Lettre ouverte des Lentillères en ces temps électoraux

Les partis espèrent-ils réellement aujourd’hui se réapproprier nos luttes en isolant la dimension écologique alors qu’elles se sont construites de bien d’autres pratiques et convictions indissociables ?

Nous avions écrit ce texte il y a plusieurs jours, dans le but de le publier au cours de cette journée électorale. L’ampleur prise par le coronovirus semble mettre les élections à distance de l’actualité. Malgré tout et puisque le premier tour a bien eu lieu, nous vous invitons à lire, commenter et débattre les quelques reflexions suivantes pendant le confinement qui s’annonce.
 
 
Nous suivons depuis 10 ans notre propre calendrier, celui des saisons et des cycles de la nature, celui des luttes, de nos assemblées, des mouvements qui nous traversent, des rencontres, de la construction de nos amitiés et de nos soutiens. Et même s’il tente de s’imposer au monde politique, le calendrier électoral n’est pas le notre. Bien sûr nous n’y sommes pas complètement indifférent·es, car si nous luttons pour disperser le pouvoir, nous ne sommes pas dupes, celui-ci n’a pas disparu et les élections viendront donc couronner une nouvelle fois qui dirigera la ville. Les répercussions peuvent être nombreuses aussi bien pour les Lentillères que pour l’ensemble des habitant·es de la ville.

Ainsi dans le cadre de cette campagne électorale, les idées et les pratiques politiques de milliers de gens se sont vues ordonnées dans des programmes. Du moins celles qui sont devenues acceptables aux yeux des candidats, quand d’autres restent ignorées.

Aux Lentillères, dix ans de lutte ont finit par provoquer tellement de sympathie et de soutien au sein des dijonnais·es que tous les partis se sont rendus compte que l’abandon du projet semblait un filon électoral intéressant. D’autant plus depuis que le verdissement de programme est devenu la discipline la plus en vogue des élections.

Dépassés par les enjeux climatiques actuels, les mobilisations des jeunes, un été caniculaire, et la prise de conscience généralisée, politiciens de tout bord tentent, à l’heure de se faire (ré ?-)élire, de s’accrocher à la bouée de sauvetage écologique. Mais comment pourrions-nous faire confiance à ceux qui ont permis au désastre écologique de se mettre en place ? Comment ceux-là mêmes qui gouvernent depuis des lustres pourraient-ils devenir du jour au lendemain les artisans de l’écologie ?

Depuis longtemps, des gens se sont mis en lutte aux Lentillères, à Bure, à Europacity, à Roybon, à Notre-dame des Landes, à Poligny, mais aussi à l’autre bout du monde, au Chili comme au Rojava. À chaque fois, les opportunistes de la politique espèrent retirer un profit de nos luttes en se les appropriant lorsque le vent tourne, tout en les vidant de leurs contenus les plus subversifs.
L’histoire des luttes nous apprend à nous méfier des amitiés offertes à la veille d’une victoire.
Les partis espèrent-ils réellement aujourd’hui se réapproprier nos luttes en isolant la dimension écologique alors qu’elles se sont construites de pratiques et de convictions indissociables : anticapitalistes, féministes, communalistes, « do it yourself » et bien d’autres ?

Aux Lentillères nous n’avons besoin ni de programme ni de promesse pour construire notre avenir.

C’est pourquoi nous réaffirmons :

  • Que notre pensée de l’écologie ne sera jamais séparée d’un processus collectif, de l’inclusion des plus précaires, et de la prise en compte de multiples questionnements sur les différentes formes d’oppression.
  • Que la préservation des terres ne passe pas par leur mise sous cloche, mais par une mise en relation réfléchie de l’habitation, de l’agriculture et de la biodiversité. L’habitation fait partie intégrante de l’histoire, du présent et du futur du Quartier. Il doit rester habité, de manières multiples et réfléchies collectivement.
  • Que seule l’élaboration collective entre les usager·es d’un territoire permet de prendre soin à la fois de la terre et de ses habitant·es. Nous refusons que le Quartier soit morcelé à travers des baux individuels. Nous ne sommes pas opposé·es par principe à toute forme de régularisation, à partir du moment où elle permettra de penser le Quartier comme une seule entité, dont les usages fonctionnent ensemble et s’enrichissent mutuellement.
  • Que nous voulons que cette possibilité concrète de soigner collectivement un territoire soit inscrite dans le PLUi à travers une forme nouvelle : la Zone d’Écologies Communales (ZEC). Cette zone permettra de penser ensemble l’habitat, le travail de la terre, et la préservation des espaces, à travers des formes d’habitat léger, d’agriculture respectueuse et d’attention poussée aux non-humains. Le soin de cette zone sera confié à ses usager·es à travers des assemblées horizontales.

Il y a 10 ans le combat contre l’artificialisation des terres aux Lentillères et ailleurs peinait à trouver de l’écho. Parions que demain, celui que nous menons simultanément pour plus de solidarité et de communs, sera une évidence. L’écologie sera communale ou ne sera pas.

Par ailleurs, l’abandon du projet aux Lentillères ne saurait permettre aux décideurs de justifier la bétonnisation d’autres terres. Nous soutenons toutes les initiatives qui visent à empêcher la destruction des terres agricoles, nous vous invitons donc à nous rejoindre au sein de la coalition du Cri des Terres, pour se lier face aux logiques destructrices de la métropole dijonnaise.

Enfin, nous réaffirmons que nous soutenons toutes les formes de résistance qui arrachent la politique à la représentation et aux comptages des urnes pour en faire une matière vivante, faite de débat et de conflit, d’entraide et de solidarité, d’occupation de rue et de mise en grève.

Nos solidarités seront notre force.

L’assemblée du Quartier libre des Lentillères

LIRE LES PRÉCÉDENTS COMMUNIQUÉS DEPUIS L’ABANDON :



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Élections

Élections régionales : la course à l’islamophobie est lancée

Lundi 16 novembre avait lieu la séance plénière du conseil régional de Bourgogne Franche-Comté. Entre le candidat des Républicains Gilles Platret, actuel maire de Chalon-sur-Saône, et le candidat raciste Julien Odoul, actuellement agitateur médiatique pour le rassemblement national, la campagne pour les prochaines élections régionales est lancée, et elle prend des airs de course à l’islamophobie.

Réinventer la ville pour s’adapter aux urgences climatiques et sanitaires

Un collectif de 10 associations de quartier de Dijon, s’adresse aux candidats au 2e tour des élections municipales et leur demande de faire connaître par écrit aux associations et aux Dijonnais les mesures concrètes qu’ils s’engagent à mettre en œuvre lors du mandat qui leur sera confié.

Articles de la même thématique : Municipales 2020

À celui qui verdira le plus vite

Soudain, à une semaine du 1er tour des élections municipales, les espaces verts annoncent leur intervention : réaménagement et plantation...

Une élection à venir...

Allez voter. Retour aux urnes. Participer à la vie de la cité par un scrutin. Faire vivre sa citoyenneté et la démocratie. S’exprimer tous les 5 ou 6 ans par un bulletin. L’exercice du devoir.
Pas cette année...