Errance Urbaine #3 - Août Septembre 2018

L’actualité vue par les rues de Dijon ces dernières semaines. Au programme ce mois-ci, une société secrète, un empalement de commissaire, et un promoteur assez amer.

Valse des squat d’exilés

JPEG - 1002.2 ko

En juillet, nous vous relations dans cette même chronique l’évacuation du squat XXL et ses suites [1] [2].

Le 19 août dernier, un nouveau batiment a été réquisitionné pour permettre aux réfugiés qui campent aux Tanneries d’avoir un toit pour l’automne et l’hiver.

JPEG - 1 Mo
JPEG - 986.4 ko
JPEG - 62.2 ko
Nouvelle occupation pour les exilé-es [en vidéo]

En cas de non respect de la procédure par les pouvoirs publics et d’expulsion forcée, rassemblement devant la prédecture le soir même à 18h suivi d’une Assemblée Générale place Wilson.

12 novembre

Malheureusement, la Préfecture en a décidé autrement en faisant illégalement procéder, 10 jours plus tard, à l’expulsion de ce batiment qui était pourtant inoccupé depuis plusieurs années. Les ancien·nes habitant·es du XXL et de Stalingrad campent donc à nouveau aux Tanneries.

Expulsion du squat de Stalingrad

DIJ-HONTE, 85 personnes de plus à la rue Passage en force de la préfecture, le squat de Stalingrad a été expulsé cette après-midi du 28 août.

12 novembre
Les migrants expulsés de Stalingrad portent plainte contre le procureur et le préfet

Vendredi 5 octobre, une plainte collective a été déposée contre Éric Mathais - procureur de la république - et Bernard Schmeltz - Préfet de région - pour violation de domicile, suite à l’expulsion illégale du squat de Stalingrad.

12 novembre

Nouvelles de dernières minutes, plus réjouissantes :

[Fil info] Ouverture d’une maison à Chenôve pour les migrant·es

50 personnes migrantes qui étaient à la rue depuis les expulsions successives de XXL et de Stalingrad ont élu domicile Boulevard Bazin à Chenôve. Elles ont besoin de soutien. Suivez le fil d’info.

12 novembre

Une confrérie qui ne manque pas de Ressources

JPEG - 95.3 ko

On vous en parlait aussi en juillet, les salarié·es de l’association Ressources sont en lutte depuis plusieurs semaines pour la préservation de leurs emplois, alors que l’association pour laquelle ils travaillent est menacée d’être placée en liquidation judiciaire.
Le samedi 8 septembre marquait leur rentrée militante avec une improbable manif en voiture jusqu’à Nuits-Saint-Georges, pendant laquelle les domiciles des administrateurs de l’association, et un local appartenant à une des administratrices ont été redécorés. Suite à ce collage d’autocollants d’une violence inouïe, Didier Proriol a démissionné de son poste de président de l’association, se disant victime de vandalisme.

[Vidéo] Opération Escargots : « Ressources » demande des comptes à ses administrateurs

En lutte depuis le 30 juillet contre la liquidation de l’association, les salarié·es de Ressources sont allé·es rendre une petite visite à ceux qui s’en sont mis plein les poches : Armelle Carrasco et Didier Proriol... Sur la route pour Nuits-Saint-Georges, ils en ont profité pour bloquer la route des vignes !

19 septembre

En réalité la situation commence à vraiment sentir le roussi pour les deux ex-dirigeants Didier Proriol et Armelle Carrasco. Le duo est en effet soupçonné de multiples détournements de fonds : 100 000€ de subventions régionales pour rénover des chambres d’hôtes appartenant à Armelle Carrasco, 5500€ pour rénover le domicile d’Armelle Carrasco, sans compter les 100 000€ de subventions reçus pour des formations qui ne se sont jamais déroulées, ou encore le fait d’avoir employé un trésorier condamné en 2012 à 15 ans d’interdiction d’exercer.
Dernières révélations de cette rocambolesque affaire : le Bien Public nous apprenait dans son édition du 12 septembre que le fisc soupçonne les ex-dirigeants de l’association d’avoir détourné des subventions de l’association au profit du Cercle des Parfaits, une confrérie "visant à faire rayonner le savoir-faire bourguignon à l’international".

