Putride patrie : sur le Service National Universel

Pas à pas, le Service National Universel (SNU) se dévoile et se révèle être un véritable service militaire. Les annonces de ce mercredi 16 janvier du perfide Gabriel Attal, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse, ne font que le confirmer.

« L’État ne poursuit jamais qu’un but : limiter, enchaîner, assujettir l’individu, le subordonner à une généralité quelconque. »
Max Stirner

Le SNU, fer de lance des nombreuses promesses du candidat Macron, soutenu dans cette initiative par tout un troupeau d’opportunistes (du sieur Dupont-Aignan à l’oracle Mélenchon), devra résorber le cloisonnement social entre les jeunes et être « un chemin d’émancipation des jeunes » [1].

Nous savions déjà :

  • qu’il se reposerait sur deux phases, l’une obligatoire, l’autre non.
  • qu’il serait coercitif (sans le tampon apposé pas de baccalauréat, pas de permis de conduire…).
  • que sa vocation première est « citoyenne », mais que l’armée jouera un « grand rôle » [2].
  • qu’il œuvrera à promouvoir un temps de cohésion et de vie collective (pas réellement la version « Nos jours heureux »).

Nous savions aussi, qu’il serait le firmament de la mixité sociale.

Nous savions aussi, qu’il serait « construit avec les jeunes et pour les jeunes » [3] .

Nous savions aussi, que quatorze organisations de jeunesse – hautement révolutionnaires à l’image de la FAGE – se prononçaient contre dès juin dernier [4].

Nous savions aussi, que la phase 2 (phase dite « volontaire ») laissait craindre le recours à une main d’œuvre bon marché dans divers secteurs (notamment à l’aide du Service Civique) pour tenter de maintenir un chiffre « bas » du chômage des jeunes.

Guitoune pour tous, tous pour guitoune.

Depuis ce 16 janvier, nous y voyons donc plus sombres.

Ce cher Gabriel Attal, le secrétaire d’État chargé de la Jeunesse, confirme une phase 1 en deux temps. Le premier se déroulant à l’aide de 14 nuits en hébergements collectifs, encadrés par encore on ne sait pas trop qui mais au minimum des militaires, et le second en mode « externat » pendant 15 jours. Une phase 1 obligatoire confirmée d’un mois !

Il annonce aussi que les jeunes ne seront pas accueillis dans leur département d’origine. Néanmoins rien n’est indiqué sur le déplacement.

Il indique que les jeunes seront regroupés en unité de vie de dix personnes, à l’aide de « conseils de maisonnées » [5] devant notamment servir à régler l’organisation du ménage et de la cuisine. Il est important d’ajouter que la jeunesse dormira soit au sein des internats de la macabre Éducation Nationale, ou au sein de bâtiments dépendant de la sacro-sainte Armée. Du fun comme perspective à ne pas en douter.

Mais ce n’est pas tout, regardons le début de programme annoncé et pas encore entièrement finalisé.

Si notre attention est retenue par des formations aux réactions à avoir en cas d’attentat (développer la psychose pour s’oublier) ou bien aux valeurs de la république, de là à parler d’endoctrinement, il n’y a qu’un pas. Le pire ? C’est qu’il y a pire.

En effet, dès leur arrivée, chaque jeune recevra un trousseau contenant un uniforme [6]. Chaque matin, le jeune sera levé à 7h et participera de 8h à 8h30 à la levée du drapeau et devra s’égosiller sur la Marseillaise. À la fin du moment intense de vie collective qui s’annonce, « une cérémonie républicaine présidée par le préfet ». Est-ce un service militaire ? Bien évidemment que non, halte à la provocation.

Enfin, ce cher Gabriel indique que 13 départements vont servir de test avec les premièr·es « appelé·es » dès ce mois de juin 2019. La région Bourgogne – Franche-Comté n’échappe pas à cette phase test car la Haute-Saône fera partie du processus d’expérimentation. Avant de conclure ajoutons que pour le moment le recensement des jeunes va être produit par les services des préfectures et que les premiers jeunes seront des volontaires (avec un objectif de 200 par département test), on peut donc douter de l’utopie de mixité. Surtout qu’est-ce qu’il se passera si les départements ne trouvent pas 200 volontaires ?

Feu aux guitounes.

« Celui qui commande se déprave, celui qui obéit se rapetisse. »
Elisée Reclus


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Nationalisme, patriotisme

Les « loups gris » attaquent l’association kurde de Lyon et blessent gravement 4 personnes

Nous sommes profondément indignés d’apprendre qu’une vingtaine de « loups gris » à la solde de l’islamo-fasciste turc Erdogan ont attaqué aujourd’hui, samedi 3 avril, l’association kurde de Lyon membre de notre réseau. Les loups gris vêtus de cagoules, ainsi que de battes de baseball et d’armes blanches, ont attaqué avec la plus grande violence notre association de Lyon et passé à tabac ses membres. 4 kurdes se trouvant dans les locaux de l’association ont été blessés jusqu’au sang par les dangereux nervis d’Erdogan.

Agression fasciste : que sait-on des agresseurs ?

Dimanche 31 janvier, des manifestant·es pour la PMA ont été violemment attaquées par une quinzaine d’individus masqués. Que nous apprennent les images de la manifestation sur le déroulement des faits, l’identité des agresseurs, et leurs liens avec la manifestation « Marchons Enfants » ?

Articles de la même thématique : Institutions

Parc Baudin-Mirande, mensonges du maire de Dijon

Lors du conseil de Dijon Métropole le 17 décembre 2020, François Rebsamen a menti délibérément aux élus sur le prix demandé par l’État pour la Maison du Colonel et le parc attenant. Ceci afin de laisser la main au promoteur immobilier.

Départ de Bernard Schmeltz : il était temps !

La nouvelle est tombée ce mercredi à la sortie du conseil des ministres : le préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté et de la Côte-d’Or Bernard Schmeltz quittera ses fonctions le 24 août prochain. L’heure est venue de faire le bilan de ses deux ans et demi de mandat pendant lesquels le futur ex-préfet a fait l’unanimité contre lui.

Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.