Journée d’hommage et de réflexion pour le 2ème anniversaire de la mort de Jérôme Laronze

Le samedi 20 mai 2017, Jérôme Laronze, éleveur à Trivy en Saône-et-Loire, a été tué par les gendarmes de Cluny. Pour le 2ème anniversaire de sa mort la famille de Jérôme et l’association Justice et Vérité pour Jérôme Laronze vous invitent à une journée d’hommage et de réflexion au « Quai de la gare » à Cluny.

19 mai 2019 au « Quai de la gare » à Cluny, la famille de Jérôme et l’association Justice et Vérité pour Jérôme Laronze vous invitent à une journée d’hommage et de réflexion pour le 2ème anniversaire de la mort de Jérôme Laronze

Un agriculteur de la Confédération Paysanne abattu par des gendarmes en Saône-et-Loire

Le samedi 20 mai, Jérôme Laronze, éleveur à Trivy en Saône-et-Loire, a été tué par les gendarmes de Cluny. Il était recherché depuis le 11 mai suite à un contrôle sanitaire particulièrement tendu, effectué avec la présence de nombreux gendarmes. Il aurait pris la fuite en – selon certains médias locaux – « fonçant sur les gendarmes ».

A lire sur Rebellyon.info
Programme :
  • 9h30 : Accueil café au Quai de la gare
  • 10h00 : Départ de la marche d’hommage (dans Cluny)
  • 11h30 : Intervention de la famille
    Moment musical (duo Tandem + saxo)

Repas partagé tiré du sac

  • 13h45 : Moment musical (duo Tandem + saxo)
  • 14h00 : Conférence débat : « Violences policières : l’action de la Ligue des droits de l’Homme pour le respect de l’Etat de droit » avec Patrick Canin, membre du bureau national de la LDH
  • 15h00 : Intermède
  • 15h15 à 17h30 : Conférence débat : « Élevage paysan et violences administratives ».
    Avec :
    Aude Vidal, coordinatrice du livre On achève bien les éleveurs
    Xavier Noulhianne, éleveur, auteur du Ménage des champs
    Paul Polis vétérinaire, président du GIE Zone verte
    Nicolas Girod paysan éleveur laitier dans le Jura

Les participant-e-s sont invité-e-s à apporter assiette et couverts, une chaise, voire une table pour être confortablement installé-e-s à l’extérieur s’il fait beau.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Violences policières

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

Fête de la musique aux jardins de l’avenue de Langres

Fête de la musique libre et pirate contre les violences policières Aux jardins libérés de l’avenue de Langres
Il y a un (...)

Les violences policières ne sont qu’une partie des problèmes suscités par l’existence de la police

À l’heure où des manifestations massives animent les États-Unis contre les violences policières racistes, résonne le slogan « abolish the police ». En France, les revendications autour de la police visent en général davantage l’arrêt de certaines pratiques policières (clé d’étranglement, plaquage ventral, contrôles au faciès, etc.) que l’abolition de l’institution policière elle-même. Acta.zone a sollicité Gwenola Ricordeau pour nous éclairer sur cette revendication et ses implications concrètes.

Articles de la même thématique : Crimes policiers

Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.

« Violences inter-quartiers », violences d’Etat : deux faces d’une même pièce

Communiqué du Comité Vérité et Justice 31.

Black Lives Matter : manifestation à Besançon samedi 13

Dans le cadre d’un appel national du comité pour Adama, des organisations et partis politiques, syndicats, associations, et habitants de quartiers appellent à une manifestation contre les violences policières et le racisme.