Squat sur le Rhône : Une occupation contre les prisons

La traditionnelle course de radeau genevoise se termine par une occupation

Samedi 25 août, à 14h, une flotte délirante de bois et de bidons s’élançait de la rampe du Pont Sous-Terre à Genève à l’occasion de la 20e course de radeaux (lire l’article à ce sujet). Sous un crachin pré-automnal, une vingtaine de radeaux, dont deux mastodontes, ont vogué sur les méandres du Rhône jusqu’à la plage de la Verseuse . Si cette descente a été marquée par des anecdotes pitoresques, c’est après l’arrivée que les choses sérieuses se sont déroulées avec l’occupation de Porteous, un ancien bâtiment de la station d’épuration.

Sous le coup de 18h30, en cortège, les pirates de ce samedi se sont rendus jusqu’à Porteous, un imposant bâtiment de béton qui surplombe le fleuve (d’où son surnon de « plongeoir »), à 250 mètres du point d’arrivée de la course de radeaux. Le bâtiment a alors été ouvert et investi par une cinquantaine de personnes dans le but de faire vivre cet espace en tant que lieu collectif d’activités. Une banderole affirmant « Nous construisons un monde sans prison » a été déployée sur la façade et deux des radeaux sont venus en soutien logistique.


Voir en ligne : Squat sur le Rhône : Une occupation contre les prisons - Renversé