Manif de masse(s) : Bal masqué contre le Mur de la Plaine

Appel aux masses contre le Mur de la Honte et le chantier de la Plaine.
Déambulation festive offensive et masquée au départ de la sinistre Mairie de Marseille, Vieux Port, samedi 24 novembre, 16h.

On en rêvait, le quartier l’a fait, la Soleam l’a tué

Déjà plus d’un mois. Plus d’un mois que les camions de la Soleam, protégés par des lignes de CRS, ont débarqué sur la plus grande place de Marseille, la Plaine. Plus d’un mois, le 11 octobre dernier, que Gérard Chenoz (adjoint au maire et président de la Soleam) et ses amis bétonneurs tentent d’en finir avec la contestation d’un quartier, opposé à leur projet dit « de requalification ». Sans concertation, ce projet indigne, démesuré et ne répondant en rien aux priorités des habitant-e-s maintes fois exprimées, n’a jamais eu d’autre objectif que d’accélérer la gentrification du quartier... C’est-à-dire effacer les plus pauvres et laisser place aux populations aisées en faisant exploser le prix du mètre carré, remplacer ses commerces à bas prix par de grandes enseignes, et son marché populaire par des étals à touristes. Une véritable « montée en gamme » pour anéantir le « vivant ».

Gentrification partout ! Soleam Dégage !

La mairie a tablé sur la lassitude des uns et la résignation des autres... une stratégie d’abandon de la place et de l’usure des habitants. Elle a tant vanté les charmes du quartier exotique auprès des investisseurs et des touristes friqués, que dans les maquettes des promoteurs, les quadras branchés du Marseille connecté et apaisé annonçaient déjà le monde radieux. Et puis, plus rien. La contestation a révélé dans toute son horreur le visage municipal : brutal, violent, autoritaire et méprisant.

Plus d’un mois donc. De matraquages, d’arrestations, de procès, d’intimidations, et une volonté unique : faire table rase. Créer la sidération par la violence, avec ses rangées de CRS mobilisés à chaque journée d’opération. Empêcher tout retour en arrière par la coupe mortifère de 40 des 115 arbres de la place, la destruction des grilles et des espaces de vie, les blocs de béton et la fermeture complète des accès à la place. Sans aucune information pour les des habitant-e-s et commerçant-e-s.

Depuis un mois, pourtant, l’arrogance de l’élite politique marseillaise bute sur le quartier, son inventivité. La colère s’est ancrée : les palissades ont volé, d’autres ont brûlé, le mistral s’est mis à déplacé les blocs de béton, entre-temps recouverts de messages et de peintures aux couleurs du quartier. La créativité a repris ses droits : libéré de ses grillages, le cœur de la place s’est converti en espace de discussion et d’assemblée permanente, avec toujours plus de nouveaux venus, comme lors de la grande manifestation populaire du samedi 20 octobre. Réunissant plusieurs milliers de personnes, elle s’est conclue par la construction du Gourbi n°8, structure offerte par la Zad de Notre Dame des Landes, et détruite sous haute protection policière quelques jours plus tard.

Lire la suite sur MIA, site d’infos du Réseau Mutu pour Marseille et alentours



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

No Tav : un été de lutte contre le TGV Lyon-Turin

Même si on en parle encore peu côté français, la lutte contre le projet de TGV Lyon-Turin a repris de plus belle depuis début juillet ! Alors que les habitant·es du Val Susa se battent depuis une vingtaine d’année contre la destruction de leur vallée, la lutte vient d’entrer dans une nouvelle phase.
À partir de différents extraits d’articles, voici un petit retour sur la situation de ce dernier mois.

Concerts de soutien aux jardins de l’Engrenage

La solidarité potagère est en marche ! Samedi 1er et dimanche 2 août au soir, le collectif Mammouth organise des concert de soutien aux jardins de l’Engrenage. Ceux-ci se dérouleront à la Grange rose du quartier libre des Lentillères.

Il y a 8 ans la municipalité saccageait les Lentillères pour empêcher l’installation d’une ferme

Vendredi 24 juillet, une quinzaine d’agents municipaux se sont rendus de bon matin sur les jardins occupés de l’Engrenage pour tenter de les saccager à coup de pelleteuse. Une intervention qui n’est pas sans en rappeler une autre, 8 ans plus tôt...

Articles de la même thématique : Gentrification

Victoire à Roybon, communiqué des opposant.es

Ça y est, Pierre & Vacances a jeté l’éponge ! Mais l’histoire ne s’arrête pas là : que vont-ils faire du terrain maintenant ? Que deviennent leurs autres projets en France et ailleurs ?
Communiqué de la Coordination Center Parcs : Ni Ici Ni Ailleurs à propos de l’abandon du projet de Center Parcs à Roybon (38).

On Dijon : la smart city contre ses habitants

Dijonnais, Dijonnaises, habitants des métropoles françaises, on vous promet pour bientôt une ville intelligente, futuriste, moderne, inclusive, disruptive même !

À celui qui verdira le plus vite

Soudain, à une semaine du 1er tour des élections municipales, les espaces verts annoncent leur intervention : réaménagement et plantation...