont été interpellées chez elles ce mercredi 30 mai, accusées d’outrage, de vol (de drapeau) et... d’entrave au droit de manifester.
    À Rennes comme à Dijon, les flics n’ont pas leur place dans nos manifestations.

  • On a tous des bonnes raisons de bloquer le bac

    Un seul centre réellement bloqué met en péril l’ensemble du déroulement du bac : bloquons partout !
    Chacun peut s’emparer de cette idée et la réaliser selon ses moyens et ses perspectives. Le bac est une mauvaise habitude, il est temps d’y mettre fin !

0 | 20