Pas de recette miracle. Perspectives extra-judiciaires face aux agressions sexuelles

Ce texte a été écrit par les meufs de la Caisse de Solidarité de Lyon (puis validé par l’ensemble du collectif), à la suite de débats qui traversent un grand nombre de collectifs militants depuis de nombreuses années. Sans prétendre apporter des solutions définitives, il vise à alimenter la réflexion sur les alternatives à la justice étatique, y compris la gestion des agressions sexuelles.

Nous nous inscrivons, modestement, dans une perspective révolutionnaire : cela implique que nous estimons qu’il existe des rapports de domination systémiques, et qu’il est possible de les bouleverser ou de radicalement les transformer. Ces rapports systémiques ne nous sont pas extérieurs, et la ligne de front est aussi en chacun.e de nous : nous faisons partie du monde, et le monde fait partie de nous.

Nous devons être lucides sur l’état du monde, sans que cette lucidité nous mène jamais à la résignation. De nos groupes de partage d’expériences entre meufs, nous retirons le constat que presque toutes, nous avons fait face à des agressions, des abus, des gestes de prédations. Nos milieux militants ne sont pas exempts de ces dynamiques, et nous ne souhaitons pas entretenir l’illusion du safe. Cela ne veut pas dire que nous devrions nous accommoder des violences. Renforçons les solidarités féministes, ouvrons des espaces d’alliance, diffusons nos réflexes d’autodéfense, refusons d’être assignées au statut de proie.

Destitution et justice transformatrice

Nous pensons sérieusement qu’en plus de faire face à la justice et à la police, en défendant pied à pied ceux et celles qui s’y trouvent confronté.e.s, il nous faut soutirer à la police et la justice leur pouvoir d’institution : celui de régler nos conflits. Ce geste de destitution n’est pas de l’ordre de la morale : ce n’est pas mal d’avoir recours à la police, et nous aidons d’ailleurs ceux et celles qui le souhaitent à porter plainte pour violences policières. Nous pensons qu’il est nécessaire de réfléchir pragmatiquement à comment faire autrement, car si nous ne travaillons pas à des alternatives crédibles, la seule solution sera toujours de se tourner vers la police :

“Dans ce pays, quelles sont les options quand quelqu’un vous fait du mal ? Appeler la police et voir quelqu’un de l’extérieur impliqué dans le processus, ou vous débrouiller par vous-même. Ne rien faire n’est pas une bonne option pour beaucoup de gens [...]. Vous ne devriez pas avoir à choisir uniquement entre vous adresser à l’État ou ne rien faire.”

Mariame KABA, citée dans l’article “Tout le monde peut se passer de la police, Organisations communautaires pour abolir la police à Chicago”, dans Jefklak, janvier 2017

Ces positionnements nous rendent attentifs aux expériences de justice communautaire, transformatrice, telles qu’elles ont pu avoir lieu dans des communautés kurdes, à l’échelle de quartiers à Chicago, ou dans des communautés zapatistes. Nous en avions parlé lors de l’organisation d’un séminaire, organisé avec d’autres, sur la justice, sur 3 jours, dont le titre était : “La justice : la connaître, y faire face, vivre sans”.

Dans la discussion-atelier « Vivre sans la justice et la police », nous avions abordé l’épineuse question de la gestion de conflits et de violences et discuté des expériences de justice transformatrice, de justice communautaire dans des communautés autonomes au Chiapas, notamment d’un point de vue féministe. Aucune réponse miracle n’en est sortie, ni aucun mode d’emploi à suivre à la lettre. Quelques pistes se sont dégagées : écouter et appuyer la parole de la personne agressée dans un climat de bienveillance et non pas d’enquête, ouvrir des espaces de discussion non-mixtes de soutien et de réparation autour de la personne agressée, confronter l’agresseur à ses faits et le pousser à changer, mais aussi viser à transformer la communauté en pointant du doigt les mécanismes de domination genrés, les ressorts problématiques... et veiller à ce que les féministes ne s’épuisent pas dans ces processus longs et complexes. Reposer la question de la responsabilité collective, du genre de rapports qu’on entretient, et de comment les transformer, en parlant des choses concrètes.

Ces pratiques posent tout un tas de questions : qu’est-ce qu’une communauté ? Comment différencier ce qui est de l’ordre du conflit et ce qui est de l’ordre du tort ? Est-ce que la réparation est un objectif atteignable ? Quelle place pour la vengeance [1] ? Comment des décisions acquièrent-elles une autorité ?

Elles nous invitent en tout cas à adopter une approche pragmatique, de responsabilisation collective, qui ne fonctionne pas par l’application automatique d’un code de déontologie, d’une loi, ou d’une morale.

De l’exclusion et de la purification

Et puis il y a la question de l’exclusion d’un agresseur : si elle peut être absolument nécessaire pour la victime afin de reprendre pied, de ne pas craindre de le croiser dans les espaces qu’elle fréquente, elle ne nous semble pas être forcément la réponse univoque à appliquer systématiquement.

