« La taule c’est la pression, nourrit l’instinct de révolution »

Quelques perspectives anti-carcérales après la rupture de la convention entre Genepi et DAP.

Le Genepi se débarrasse de l’administration pénitentiaire

Dans un article du Monde paru ce lundi 29 octobre, nous avons appris que le Genepi, une des rares associations intervenant en prison en France auprès de détenu.e.s, vient de se faire retirer sa convention de partenariat avec la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP), ainsi que l’enveloppe de 50 000€ / an qui accompagnait la convention. Cette convention permettait aux étudiant.e.s militant au Genepi d’intervenir en prison et d’y assurer des ateliers socio-culturels et de l’accompagnement scolaire et universitaire.

La décision prise par la DAP, en accord avec Nicole Belloubet, a été celle de punir le Genepi en représailles de sa communication et des actions, tel qu’une action « L’État enferme, la prison assassine », ou des communiqués de soutien aux révoltes de prisonniers comme à Seysses après la mort de Jawad, ainsi qu’à la Maison d’arrêt de Poitiers-Vivonne, et l’organisation d’événements politiquement marqués telles que les conférences sur « Féminisme et anti-carcéralisme » et « Antiracisme et anti-carcéralisme ». Que le Genepi passe pour une association « extrémiste », voilà déjà un signe du fascisme qui vient... Car en effet, si le Genepi s’est fait punir, c’est précisément, comme l’analyse L’Envolée, car il a décidé de ne plus jouer son rôle d’humaniste charitable qui lui avait été assigné au moment de sa création par Lionel Stoleru, sous le gouvernement de Giscard-d’Estaing. L’Envolée, dans un article paru dans leur numéro 49 de Juin 2018, intitulé « Il y a des circonstances où le silence est de plomb ! », dénonçant notamment le silence de l’OIP, écrivait : « On a vu des membres du Genepi prendre une position claire, allant jusqu’à déclarer publiquement que »la prison tue, la prison assassine« ... pourtant eux aussi reçoivent des subventions de l’État mais ils ont préféré dénoncer l’inacceptable, plutôt que de lécher la main qui les nourrit. »


Voir en ligne : l’article complet « La taule c’est la pression, nourrit l’instinct de révolution » - Quelques perspectives anti-carcérales après la rupture de la convention Genepi-DAP sur Paris-luttes.info


Articles de la même thématique : Prison - Enfermements

Lutte contre la maxi-prison de Haren (Bruxelles)

Entretien avec une militante, membre du Collectif de Lutte Anti-Carcérale (CLAC) à Bruxelles et active dans le combat contre la construction de la maxi-prison de Haren.

Meurtres et mensonges d’État : la police française a tué au moins 12 personnes durant le confinement

Durant ces 2 mois de confinement, si un certain nombre de violences policières ont pu être dénoncées grâce aux images et aux révoltes dans les quartiers populaires et mises en lumière dans les médias, les morts liées aux interventions de la police sont restées dans l’angle mort. Malgré un article publié le 20 avril sur cette situation, largement relayé et suivi de tribune, aucun média national n’a titré sur ces morts. À la fin de ce confinement, ce sont 12 personnes qui sont mortes à cause de la police. À ce rythme, personne ne peut continuer à parler de bavures isolées. Ils s’agit de meurtres systémiques validés par l’État français. Le site Rebellyon.info a publié un recensement de ces violences commises par la police pendant le confinement.

Du confinement à l’enfermement administratif

Quelques notes à propos de la quarantaine comme mode de gestion de la pandémie