Macron à Dijon : Solidaires 21 appelle à aller interpeller le candidat sur ses mesures antisociales



« Demain le candidat Macron est à Dijon. Allons à sa rencontre en déambulation à Fontaine d’Ouche pour l’interpeller sur ses mesures antisociales. »

Demain [1] le candidat Macron est à Dijon

L’Union Syndicale Solidaires 21 propose d’aller à la rencontre du candidat Macron en déambulation à Fontaine d’Ouche pour l’interpeller sur ses mesures antisociales et lui annoncer qu’il trouvera notre syndicat sur sa route ! Rdv 15h30, sur la place de l’ancien pont à FO

Soyons nombreuses et nombreux !

On en profitera pour demain au Seigneur de la Ville si il partage la retraite à 65 ans et la mise à mort du RSA et de la population la plus precaire !



Notes

[1Lundi 28 mars 2022

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

[Montbéliard] Frédéric Vuillaume encore en garde à vue pour avoir manifesté

C’est devenu malheureusement une habitude. Priver de liberté une personne pendant 16 heures pour avoir essayé d’exercer l’unique droit qui fait la différence entre un état autoritaire et une démocratie : le droit de manifester. Cela s’est passé à Montbéliard, lors de la venue du premier ministre, Gabriel Attal.

[Longvic] Débrayage à Kalhyge

La mutuelle MNH, actionnaire principal de la blanchisserie Kalhyge, décide de s’en séparer. Dans la foulée, les employés décident de débrayer pour expimer leur préoccupation face à cette situation.

Articles de la même thématique : Politique française

Imaginons ce qui est en train de se produire

L’extrême droite n’est pas le nom d’un parti, mais celui d’une pratique du pouvoir.
Aux Tanneries, entre orga de soirées, discussions et ateliers D.I.Y on reste sérieusement vigilant.e.s face à la tournure que prend le pouvoir gouvernemental en place.