Stabilité chronique

en traverse de la fugue
par-delà les refuges
au travers de mes singes
je songe

Enfin la joie !

Non plus l’euphorie grimaçante
des affections grinçantes ;
Mais bien une inertielle
sérénité partielle.

Fort bien mais laquelle ?
Affinons donc nos gaietés,
distinguons une myriade
de façons d’éprouver

Tout ceci cependant
reste encore si fragile
La menace de rechute
La tension qui recrute
Marque du sceau du doute
ce qui reste de la route.

Malgré sérénité
Tout juste découverte
Frustration non conviée
Peut faire perdre l’entête

Celui que de chercher
Par delà rassurer
à ne plus fuir le vide
Mais bien à l’accepter

Plutôt qu’angoisses cribler
Par rugir, quémander
au monde entier d’un « CRIBLE ! »
Parties d’nous effacer.

Prenons plutôt celles-ci
Pour nos plus proches alliées
D’un langage singulier
Nous incitent à la vie


P.-S.

Chronique à parution variable.
Pour retrouver tous les textes, ça se passe ici.