JPEG - 59.4 ko
« Fondé par Armelle Carrasco (à gauche) et Didier Proriol (à droite), le Cercle des Parfaits est une confrérie visant à faire rayonner le savoir-faire bourguignon à l’international. Le fisc pointe du doigt plusieurs anomalies dans le financement de ce cercle privé. »

"Le moment est solennel. Samedi 26 novembre 2016, dans un luxueux salon du Sofitel Jumeirah Beach Residence de Dubaï, aux Émirats arabes unis, Didier Proriol et Armelle Carrasco, grands maîtres fondateurs de la confrérie nuitonne du Cercle des Parfaits, intronisent quatre nouveaux Parfaits (des membres) autour d’un verre de santenay 1962 et de charmes-chambertin 1964, offerts par Bernard Hudelot, propriétaire du château de Villars-Fontaine."
Voyages à Dubaï, Marrakech, Megève (7776€ uniquement pour les trajets à Dubaï), 883€ de médailles (achetées 40€ pièce et revendue 400€ aux membres de la confrérie), 3347€ d’activités oenotouristiques, 1561€ de frais concernants le véhicule personnel d’Armelle Carrasco, les détournements des fonds de l’association au profit du Cercle s’élèveraient à un total de 13 568€.


Antifascisme

JPEG - 56.2 ko

Le 5 juin 2013, à Paris, Clément Méric, syndicaliste à Solidaires étudiant-e-s et militant antifasciste, mourait sous les coups de skinheads néo-nazis.
Du 4 au 14 septembre se tenait le procès des agresseurs de Clément et de ses camarades présents à ses côtés ce jour. La Cour d’Assises de Paris a rendu son verdict le vendredi 14, en condamnant les deux aggresseurs de Clément à 7 et 11 ans de prison ferme.

« Pour nous c’est une responsabilité morale collective. Ceci étant, l’incarcération ce n’est jamais une victoire. Nous considérons que ce qui importe aujourd’hui c’est de continuer à lutter contre tout ce qui fait le terreau de l’extrême droite. C’est à dire les inégalités, le déficit d’éducation et le manque de solidarité. »
Agnès Méric, mère de Clément

[Paris] L’extrême-droite tue, faisons son procès

Du 4 au 14 septembre a lieu le procès des assassins de Clément Méric, 5 ans après sa mort. Ni oubli, ni pardon.

12 novembre

Fin du procès - Manifestation en hommage à Clément Méric

Manifestation antifasciste le vendredi 14 septembre, place de la République (18h30) à l’occasion du verdict du procès des meurtriers de Clément Méric.


Opération Firewall

JPEG - 27.5 ko

Début août à Rio de Janeiro, 23 personnes ont été condamnées à des peines allant de 5 à 13 ans de prison ferme dans le cadre de « l’Opération Firewall », accusées « d’avoir commis des actes violents, formé un attroupement non autorisé, causé de lourds dommages à la propriété, résisté, causé des blessures et détenu des engins incendiaires et explosifs » lors des émeutes en 2013 et des manifestations contre la Coupe du Monde en 2014.
Dans le cadre d’une campagne de soutien internationale aux 23 personnes condamnées, une banderole a été posée à proximité du quartier des Lentillères.

Rio de Janeiro (Brésil) : communiqué au sujet de la condamnation de 23 personnes pour les émeutes en 2013-2014

Ci-dessous un communiqué de la Bibliothèque anarchiste Kaos, qui a été traduit à partir de la traduction en espagnol de Vozcomoarma. Il revient sur les lourdes peines qui sont tombées le 17 juillet dernier sur 23 camarades (allant de 5 à 13 ans de taule), accusé-e-s d’avoir pris part aux émeutes en 2013 et 2014 à Rio de Janeiro. La rue avait répondu aux politiques de nettoyage social, de gentrification, de rénovation urbaine et autres mesures visant à renforcer le contrôle sur les pauvres et (...)

