Non à la destruction du patrimoine écologique, culturel, paysager et touristique du Morvan

Accélération des coupes rases, conversion de forêts de feuillus en monoculture de résineux, crise des épicéas scolytés : trois facteurs qui sont la conséquence directe d’une sylviculture totalement dépassée au regard des deux enjeux majeurs actuels que sont la biodiversité et le changement climatique.

Lettre ouverte de la société civile aux élus parlementaires du Morvan

La population du Morvan est confrontée à une accélération des coupes rases due à un rajeunissement de l’âge d’exploitabilité (30-40 ans aujourd’hui contre 70-80 en 2011), de la conversion de forêts de feuillus en monoculture de résineux et enfin, depuis quelques années, de la crise des épicéas scolytés. Ces trois facteurs sont la conséquence directe d’une sylviculture totalement dépassée au regard des deux enjeux majeurs actuels que sont la biodiversité et le changement climatique.

Cette sylviculture désastreuse pour le Morvan reste largement subventionnée sans contrepartie. L’argent du contribuable est utilisé, non pas à soutenir une filière, mais à soutenir sa face industrielle au détriment de l’écologie forestière, du changement climatique, de la filière locale, des petits scieurs, des forestiers de qualité, de l’ensemble des autres acteurs économiques du Morvan et la qualité de vie des habitants du Morvan.

Ces monocultures d’essences inadaptées comme l’épicéa, essence d’altitude, engendrent un écosystème appauvri. Ces plantations peu résilientes sont aujourd’hui attaquées par un insecte, le scolyte dont la propagation est favorisée par le changement climatique et les plantations mono-essences.

Si la coupe rase est difficile à éviter dans ce cas, il est irresponsable de subventionner à nouveau sans contrepartie des replantations en monoculture ou à faible mélange d’essences, sans feuillus, comme cela reste courant encore aujourd’hui avec le plan de relance.

De plus, même dans le cadre d’une coupe de forêt scolytée, il n’y a pas nécessité de détruire systématiquement les sols, les réseaux hydrographiques, les chemins ruraux, libérer le carbone du sol en dessouchant et sillonnant les sols avec des engins lourd par temps inadapté, de plus dans des sites remarquables, comme récemment la fotaine gallo-romaine et oppidum du Vieux-Dun.

Le douglas, trop souvent planté en remplacement des épicéas scolytés, commence à être attaqué dans le Morvan par un autre insecte : la cécidomyie… Il y a urgence à soutenir les propositions très concrètes pour encadrer cette sylviculture d’un autre âge, guidée uniquement par les rapports financiers de court terme.

Dans le Morvan, on atteint la caricature. Un secteur aussi subventionné ne peut pas se développer au détriment d’autres secteurs économiques du Morvan tout aussi vitaux comme le tourisme et déposséder les Morvandiaux de leur culture, leurs paysages, leur environnement, leur travail (tourisme), leur chauffage (disparition des feuillus)…

La problématique des coupes n’est pas qu’un problème écologique ou paysager, c’est aussi devenu un enjeu culturel au sens large qui impacte le devenir du territoire dans ce qu’il a de plus profond.

C’est pourquoi nous, associations environnementales, culturelles, sportives, acteurs économiques du tourisme, citoyens excédés par le manque de cohérence des politiques publiques forestières, demandons à nos élus parlementaires d’agir enfin pour :

faire évoluer la loi pour un encadrement ferme des coupes rases ;
faire évoluer la loi en s’inspirant du travail très concret produit par les ONG SOS forêt et Canopée en concertation avec de nombreux professionnels pour aller vers une sylviculture moins destructrice pour la biodiversité et le changement climatique ;
faire évoluer la loi pour permettre aux parcs naturels régionaux de réglementer les espaces remarquables du point de vue écologique, patrimonial et touristique ;

Pour signer la lettre, rendez-vous sur le site du Carrouège



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

  • Le 10 juin à 11:20, par BIBRACTE

    ADRET MORVAN ET CANOPEE font circuler cette video édifiante sur le chaos post coupe rase par les abatteuses .

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Appel pour des forêts vivantes

Les forêts sont riches, diverses, complexes, bref : vivantes. Mais l’industrie aimerait les transformer en monocultures d’arbres bien alignés, faciles à récolter, maîtrisés. Partout en France, des individus, des collectifs et des associations s’activent, inventent des alternatives et défendent les forêts. Le temps est venu d’unir ces forces, pour faire front commun contre l’industrialisation des forêts !

[Morvan] Retour sur la coupe rase de la forêt du Vieux-Dun

Deux mois tout juste après la coupe rase du Vieux-Dun, Adret Morvan est revenu sur les lieux du crime. Anne Faisandier, autrice du documentaire La Forêt est à nous, a tourné une courte vidéo, histoire de montrer les ravages profonds et durables de cette pratique forestière à bannir.

Articles de la même thématique : Réchauffement climatique

Non à la 4 voies Poligny-Vallorbe !

Dans le Jura, un vieux projet de 4 voies est remis au goût du jour par des élus locaux. Nous appelons toutes celles et ceux qui ont leurs bonnes raisons, leurs souvenirs, leurs « vies minuscules » et leurs attachements divers à opposer aux pelleteuses, à faire connaitre un ferme refus de ce projet.

Réinventer la ville, lettre ouverte

Il y a bientôt 1 an, le 17 Juin 2020, un collectif de 10 associations adressait à Rebsamen ainsi qu’aux deux autres candidats du deuxième tour des élections municipales la lettre « Réinventer la ville pour s’adapter aux urgences climatiques et sanitaires ». Aujourd’hui nous réitérons par cette lettre ouverte.