Une nouvelle offensive étatique contre les squats ?

Après la loi ALUR en 2014 et le dispositif PINEL en 2015, voilà maintenant la grande loi sur le logement du quinquennat dite « ELAN », actuellement en cours de vote au Parlement.

Durant les débats sur les amendements, Julien Aubert - député Les Républicains - a pris position pour renforcer l’appareil judiciaire à l’encontre des logements squattés.

On a l’habitude maintenant : il a pris deux faits divers liés à la problématique, il a rajouté du trafic de drogue, des bandes organisées, des petits propriétaires floués et il a ouvert les hostilités.

La manoeuvre était tellement caricaturale qu’il s’est fait recaler sur la forme mais maintenant le débat est ouvert.

Pourquoi la France est-elle (relativement bien sûr) si tolérante au phénomène squat contrairement à ses voisins allemands et belges ?

Les mauvaises langues diront que la crise migratoire récente a complètement débordé l’Etat et que ce dernier a passé un deal « de fait » avec les squatteurs qui ont pris la relève à de nombreuses occasions. Les plus cyniques constateront la coïncidence de ce débat avec l’annonce toute récente d’un grand plan de nouveaux centres de rétentions pour les migrants.

Ouvrons des squats et crevons des taules.


P.-S.

A lire aussi : Occuper un bâtiment vacant ne doit pas devenir un délit pénal >> https://blogs.mediapart.fr/intersquat-paris/blog/090718/occuper-un-batiment-vacant-ne-doit-pas-devenir-un-delit-penal