[Besançon] Le parquet annonce l’impunité des néonazis


Doubs

Le 17 juillet dernier, le journaliste de radio BIP/média 25 Toufik-de-Planoise était victime d’une agression perpétrée en marge d’une mobilisation contre le pass sanitaire. L’auteur, un néonazi notoire, a été clairement identifié, et filmé dans ses basses œuvres. Alors que la profession a fait part de sa solidarité, une plainte a été déposée. Mais le 17 septembre dernier, le Procureur Étienne Manteau s’est répandu dans la presse que l’enquête patinait à cause de difficultés à « identifier les auteurs. » Une annonce invraisemblable, et qui frise plutôt avec une politique d’impunité.

Une énième attaque faf.

Le samedi 17 juillet 2021 à Besançon, une seconde manifestation contre le pass sanitaire est organisée [1]. Cette fois ce sont environ 2 000 à 2 500 participant·es qui déferlent dans le centre-ville, bien décidé·es à prendre symboliquement la Préfecture. Alors que la vague arrive vers 16h00 à quelques pas de l’administration visée, les quelques uniformes présents ne résistent pas et se voient rapidement submergés. Complètement terrassés, ils ne peuvent qu’arroser généreusement les assaillant·es de grenades lacrymogènes afin de reprendre le contrôle. Chaos, panique, et sauve-qui-peut.

Présents depuis le début de l’événement, trois reporters de radio BIP/média 25 couvrent alors l’ensemble de ce qui est devenu un champs de bataille. Un premier binôme reflue du cordon des forces de l’ordre, et s’enfonce dans un porche adjacent situé en face de la banque de France. Il ne s’en rend pas tout à fait compte, mais il capte alors une intrigue pour le moins détestable : un individu profite de la confusion générale, et, en coup-de-vent, prend à partie une jeune femme encore groggy par les gaz… il tente alors de lui arracher un drapeau, ciglé aux couleurs de la Fédération Anarchiste.

Échouant dans sa sale besogne, le bas du front préfère s’éclipser. C’est à ce moment là que Toufik-de-Planoise pénètre dans le corridor, afin de rejoindre ses collègues à l’intérieur. Le croisement se joue à quelques secondes, mais le nationaliste ne perd pas l’occasion de régler ses comptes avec un « antifa » : le reconnaissant, il lui assène un crochet du droit et le menace de mort. Loin d’être impressionné par la manœuvre, le journaliste ne se démonte pas. Au point que l’agresseur prenne ses jambes à son cou, ne stoppant sa course qu’une fois planqué derrière ses compères.

« Selon que vous soyez puissant ou misérable. »

Dans ce dossier, les éléments ne manquent pas. La scène, entièrement filmée, a vu ses bandes publiées dés le 19 juillet avec un communiqué de la Rédaction [2]. Une plainte complète a été déposée le mercredi suivant, alors que le SNJ-CGT et RSF ont fait part de leur indignation [3]. Toufik n’aura néanmoins, évidemment, pas le droit à la moindre réaction d’officines telles que l’Est répugnant ou la LICRA Franche-Comté [4]. Côté responsabilités, les choses sont assez simples… Le facho, bien connu du milieu, se nomme Olivier, et vit dans un paisible village près de Rioz en Haute-Saône [5].

Le 19 janvier 2019 place de la Révolution, celui-ci s’était déjà permis de promettre à Toufik-de-Planoise qu’il « l’enverrait au fond du Doubs ». Mais après deux mois d’investigations, le procureur de la République Étienne Manteaux s’est livré à une petite indiscrétion dans le cadre d’un article de France 3 Franche-Comté [6]. Le haut-fonctionnaire a estimé, sans blague ou ironie, qu’il n’a aucun élément permettant « d’identifier les auteurs ». Ce fan de karaté qui se la joue powers rangers jusque dans l’enceinte du tribunal [7] ne semble pas très inspiré quand il s’agit d’extrême-droite.

Pas davantage, bien sur, quand il faut se pencher sur les exactions policières, pour des violences visant à nouveau l’intéressé [8] ou commises sur un gilet jaune [9]. En revanche le Parquet est avisé et diligent lorsqu’il s’agit de poursuivre des membres de radio BIP/média 25, pour s’être défendu des coups d’un ivrogne [10]. « Selon que vous soyez puissant ou misérable les jugements de cour vous rendront blanc ou noir » écrivait Jean de la Fontaine en 1678. À l’instar de Dijon [11], flics et magistrats, sans surprise, assument épauler leurs supplétifs d’une main, et accabler leurs opposant·es de l’autre.



