[Dijon] Le Cri des Terres : la suite !

Prochain RDV du Cri des Terres : jeudi 5 mars à 18h30 au Snack Friche des Lentillères

Le Cri des Terres, déjà la suite !

Après l’après-midi d’hier pleine d’idées échangées, de rencontres multipliées, de visite d’écoquartier pluvieux et de quartier libre presque ensoleillé, les quelques dizaines de personnes présentes se sont donné rendez-vous pour continuer ce bel élan déterminé :

ce jeudi 5 mars à 18h30 au Snack Friche du Quartier Libre des Lentillères

(entrée par le 8 1/2 rue Amiral Pierre)

L’objectif de ce moment sera de donner une forme à notre coalition, trouver nos modes d’organisation et nos consensus d’action.

À JEUDI !

***

LE CRI DES TERRES

POUR LA CRÉATION D’UNE COALITION
POUR LA SAUVEGARDE DES TERRES


Sauvons les terres agricoles et cultivons-les ! Sauvons les forêts et les espaces sauvages ! Bloquons les projets inutiles !

Autonomes, Gilets Jaunes, associations écologistes, associations de quartier, habitant-e-s de Dijon et ses alentours, jardinier-es et paysan-nes…

Créons ensemble une coalition de forces vives !

L’article complet « Entendez-vous le cri des terres »

***



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Étalement urbain

[Besançon] Le GEEC s’installe aux Vaîtes (Groupe des Epouvantails En Colère)

Ce mardi 17 novembre, jour de l’appel à une deuxième vague d’action contre la réintoxication du monde, l’association Les Jardins des Vaîtes, a appelé jardinièr·es et ami·es des Jardins des Vaîtes à déposer banderoles et épouvantails aux Vaîtes. Une occasion de réaffirmer notre volonté de préserver ce poumon vert en coeur de ville, avec ses jardins, ses zones humides, ses habitant·es humains et non humains.