Projection : Vénus, confessions à nu

Changement de dernière minute ! En lieu et place de la projection initialement prévue, c’est le documentaire « Vénus, confessions à nu » (Léa Glob, 2016) qui sera projeté.

Dans un studio improvisé, face à la caméra, des jeunes femmes parlent sans détour du sexe, du désir, de la frustration. Un documentaire choral d’une intimité absolue et troublante.

Au Danemark, deux réalisatrices trentenaires lancent un appel à casting féminin pour un film érotique basé sur des expériences réelles. Une centaine de candidates, de leur âge ou plus jeunes, répondent spontanément à l’annonce. Dans un studio improvisé, les auditions commencent sous forme de dialogues entre les filmeuses et celles qui leur font face, une à une. Mais le dispositif du casting prend la tournure imprévisible d’une agora, les jeunes femmes interrogées s’emparant des questions posées pour s’exprimer sans détour ni fausse honte sur leur expérience et leur perception de la sexualité. Le flot choral de leurs récits et « confessions », mais aussi ce que racontent leurs visages, leurs gestes, et parfois le corps qu’elles dénudent devant la caméra, dessinent peu à peu un état des lieux collectif : la vie sexuelle d’une nouvelle génération de femmes, décidée à vivre et assumer son désir et sa liberté, mais consciente des obstacles qui les entravent parfois.
Dans cet effeuillage jamais voyeur, ni égrillard ni exhibitionniste, où la sincérité de la parole est essentielle, le regard direct du documentaire donne lieu à un film subtilement érotique, tissé de crudité et de pudeur, de mystère et d’humour, de séduction et d’audace, qui tend à chacun, femme ou homme, jeune ou vieux, un troublant miroir.

Université de Bourgogne, batiment Droit-Lettres, numéro de salle en attente



Articles de la même thématique : Féminisme(s)

La Moutarde Nous Monte Au Nez, le podcast féministe qui vous fait (re)vivre le weekend du 8 mars

La Moutarde Nous Monte Au Nez, c’est un groupe de féministes de Dijon, qui ont décidé de mettre en avant les actions locales et féministes du coin. Pendant une soirée et une après-midi les 7 et 8 mars 2020, iels ont arpenté les rues de Dijon et la place Darcy pour aller à la chasse aux sons et aux mots, les mots des dijon·naise·s et des personnes qui se sont déplacées des communes aux alentours.