Notes

[1Radio BIP/média 25, article du 18 juillet 2021 : « Besançon : contre la gestion sanitaire, une marée humaine dans les rues » (https://radiobip.fr/site/blog/2021/07/18/besancon-contre-la-gestion-sanitaire-une-maree-humaine-dans-les-rues/)

[2Radio BIP/média 25, communiqué de la Rédaction du 19 juillet 2021 : « Communiqué : agression d’un reporter de Radio BIP/Média 25 » (https://radiobip.fr/site/blog/2021/07/19/communique-agression-dun-reporter-de-radio-bip-media-25/)

[3SNJ-CGT et RSF, communiqués des 25 et 28 juillet 2021 : « Journalistes agressés, liberté de l’information bafouée » (https://snjcgt.fr/2021/07/25/journalistes-agresses-%e2%80%a8liberte-de-linformation-bafouee/) et « Journalistes agressés et menacés lors des manifestations contre le passe sanitaire dans l’Union européenne : RSF appelle à protéger le droit d’informer » (https://rsf.org/fr/actualites/journalistes-agresses-et-menaces-lors-des-manifestations-contre-le-passe-sanitaire-dans-lunion)

[4Radio BIP/média 25, article du 25 février 2021 : « La LICRA de Besançon, une association très politique » (https://radiobip.fr/site/blog/2021/02/25/la-licra-de-besancon-une-association-tres-politique/)

[5Fafwatch Franche-Comté, article du 5 juin 2020 : « Fondremand, le solstice néo-nazi aura t’il lieu ? « (https://fafwatchfc.noblogs.org/post/2020/06/05/fondremand-le-solstice-neo-nazi-aura-til-lieu/)

[6France 3 Franche-Comté, article du 17 septembre 2021 : « Besançon, comment l’ultra-droite nationaliste réinvestit la capitale comtoise et le fait savoir » (https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/doubs/besancon/besancon-comment-l-ultra-droite-nationaliste-reinvestit-la-capitale-comtoise-et-le-fait-savoir-2251966.html)

[7Le Point, article du 21 décembre 2019 : « Besançon : en pleine audience, le procureur révèle ses talents de judoka » (https://www.lepoint.fr/faits-divers/besancon-en-pleine-audience-le-procureur-revele-ses-talents-de-judoka-21-12-2019-2354387_2627.php)

[8France 3 Franche-Comté, article du 13 janvier 2019 : « Besançon : Un correspondant local de presse veut porter plainte contre la police » (https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/doubs/besancon/besancon-correspondant-presse-veut-porter-plainte-contre-police-1606335.html)

[9France 3 Franche-Comté, article du 24 octobre 2019 : « Gilet jaune matraqué par un policier à Besançon : la plainte du jeune homme a été classée sans suite » (https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/doubs/besancon/gilet-jaune-matraque-policier-besancon-plainte-du-jeune-homme-ete-classee-suite-1740551.html)

[10Factuel.info, article du 7 mai 2021 : « Toufik de Planoise en appel : la version policière en question » (https://www.factuel.info/toufik-de-planoise-en-appel-la-version-policiere-en-question)

[11Dijoncter, article du 4 février 2021 : « Agression fasciste : que sait-on des agresseurs ? » (https://dijoncter.info/agression-fasciste-que-sait-on-des-agresseurs-2495)

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Justice

Soutien à Boris

Notre camarade Boris est incarcéré à la prison de Nancy Maxéville depuis septembre 2020 pour avoir brûlé une antennes relais 5G lors du premier confinement. Nous savons très bien depuis Foucault que le but du système carcéral ne sert pas seulement à « réprimer » et « punir », mais surtout à différencier, à trier, définir et nommer les « actes illégaux » [...] il participe lui-même de la domination sociale.

Articles de la même thématique : Fascisme

[Belfort] Grossière infiltration fasciste chez les manifestant·es anti-pass

Un élu d’opposition de Ronchamp (70), Christophe Devillers a pavané avec son écharpe tricolore et prit la parole à Belfort lors de la manifestation anti-pass du samedi 28 août. En plus du masque républicain, ce politicien néonazi ajoute sur son visage un masque de « simple citoyen », ce qui est un passe chez les anti-pass du nord Franche-Comté.