Le green washing et la smart city ou comment travailler les consciences à la faculté de Dijon



Rassemblement aujourd’hui jeudi 16/09 à 13h30 sur le campus.

Ils commencent à travailler les consciences en s’appuyant sur la faculté de Dijon. Dénonçons ce greenwashing et le foutage de gueule de ces raseurs de jardins qui veulent nous vendre une « ville intelligente » à défaut de vraiment dialoguer intelligement avec sa population.

Des responsables de la ville comme le bétonneur Pribetich, des entreprises et des chercheurs organisent à partir de jeudi 16 septembre des conférences sur « l’environnement » pour justifier la surveillance généralisée prévue par la Smart City et pour affirmer la nouvelle gouvernance verte qui arrive sur Dijon.

Ils ont bien compris qu’il y avait de l’insatisfaction à propos de leur politique d’aménagement depuis l’année dernière, notamment sur le rapport ville/écologie et la demande des habitant.es de laisser tranquille ce qui reste d’un peu sauvage en ville.

Ils commencent à travailler les consciences en s’appuyant sur la faculté de Dijon. (voir le programme de l’événement intitulé « Observenville ») ;

Dénonçons ce greenwashing et le foutage de gueule de ces raseurs de jardins qui veulent nous vendre une « ville intelligente » à défaut de vraiment dialoguer intelligement avec sa population.

Soyons nombreux.ses

JPEG - 112.7 ko
JPEG - 169.6 ko
JPEG - 123.4 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Bétonisation

Errance Urbaine #22 - Avril 2022

L’actualité vue par les rues de Dijon et alentours ces dernières semaines. Au programme ce mois-ci de l’antifascisme, des élections, et des nouvelles des Lentillères.

Qui sème le béton aura la dalle

Samedi 7 mai, une banderole a été déployée sur la grue du chantier immobilier Garden State, avenue de Langres à Dijon.

Articles de la même thématique : Surveillance, fichage

Le Conseil d’État sauve la reconnaissance faciale du fichier TAJ

"Le 26 avril 2022, le Conseil d’État a rejeté nos critiques contre l’utilisation massive de la reconnaissance faciale par la police dans le TAJ traitement des antécédents judiciaires »). Il s’agit d’une défaite cinglante, qui affirme encore davantage le Conseil d’État dans son rôle de défenseur de la surveillance de masse, sans plus aucune considération pour le respect des droits des personnes. Nous avons l’habitude de perdre et de ne pas nous résigner : trouvons dans cette défaite les futures pistes de notre lutte."

Contre la dissolution de « La Gale »

Le 11 mai prochain, le juge des référés doit examiner le cas du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), dissous le 30 mars en Conseil des ministres.