Un des risques qu’elle contient, c’est de faire croire que le problème est réglé parce que la brebis galeuse a été écartée. Avec les autrices de Premiers pas sur une corde raide, nous souhaitons :

“(...) éviter l’illusion selon laquelle la communauté pourrait se refonder sur une purge salvatrice. La justice d’État fonctionne en partie d’après ce précepte, et pourtant chacun sait qu’elle n’est qu’un système reproduisant cela même qu’elle dit combattre. Identifiant le déviant, l’inscrivant « hors la loi », la société se légitime elle-même, se renforce et se donne bonne conscience. Le recours au cas exemplaire permet à tous ceux qui ne sont pas directement visés par l’accusation de se laver de tout soupçon, notamment en affirmant publiquement leur adhésion au processus. L’effectivité d’un tel recours repose moins sur l’examen intime et collectif des logiques de domination qui contaminent nos rapports, que sur la peur d’être incriminé à son tour. Certes, ce procédé a historiquement fait ses preuves, il peut certainement arriver à modifier les comportements. On peut toutefois douter de sa capacité à installer le climat de confiance nécessaire à l’élaboration durable d’autres rapports. C’est à ce point, précisément, que se révèle toute la complexité du brouillage entre ami.e.s et ennemi.e.s, à laquelle le féminisme se retrouve sans cesse confronté. Une réelle transformation ne viendra pas de l’adoption d’un code de comportements irréprochables, mais bien de l’attention toujours renouvelée à l’autre et aux signes qu’il ou elle envoie, à la circulation du pouvoir, à la complexité et la profondeur des relations.”

Extrait de Premiers pas sur une corde raide, disponible sur infokiosques.net

Nous refusons l’innocence comme point de vue, et refusons l’idée de la purification d’un milieu.

Nous ne supportons pas d’entendre des types nous expliquer à quel point il est violent de côtoyer quelqu’un qui en a déjà agressé une autre.

Les dénonciations publiques ont libéré la parole, mais elles ont aussi, parfois, servi à construire des monstres, bien pratiques à mettre en avant, pour clamer du même coup sa propre innocence. Nous refusons cette logique qui tendrait à faire croire qu’il suffit de virer quelques anormaux pour préserver notre sécurité : nous savons trop que le problème c’est justement la “normalité” et ses rapports structurels.

L’utilisation de la catégorie monstrueuse du violeur sert parfois à dessiner une ligne de partage bien nette entre les hommes bien, qui n’ont rien à se reprocher et les autres, les violents, les violeurs, ceux qui dépassent le consentement [2]. Or la réalité est tristement banale : les agressions et viols sont majoritairement commis dans des situations effroyablement familières, ils découlent de systèmes de domination quotidiens. Ce que nous disons là ne revient pas à normaliser ces situations d’abus, ni à déresponsabiliser la personne qui a dépassé le consentement et les limites d’une autre. Ce ne sont pas des structures qui violent mais bien des personnes.

Cela revient simplement à dire que réfléchir en termes de monstres ne nous permet pas bien de penser le caractère structurel des rapports merdiques. Nous pensons que c’est bien parce que les rapports que nous décrivons sont systémiques que l’émancipation individuelle ne pourra se passer d’émancipation collective.



Notes

[1Il ne nous semble pas absurde que des situations de tort débouchent sur des actes de vengeance. Les processus collectifs long et à l’issue parfois insatisfaisante ne devraient pas étouffer la réappropriation de la violence par la première concernée.

[2Ce qui n’empêche pas que dans certaines situations on n’a pas le commun, les ressources, l’envie pour engager un processus de transformation ou de gestion collective des violences.

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Justice

« Vous voulez condamner à mort Battisti, faites-le franchement »

Pour avoir demandé instamment le respect de ses droits en détention, Cesare a brutalement été transféré en Calabre cette semaine, plus loin encore de sa famille et de ses avocats, vers un environnement carcéral à dominante djihadiste. Il nous fait savoir que le climat y est délétère, et que tout sera tenté pour le faire passer pour dangereux.
L’interview de Davide Steccanella, avocat de Cesare, traduisait il y a un mois tout juste, la sensation de négation de son métier dans « cet État de non-droit » face à l’acharnement médiatique et judiciaire obscène réservé à Cesare. A relire à la lumière des derniers évènements.

Batterie Ministérielle - (De la gestion sanitaire à la Maison d’arrêt de Massama)

Ce texte daté au 10 juillet et traduit ci-après, a été publié le 16 juillet sur Carmilla on line.
Il a valeur de témoignage, d’un traitement contraire à la dignité humaine d’une personne malade, sans doute gravement, et pour ainsi dire privée des soins que son état nécessiterait.

[Lons le Saunier] Compte-rendus du procès 5G

Lundi 20 juillet, deux hommes étaient jugés à Lons le Saunier, accusés d’avoir incendié une antenne relais téléphonique dans le Jura ainsi que le Mac Do de Champagnole. Les juges, du haut de tout leur mépris de classe, les ont envoyé en prison pour 3 et 4 ans ferme avec mandat de dépot. Récit du procès.

Articles de la même thématique : Violences sexuelles

Inceste

« Inceste » est une brochure, imprimée en avril 2019, qui raconte des histoires d’inceste vécues par différentes personnes.

La France : le paradis des pédophiles ?

Sujet peu enclin à l’humour aujourd’hui sur Kawa TV, mais essentiel à mettre en lumière et à analyser : on va parler de pédocriminalité et d’inceste. Le documentariste Patric Jean signe un ouvrage salutaire sorti en janvier 2020 : ça s’appelle « La loi des pères » et on vous propose ici de le vulgariser. Il établit notamment un lien entre les mouvements masculinistes, les sursauts patriarcaux et les agressions pédocriminelles....

Remaniement avec un violeur et un masculiniste : Riposte féministe [En Images]

Vendredi dernier, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées suite à un appel féministe suivi nationalement pour se mobiliser et réagir contre le remaniement du gouvernement avec Darmanin et Dupond-Moretti en ministre ou « la culture du viol En Marche ».