Pour le respect de la vie personnelle des enseignant·es

Par un courriel le dimanche 11 octobre, le corps d’inspection de SVT de l’académie de Dijon sollicite nos collègues pour une réunion en visio-conférence le mardi 13, de 20h à 21h. La vie personnelle des agents n’a pas à être sacrifiée au prétexte que le ministre Blanquer s’obstine à modifier l’organisation scolaire dans l’urgence en faisant fi du dialogue social.

Communiqué de la CGT Éduc’Action 21

Par un courriel le dimanche 11 octobre, le corps d’inspection de SVT de l’académie de Dijon sollicite nos collègues pour une réunion en visio-conférence le mardi 13, de 20h à 21h. L’objet de cette réunion à distance est d’informer les enseignant.es des modifications des épreuves du BAC, modifications dévoilées par le ministère le 1er octobre et révélées deux jours plus tôt dans le Figaro.

A quelques mois des premières épreuves de terminale la formation sur la mise en place des reformes du lycee et du bac est devenue une urgence. Cependant la réponse de l’institution ne peut pas être une visio-conférence lancée au pied levé et après la journée de travail. Si nous revendiquons la formation des enseignants, la CGT Educ’action de l’académie de Dijon s’indigne en revanche face l’intrusion croissante de la vie professionnelle dans la vie personnelle et familiale des agents.

De plus, cette sollicitation, si elle reconnaît que tous.tes ne seront pas en mesure d’y assister,reste déloyale, car elle se présente comme une simple invitation, mais reste pourtant une demande de la hiérarchie.

Rappelons que même si le temps de service des enseignants a un statut dérogatoire dans la fonction publique, l’amplitude quotidienne de travail reste légalement limitée à 12h pauses comprises et chaque agent a droit à un repos quotidien de 11h entre deux prises de fonction. Ainsi, aucun.e des enseignant.es commençant leur journée de cours à 8h ne devrait être sollicité.e pour participer à une réunion à 20h, ni aucun de ceux.celle commençant leur journée du lendemain à 8h. En méconnaissant ainsi les obligations de l’employeur public en la matière(corps d’inspection compris), la rectrice s’attaque aux droits des personnels et marque ainsi la considération qu’elle leur porte.

La vie personnelle des agents n’a pas à être sacrifiée au prétexte que le ministre Blanquer s’obstine à modifier l’organisation scolaire dans l’urgence en faisant fi du dialogue social.
La CGT Educ’action revendique que les formations et informations institutionnelles se déroulent sur le temps de travail.

à Dijon, le 13/10/2020



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

[Dijon] Préavis de grève au CHU

« À la demande des agents des équipes paramédicales et médicales du SAMU, les syndicats CGT et CFDT du CHU, soutenus par l’Association des Médecins Urgentistes de France, ont déposé un préavis de grève reconductible à compter de vendredi. Les personnels craignent qu’une réorganisation des services ne conduise à une perte de savoir faire et de moyens humains expérimentés. »

Articles de la même thématique : Droit du travail

Alerte Canicule : Quels sont mes droits au travail ?

La température monte. Travailler dans une ambiance surchauffée devient pénible, voire dangereux. Si les météorologues ne parlent pas strictement de canicule ces prochaines semaines (Il faut au minimum 72 heures durant lesquelles les températures se montrent anormalement élevées), au dessus de 34° les employeurs ont des obligations et les salarié.es des droits spécifiques. Quels sont ses droits ?

Répression syndicale : Rassemblement pour soutenir une syndicaliste d’Enedis

Une employée d’Enedis, syndicaliste élue au CSE, est convoquée en conseil de discipline mercredi 17 juin. Elle est accusée de « pourrir » l’ambiance au sein de son service et de « harceler » ses collègues, et risque un licenciement. Ses camarades de la CGT Énergies 21 appellent à un rassemblement de soutien.