Parcours de manif tronqué : Solidaires 21 dénonce une nouvelle restriction du droit de manifester



Ce samedi une nouvelle manifestation contre la loi « sécurité globale » doit avoir lieu à Dijon. Le syndicat Solidaires 21, dont une partie du parcours s’est vue tronquer par la préfecture, dénonce une nouvelle rectriction du droit de manifester et réïtère son appel à rejoindre massivement la manifestation.

Communiqué de Solidaires 21 sur la manifestation du 12/12

« Une nouvelle restriction de manifester »

Dijon, le 11 décembre 2020,

L’Union Syndicale départementale Solidaires 21 a souhaité répondre à l’appel de la coordination nationale pour le retrait de la loi « sécurité Globale » en organisant ce samedi 12 décembre 2020 une « Marche des libertés ».
Solidaires 21, tenant compte de la position préfectorale de ces dernières semaines, a donc déposé un parcours à l’extérieur du centre-ville de Dijon. Dès lors, il nous apparaissait comme très important de compenser cette absence en centre-ville par la possibilité de manifester devant deux symboles très importants que la loi « Sécurité Globale » va très fortement renforcer, à savoir le Commissariat de Police et le Tribunal de Grande Instance.
Si des échanges avec la Préfecture laissaient penser à une modification du parcours de la manifestation par cette dernière, nous espérions malgré tout que notre parcours serait intégralement validé.
Force est de constater que si le Préfet est nouveau, les méthodes de la Préfecture ont un air de déjà vu. En effet, le récépissé de la Préfecture reçu ce matin par Solidaires 21 indique que la manifestation pourra démarrer depuis le TGI de Dijon ce samedi 12 décembre 2020 à 14h30 mais que la manifestation ne pourra pas se terminer devant le Commissariat, place Suquet.
Alors que depuis plusieurs semaines à Dijon, et dans la France entière, les manifestations pour exiger le retrait de la loi « Sécurité Globale » sont de véritables succès populaires malgré le contexte de crise sanitaire. Alors que cette loi n’a pas encore été adoptée définitivement, une nouvelle loi fait déjà la une, la « loi confortant les principes républicains », stigmatisant une partie de la population. Alors que nous découvrons dans la semaine la publication de plusieurs décrets permettant de ficher la population dans les grandes largeurs. Alors que le nouvel an est interdit... Nous ne pouvons qu’exprimer notre désarroi face à cette volonté de contraindre les libertés publiques et nous ne pouvons que crier notre colère de ne pouvoir, en l’état, s’exprimer devant les personnes qui verront leur pouvoir grandement renforcé.
Néanmoins, nous ne devons pas abdiquer, bien au contraire. Nous invitons donc, avec encore plus de force, la population à se joindre aux manifestations pour exiger le retrait de la loi dite de « Sécurité Globale ». Faisons des manifestations du 12 décembre 2020, un véritable succès !

Rendez-vous ce samedi 12 décembre 2020, devant le TGI de Dijon, dès 14h30 !

L’attestation de déplacement dérogatoire est suffisante pour pouvoir se rendre à la manifestation (cocher la case « participation à des missions d’intérêt général »).

Solidaires 21
Retrait de la loi sécurité globale - manifestation samedi 12 décembre

Marche des Libertés : pour la liberté d’informer et d’être informé ! Pour la liberté d’expression , retrait de la loi sécurité globale ! Nouvelle manifestation samedi 12 décembre à 14h30 devant le TGI. Communiqué des organisations à l’origine de l’appel.

1er juillet 2022


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Politique locale

Articles de la même thématique : Droit de manifester

Au Sénégal, des visages et des noms sur les morts de la répression

Alors que le pays est entré dans une crise politique inédite qui risque d’aboutir à de nouvelles violences, après l’annulation de l’élection présidentielle par Macky Sall, un collectif de journalistes sénégalais a documenté la répression des manifestations de juin 2023. Le projet « CartograFreeSenegal » retrace l’histoire et les circonstances de la mort d’une partie des 29 victimes recensées.

La France condamnée pour la nasse du 21 octobre 2010, et après ?

La CEDH a rendu aujourd’hui 08/02/2024 son verdict sur l’affaire de la nasse du 21 octobre 2010.
Après 13 ans de bataille juridique et militante, si la France a été condamnée à payer 1 714,28 euros aux requérants, la décision n’est pas une victoire politique.