La jeunesse, le gouvernement s’en fout : appel à manifestation

La précarité étudiante n’est pas un fait nouveau, nous nous battions déjà contre mais la situation s’aggrave. De plus en plus de jeunes doivent survivre sous le seuil de pauvreté. Cette situation plonge de nombreux.se.s jeunes dans une détresse psychologique forte.

Le 16 mars tous.te.s dans la rue pour revendiquer une vie digne pour les étudiant.e.s précaires, pour l’amélioration de nos conditions matérielles d’études !

Nous vous donnons rendez-vous le Mardi 16 Mars à
14H ESPLANADE ERASME pour manifester aux côté des étudiant.e.s, lycéen.n.e.s et apprenti.e.s !

Tous et toutes ensemble, jeunes et moins jeunes, étudiant ou travaillant à l’université, en apprentissage au lycée en insertion professionnelle, en décrochage scolaire en déscolarisation, sans activité... Nous devons nous retrouver pour défendre nos intérêt communs !

Depuis Novembre 2020, nous n’avons de cesse de nous mobiliser pour lutter contre la précarité étudiante. Avant même la crise sanitaire et économique, la situation étudiante était loin d’être enviable : nous étions déjà 50% à être contraint.e.s à travailler à côté de nos études, le plus haut échelon des bourses sur critères sociaux permet à peine de se loger, et seulement 6% d’entre nous sommes logé.e.s en logement CROUS. Aujourd’hui, plus d’un.e étudiante sur six est en décrochage. Pour les lycéen.ne.s la situation n’est pas plus souvent à mi-régime. Le retard sur les programmes s’accumule. Cette situation plonge de nombreux jeunes dans une détresse psychologique forte. Face à celà, les réponses du gouvernement sont largement insuffsantes. La cerise sur le gâteau étant l’enfermement et la coupure sociale que nous imposent les mesures gouvernementales pour lutter contre la pandémie.

C’en est fini !

La jeunesse s’unit et met fin à cette boucle infernale dans laquelle on a tous et toutes dues nous retrouver par dépit.

Nous revendiquons :

Pour les étudiant.e.s :
  • Un plan d’urgence d’1,5 milliard d’euros contre la précarité étudiante en commençant par une augmentation de bourses et des APL.
  • La mise en place d’un filet de sécurité sociale pour l’ensemble des étudiant.e.s garantissant une protection sociale supérieure au seuil de pauvreté.
  • La réouverture des universités à 50% avec les moyens économiques et humains nécessaires et l’obligation d’enregistrer/filmer les cours.
  • L’embauche et titularisation de personnels éducatifs , la construction d’infrastructures permettra de rattraper le retard accumulé mais aussi de faire face au décrochage.
  • Un plan pour protéger la santé mentale des étudiant.e.s incluant le recrutement de personnel.le.s et un rendez-vous offert avec un psychologue par an.
Pour les lycéen.ne.s :
  • L’abandon du processus de sélection de Parcoursup et d’avantage de moyens pour l’orientation des élèves.
  • La non pénalisation des stages non réalisés.
  • Un plan de recrutement massif d’enseignant.e.s pour rattraper le retard.
Pour les jeunes en insertion professionnelle :
  • L’ouverture immédiate du RSA pour les jeunes de moins de 25 ans en insertion afin d’éviter qu’un trop grand nombre ne tombent dans l’extrême précarité.
  • La suppression des contrats précaires pour aller vers le CDI et la titularisation comme norme d’embauche.
  • Un plan de recrutement de jeunes dans la santé, l’éducation et la transition écologique.

=> Mardi 16 Mars à 14H ESPLANADE ERASME

Solidaires Étudiant-e-s Dijon
Solidaires 21
UNEF Bourgogne
UNL Dijon

JPEG - 285.8 ko
JPEG - 281.8 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme étudiant

Articles de la même thématique : Université

La notion d’islamo-gauchisme ne se débat pas scientifiquement, elle se combat politiquement

Suivant Macron, Blanquer et Darmanin, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, souhaite enquêter sur l’idéologie islamo-gauchiste qui gangrènerait les facs françaises. « Non ! » lui répondent les universitaires qui dénoncent une chasse aux sorcières et une notion (d’extrême droite) qui ne serait pas scientifique. Mais ne serait-il pas temps de changer de régime argumentatif ?

Département de sociologie : retour sur deux mois de grève

Du 23 novembre 2020 au 1 février 2021, les doctorant.es précaires du département de sociologie de l’université de Dijon ont fait grève. Jérémy Sauvineau, doctorant contractuel, et Charles Rigaux, vacataire, nous racontent ces deux mois de grève.