Casserolade contre le PLUI et ses écoquartiers béton

Lundi 25 novembre, la municipalité de Dijon vote le Plan Local d’Urbanisme qui considère les terres maraîchères des Lentillères comme une Zone à Urbaniser !!!!

Ils restent sourds, allons faire du bruit avec un concert de casseroles
devant le conseil municipal !

Prends ta vieille casserole et un bout de bois et fais passer le mot !

RDV à 18H30 – place Notre Dame à côté de l’office de tourisme

PNG - 581.8 ko

Le 25 novembre, la municipalité de Dijon se prononcera sur l’adoption du Plan Local d’Urbanisme Intercommunal, le document qui va tracer les grandes lignes de l’urbanisation dijonnaise pour les années à venir.

Derrière les grands mots magiques de la communication municipale (« transition écologique », « éco-quartier », « ville durable » ou encore « autonomie alimentaire ») le PLUI nous dévoile le véritable avenir de Dijon : une métropole toujours plus dense et irrespirable, des zones d’activité qui s’étendent luxueusement, des friches et des zones agricoles urbaines qui disparaissent, une agriculture relayée en périphérie et réservée aux plus gros exploitants, des campagnes désertes destinées aux loisirs des citadin·es, le tout au détriment des autres territoires ruraux mais aussi urbains de la région toute entière...

En juin, l’enquête publique du PLUI a joué une petite comédie démocratique, faisant mine de prendre en compte les avis des habitant·es pour mieux les mépriser.
Interpellé sur les Lentillères, le commissaire enquêteur s’est contenté de recopier, presque mot pour mot, la réponse de Dijon Métropole, répétant mécaniquement que le projet d’éco-quartier existe depuis 10 ans, et qu’il va permettre à la métropole de ne pas s’étaler sur des terres agricoles.
Belle prouesse de communication : essayer de nous faire croire que détruire les meilleures et dernières terres agricoles de l’agglomération permet d’en protéger ailleurs...
Les zones d’activité industrielles et commerciales continuent pourtant de s’étendre sans souci. Sur les 530 hectares que le PLUI prévoit d’urbaniser, 366 seront consacrées aux « activités ». La plupart sont actuellement cultivées.
Au motif que Dijon doit gagner ses titres de Grande Métropole Nationale (annoncé par Francois Rebsamen) et donc accueillir toujours plus, au détriment des autres territoires, alors même que près de 10 000 logements restent inoccupés, l’artificialisation des terres va bon train, les urbanistes et les promoteurs immobiliers se moquant bien des directives nationales de « zero artificialisation nette en 2050 ».

Le communication « verte » et « écolo » de Dijon Métropole ne trompe plus grand monde. Chacun·e voit la ville se transformer. Les éco-quartiers de béton, la densification urbaine, la disparition des friches et des petits jardins dévoilent suffisamment les véritables intentions des élus : acquérir du pouvoir personnel en accroissant la ville et enrichir les grandes entreprises du BTP en spéculant sur la croissance démographique.

Aux Lentillères, nous aspirons à la construction d’un urbanisme exactement contraire à celui du PLUI. Nous refusons de réduire chaque espace à un usage unique suivant sa rentabilité, nous voulons construire une ville où chaque quartier pourrait avoir ses espaces de jardinage, de respiration et de flânerie, pour cesser de dépendre des zones d’activité ou de récréation.
Nous pensons que c’est aux habitant·es d’un quartier de prendre soin de celui-ci et d’en décider les transformations.

Pour la préservation du Quartier Libre des Lentillères, mais surtout contre l’urbanisation mortifère de Dijon, nous appelons chacune et chacun à se rassembler devant le conseil municipal le 25 novembre lors du vote du PLUI.

Puisque les élus sont sourds, venons avec des casseroles pour leur faire entendre raison !

le tract ici :

PDF - 3 Mo


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document