Après les flammes, le déluge ! Notre-Dame menacée d’engloutissement par l’ouragan Emmanuel !

Quand l’incendie de Notre-Dame sert les intérêts de l’État : au secours, la France, fille aînée de l’église, est de retour !

Mon père, vieux libre-penseur de 93 ans, vient de mourir. Pendant mon enfance, mon adolescence, je l’ai entendu pester contre les curés, les militaires et les chefs de tous poils. Il s’en prenait aussi, avec une rare virulence, aux édifices religieux qu’il proposait de démonter pierre par pierre. De tels propos lui vaudrait aujourd’hui le pilori en place publique.
Il n’aurait pas ri devant les flammes qui brûlent Notre-Dame le 15 avril. Il aurait haussé les épaules car même âgée de 850 ans, une cathédrale reste une cathédrale et si une charpente se remplace, une vie humaine perdue, jamais. Il se serait dit cela mon père, petit bonhomme de rien peu impressionné par l’ombre des clochers.
La France est couverte de monuments qui célèbrent les morts pour la patrie. Dans chaque bourg, hameau, village, ville, une chapelle, une église, une abbaye, une abbatiale, un couvent, une cathédrale. Comment échapper à la glorification de la guerre, des parents de Jésus-Christ quand l’architecture religieuse et martiale rappelle sans cesse aux français qu’ils sont chrétiens, patriotes, même sans le savoir ? Les cloches sonnent à Pâques, les marches militaires retentissent le 11 novembre. A Paris, le deuxième monument visité après Notre-Dame est le Sacré-cœur. Qui se souvient que ce dernier a été érigé sur les cadavres de la Commune, à la gloire des Versaillais ? Un habitant facétieux de Montmartre a même proposé de démolir ce symbole de l’union sanglante du sabre et du goupillon lors d’une grande fête populaire. Curieusement la mairie du 18e n’a pas donné suite.
Depuis l’incendie du 15, on dit tout et surtout n’importe quoi. Le retour du refoulé religieux ? Première déclaration de Macron « J’ai une pensée pour les catholiques... » (les « français » ont été cités en deuxième position, juste avant les parisiens qui pleurent leur cathédrale), suivi de peu par l’épiscopat et Stéphane Bern. Gros plans sur des catholiques agenouillés, des évêques blafards, des journalistes affolés qui tiennent l’antenne coûte que coûte et courent en tous sens comme des poulets sans tête, des badauds sidérés par la saison 1 de ce qui s’annonce comme la série du siècle. Libération très inspiré comme toujours titre « Notre Drame » repris par la presse du monde entier. Il est déjà question « d’union nationale ». Pas de politique. Juste une communion des âmes. Même Mélenchon est touché par la grâce. Les milliardaires lancent le loto et les enchères montent.
Mon père se retourne dans sa tombe fraîchement creusée.
Je ne me réjouis pas de l’incendie qui a ravagé Notre-Dame. Je revendique moi aussi le droit de hausser les épaules. Les leçons de morale déversées dans la presse nationale écœurent tant elles sont piètres et suffisantes . Chaque bateau qui finit sa course au fond de la Méditerranée me bouleverse davantage qu’une cathédrale en feu, n’en déplaise à tous ceux qui écriront que l’on ne peut comparer ce qui n’est pas comparable et taxeront d’imbécile celui qui se risquera à le faire.
Notre-Dame sera reconstruite. Macron se présentera une 2e fois aux élections présidentielles et sera élu. Les jeux olympiques se tiendront à Paris en 2024. Les pauvres auront tous la gueule de Quasimodo et Esmeralda sera pourchassée par la BAC. La couronne d’épines de Saint-Louis (couvre-chef tendance en 2019 rappellent Biba et Vanity Fair), sauvée de justesse par les pompiers au péril de leur vie, protègera sûrement du pire. 1905 aura du plomb dans l’aile et de nouveau beaucoup d’entre nous apprendront à leur dépens que l’on ne peut pas rire de tout. Et surtout pas de l’antique général Georgelin, sorti de la naphtaline de la retraite et adoubé par le chef de l’état, pour présider aux travaux de reconstruction.

Mort aux vaches, rien que pour toi papa !



Proposer un complément d'info

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Articles de la même thématique : Anticléricalisme