[Dijon] Les bibliothécaires mobilisé·es contre le pass sanitaire !



Ce vendredi 1er octobre, les bibliothécaires de Dijon ont répondu à l’appel de leurs collègues de Grenoble pour une mobilisation nationale de la profession contre le contrôle du pass sanitaire. Sur la page d’accueil du site des bibliothèques municipales dijonnaises [1], on pouvait lire que quatre bibliothèques (Centre-ville La Nef, Fontaine d’Ouche, Mansart et Port du Canal) ont modifié leurs horaires en raison de la grève de certain·es de leurs employé·es. La bibliothèque Champollion et la médiathèque François Mitterrand de Chenôve sont elles carrément fermées ce vendredi !

En lutte contre le pass sanitaire depuis le 24 août, certains agents de la ville de Grenoble ont courageusement débrayé pendant plus de vingt jours, dans un contexte où il est difficile de s’organiser collectivement contre cette mesure gouvernementale si bien acceptée par une grande part de la population. Iels écrivent [2] : « les bibliothèques sont des lieux accessibles à toutes et tous et gratuits, où les règles sanitaires sont respectées et où le système de jauge permettrait l’accès sans discrimination. C’est parce que les bibliothécaires sont viscéralement attaché.es à leurs missions de service public qu’elles s’opposent aux lois liberticides qui divisent la population et vont à l’encontre de l’intérêt général ».

Samedi dernier, un parent qui refusait de montrer son pass à l’entrée de la bibliothèque de Port du Canal avait dû rester à la porte et laisser sa fille de 4 ans choisir seule les livres qu’elle emporterait chez elle. Ouf, elle n’avait pas 12 ans : car aujourd’hui, c’est l’âge auquel les bibliothècaires vont devoir demander le pass. « Une obligation aussi mal vécue que la précédente, doublée d’une nouvelle contradiction : ne pouvant contrôler les cartes d’identité, les bibliothécaires seront contraints d’estimer l’âge des jeunes usagers », commente Actualitte.com [3].



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Pour les sages-femmes, maintenant assez joué : game ovaire !

Pour la 5e fois cette année, les sages-femmes de Côte-d’Or seront en grève ce vendredi. Le 7 octobre, les sages-femmes étaient plus de 6000 à manifester à Paris : une mobilisation sans précédent ! Leurs attentes n’ont toujours pas été entendues. C’est pourquoi, du 22 au 24 octobre, les sages-femmes des maternités publiques, privées et exerçant en libéral appellent à un week-end noir.

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »

Articles de la même thématique : Covid 19 - État d’urgence sanitaire

Accueil de Valérie Pécresse dans l’Yonne

Mardi 12 octobre, c’est 12 activistes de l’Assemblée Populaire d’Auxerre et du Collectif Anti Pass Sanitaire 89 qui se sont rejoint pour répondre à l’invitation de leur député Guilaume Larrivé afin de rencontrer Valérie Pécresse, candidate à la présidentielle.

Covid-19, libertés individuelles et corps social

14 mars 2020. « Le risque n’est pas individuel, mais populationnel », dit un médecin réanimateur. « Populationnel » ? Qu’est-ce qu’il a bien pu vouloir dire ? Du premier confinement au passe sanitaire, retour sur des interrogations liées à la crise sanitaire.