Grèves à la SNCF : le mouvement se renforce

Le mouvement de grève qui agite la SNCF depuis plusieurs semaine semble entrer dans une nouvelle phase, avec un regain de la mobilisation et l’élargissement du répertoire d’action.
À Dijon, les cheminots ont effectué ce dimanche une opération péage gratuit.

Après plusieures semaines à annoncer - comme pour le provoquer - un essoufflement du mouvement de grève des cheminots, la direction de la SNCF aura du mal à jouer sur ce registre en cette 18e journée de grève.

Les syndicats de cheminots (CGT-cheminots, Unsa-ferroviaire, SUD-rail et CFDT-cheminots) ont appelé ce lundi à une journée « sans trains et sans cheminots » et à voter pour ou contre la réforme ferroviaire. Leur pari de donner un nouveau souffle à la mobilisation semble réussit, puisque la participation à la grève est ce lundi de 27,58% selon la direction, contre 14,46% mercredi dernier. En Bourgogne-Franche-Comté la direction régionale annoncait dimanche que seul 1 TGV sur 3 et 1 Intercités sur 2 seraient en circulation. Pour les TER, seulement 1 train sur 7 sera assuré !

Photo Patrick Gherdoussi

Quant à la consultation, baptisée « vot’action », elle s’ouvre ce lundi à 10H00 et prendra fin le 21 mai à 10H00, quelques jours avant l’examen de la réforme au Sénat. Chacun des 147 000 salariés en activité est invité à dire s’il est « pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement » qui reste inflexible sur trois points : l’ouverture à la concurrence, la fin de l’embauche au statut et la transformation de la SNCF en société anonyme à capitaux publics. Cette consultation n’aura évidemment aucune valeur juridique, mais les syndicats y voient une nouvelle modalité d’action pour entrer en contact avec les cheminots.

« Grèves, blocages, sabotages »

Les cheminots ont par ailleurs élargi leur répertoire d’action à des actions de sabotage depuis ce dimanche. Après les actions coups de poing dans les gares parisiennes la semaine dernière, notamment à l’initiative de SUD Rail, la direction de la SNCF a évoqué dimanche « des menaces d’exactions et blocages de gares ». Ce lundi elle annonce avoir porté plainte plainte après une cinquantaine « d’exactions » et « d’actes de malveillance ».

« Il y a eu une cinquantaine d’exactions de niveau variable ce matin (lundi). Ça va du passage à niveau en dérangement aux clefs du local perdu, et bien sûr la coupure d’alimentation électrique à Marseille et le sectionnement d’une caténaire en Normandie » expliquait un porte-parole à l’AFP.

« A chaque fois qu’il y a une exaction, il y a systématiquement un dépôt de plainte », a-t-il ajouté. « A chaque incident, on fait faire un constat d’huissier. On a d’ailleurs des huissiers pré-alertés, au cas où. »

Les deux principaux coups d’éclat nocturnes sont le sectionnement « très propre » d’un câble de soutien d’une caténaire à Gaillon (Eure) sur la ligne Paris-Rouen, et à Marseille la rupture d’une caténaire avant le départ du premier TER de la journée, qui a entraîné la coupure du courant dans toute la gare Saint-Charles. Dans la cité phocéenne, la reprise du traffic a ensuite été perturbée par l’envahissement des voies par la manifestation des cheminots et de leurs soutiens.

Action péage gratuit à la gare de péage Dijon Sud
Photo CGT Cheminots

À Dijon, les cheminots ont effectué ce dimanche après-midi une opération péage gratuit à hauteur de la barrière de péage Dijon-Sud, à la sortie de l’A311. Les automobilistes, pour la plupart agréablement surpris par l’action, ont été nombreux à apporter leur soutien aux grévistes en participant à leur caisse de grève.


P.-S.

Photo de logo via Révolution Permanente