Mardi 18 octobre : rassemblement devant le rectorat



La CGT éduc’action, Sud éducation, la CNT, le SNETEAA-FO, le SNUEP, le SNALC, le SE-UNSA et le SGEN-CFDT appellent à un rassemblement devant le rectorat contre le projet de réforme des lycées professionnels.

Communiqué de La CGT éduc’action, Sud éducation, la CNT, le SNETEAA-FO, le SNUEP, le SNALC, le SE-UNSA et le SGEN-CFDT :

En grève le 18 octobre pour le retrait de ce projet,
RASSEMBLEMENT DEVANT LE RECTORAT A 15H00

Les lycéen.ne.s de la voie pro ne sont pas une variable d’ajustement !

Les annonces faites depuis par Le Président Macron et sa ministre Mme Grandjean prévoient :
D’augmenter les périodes de stage en entreprise (jusqu’à une année sur les 3 années de formation en Bac pro), permettant de fournir une main d’oeuvre gratuite aux entreprises !
De donner davantage de pouvoir aux entreprises dans les conseils d’administration des lycées, allant jusqu’à sa présidence par un patron en lieu et place du chef d’établissement,
De faire définir localement par chaque établissement les volumes et l’organisation des enseignements disciplinaires. Seules les matières dites fondamentales resteraient, et dans une optique utilitariste, au détriment de l’ensemble des savoirs disciplinaires nécessaires à l’émancipation des élèves.
De remplacer les professeurs qualifiés, fonctionnaires d’État recrutés sur concours, par des salariés d’entreprises extérieures.
De développer la mixité des parcours entre l’apprentissage et la formation sous statut scolaire de façon sauvage.

Les formations jugées « non insérantes » régionalement seraient fermées et les formations adaptées aux besoins locaux. Nous combattons cette évolution de la carte des formations depuis plusieurs années aux différents CTA (Comité Technique Académique).

Les diplômes nationaux vont disparaître au profit d’une liste de compétences adaptées aux besoins du patronat. N’oublions pas qu’avec les diplômes, disparaissent également la garantie collective que représente la grille des salaire.

Il s’agit bel et bien d’un projet de démantèlement de la formation professionnelle sous statut scolaire.
Les conséquences pour les jeunes et pour les professeurs de lycées professionnels seraient désastreuses.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Ici comme ailleurs, pour un féminisme décolonial et anticapitaliste

Une coordination de féministes françaises et internationales rendent hommage à la révolution iranienne : car ici comme ailleurs, la police tue. Pour le 16 septembre et la commémoration du meurtre de Jina par la police des moeurs en Iran, des queer, chercheuses, féministes iraniennes, travailleuses et travailleurs du sexe, historien.nes, artistes, infirmières... du monde entier élèvent la voix pour contrer le discours libéral !

Marche unitaire contre les violences policières

Marche unitaire samedi 23 septembre 14h place de la Libération.
Le meurtre de Nahel, tué par un policier à bout portant le 27 juin 2023 à Nanterre, a mis de nouveau la lumière sur ce qui doit cesser : le racisme systémique, les violences policières, et les inégalités sociales que creuse la politique de Macron.

Vendanges 2023 : un silence qui ne passe pas !

Malgré un certain silence sur la situation vécue par des milliers de saisonnier.es en Côte d’Or, la situation ne s’améliore pas car rien n’est fait pour que cela soit le cas. Le sort des travailleurs.euses précaires que sont les saisonnier.es des vendanges n’a pas l’air d’être considéré comme il devrait l’être.

Articles de la même thématique : Lycée

Une rentrée scolaire 2023 islamophobe

L’ennemi identifié par l’état lors de la rentrée scolaire 2023-2024 s’appelle « Abaya ». S’il est décrit par certains comme une stratégie de diversion du gouvernement, il est plutôt une continuité des politiques racistes et islamophobes entreprises par les gouvernements successifs , et, survient deux mois après l’assassinat de Nahel. Le corps des personnes perçues musulmanes, ici des adolescentes en particulier, est à nouveau sous contrôle.

Qu’avez-vous à déclarer ?

Je déclare, je déclare
Que j’en ai marre
Et qu’à pied, à cheval, en voiture
Sans convenance, j’vous emm…