12 novembre
Rio de Janeiro : appel global pour solidarité et lutte en soutien aux 23 condamné.es pour les manifestations contre la Coupe du Monde au Brésil

Mardi 14 août 2018, jour international de soutien aux 23 activistes condamné.e.s à Rio de Janeiro, en défense du droit de manifestation, pour tous ceux et celles qui luttent.

12 novembre

The Silent Heroes

Le week-end du 8-9 septembre, les Tanneries accueillaient The Silent Heroes, festival de graff et musique.
Petite sélection, loin d’être exhaustive, des réalisations du week-end. Pour le reste allez voir sur place !

JPEG - 1020.6 ko
JPEG - 1003.6 ko
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1016.8 ko

G7 de Biarritz

JPEG - 1.1 Mo

Le prochain sommet du G7 aura lieu du 25 au 27 août 2019 à Biarritz. Dans un article du 16 juillet 2018, la République des Pyrénées nous apprend que "15 000 membres des forces de l’ordre, lesquels seront issus de tous les corps d’armes y compris la marine" seront déployés.
Auraient-ils du mal à avaler la pillule du dernier G20 ?

« La police d’Hambourg a tellement échoué à maintenir l’ordre qu’il lui faut maintenant réussir sa traque »

Un an après la contestation du G20 d’Hambourg, une traque européenne vient d’être lancée contre des personnes accusées d’avoir participé aux actions qui ont mis l’État allemand en échec. Un membre de la Legal Team du contre-sommet revient sur un an de répression et analyse la coordination de cette répression européene.

12 novembre

Hold-up

Le samedi 22 septembre, un "hold-up historique" était organisé par le mystérieux collectif "Il est temps". Au milieu du samedi shopping des passants, les participants ont parcouru le centre-ville de Dijon au gré de saynètes redonnant vie aux plus grandes heures de l’histoire populaire dijonnaise.

JPEG - 1015.5 ko
L’arrestation de l’anarchiste Monod en juin 1894
JPEG - 976.8 ko
Le lynchage et l’empalement du commissaire collabo Marsac, à la Libération
JPEG - 997.5 ko
La révolte des Lanturlus (les vignerons) en 1630
« Pas besoin de smartphone pour nous réapproprier notre histoire. » Le collectif « Il est temps » nous parle de son hold-up historique

Depuis quelques semaines, de sibyllins autocollants fleurissent sur les murs de la ville. On est allé demander au mystérieux collectif « Il est temps » de nous expliquer quel genre de hold-up se trame pour le samedi 22 septembre.

23 septembre

Urbanisme

JPEG - 72.3 ko
JPEG - 70.5 ko

On vous parlait déjà de la Carotterie dans notre édition précédente. Cette fois-ci s’en est bel et bien fini du 134 rue d’Auxonne, ancien surplus militaire qui a accueilli une cantine populaire du 31 décembre 2016 au 23 mai 2018.
N’oublions pas ces belles paroles de Cyrille de Crépy, promoteur du projet "Esprit Vil(le)", après l’expulsion de la Carotterie :

PNG - 14.5 ko

Miscellaneous

JPEG - 68.6 ko
JPEG - 39.5 ko
JPEG - 53 ko
JPEG - 41.4 ko
JPEG - 62.3 ko
JPEG - 53.8 ko
JPEG - 607.6 ko
JPEG - 432.5 ko

Et n’oubliez pas :

JPEG - 2.9 Mo

P.-S.

Errance Urbaine #2 - Juillet 2018

Vu dans les rues de Dijon en juillet

17 septembre
Errance Urbaine #1 - Juin 2018

Vu dans les rues de Dijon en juin

12 novembre