Poulailler de 22 000 poules à Charmoy (71) : un projet inadapté, inéquitable, et polluant


Saône-et-Loire

L’installation d’un élevage industriel de 22 000 poules pondeuses est en projet sur la commune de Charmoy. L’association Creusot Montceau Territoire Ecologique dénonce l’impact écologique qu’aurait ce projet s’il arrivait à terme.

Communiqué de l’association Creusot Montceau Territoire Ecologique

L’installation d’un élevage industriel de 22 000 poules pondeuses, comprenant un bâtiment et un parcours de plein air est en projet sur la commune de Charmoy.
Il représente un risque important pour le lac de la Sorme, principal réservoir d’eau destinée à la consommation humaine de la Communauté Urbaine Creusot-Montceau.
Si cet élevage industriel est créé, ses 22 000 poules produiront sur leur parcours de plein air une très forte quantité de fientes, notamment riches en azote et en phosphore (sans parler des possibles substances vétérinaires), qui représente une nouvelle menace pour la ressource en eau.

Outre une pollution diffuse, on ne peut écarter le risque d’une pollution brutale consécutive à des pluies violentes venant lessiver le parcours, pour partie mis à nu par les poules. Les polluants seront alors acheminés, rapidement du fait de la forte pente, vers le ruisseau tout proche qui rejoint la rivière « La Sorme » peu avant le lac, sans possibilité d’intervention.

Cet élevage représente l’équivalent d’environ 40 bovins pour la production l’azote et 110 bovins pour le phosphore. Certes les fientes produites dans le bâtiment seront récupérées, mais pas celles produites sur le parcours. De plus le comportement grégaire des volailles conduira localement à une concentration sans équivalent avec l’élevage bovin.

En outre, le fait que les aliments fournis aux volailles ne soient pas produits localement alourdit le bilan environnemental de cette activité dite de « plein air », mais de fait quasi hors sol.

Aucune disposition réglementaire ne semble pouvoir empêcher cette installation et pourtant la menace est bien réelle et élevée. CM TerrEco s’étonne de l’inadaptation des textes.

Ce projet d’élevage industriel apparaît totalement incohérent au regard des dispositions réglementaires visant à préserver le Lac de la Sorme et encadrant le programme d’actions conduit par la Communauté urbaine en partenariat avec les éleveurs du bassin versant.

Ce projet est inéquitable au regard des dispositions contraignantes qui s’imposent aux seuls éleveurs de bétail.

CM TerrEco n’est pas opposé par principe à la production avicole et à la diversification des activités agricoles, au contraire notamment si elles participent à la mise en place de circuits courts et à une production biologique. Il importe cependant que de nouvelles activités ne conduisent pas à une dégradation de l’environnement et en particulier de la qualité de la ressource en eau.

Ce projet, inadapté au secteur, est une menace pour la ressource en eau.
Ce projet est incohérent et inéquitable.

CM TerrEco soutient les éleveurs du bassin versant de la Sorme opposés à ce projet de 22 000 poules pondeuses.

Pour CM TerrEco
D. Cornet, Président.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Articles de la même thématique : Agriculture productiviste

Bye Bye Bayer, Ciao Monsanto

Ceci est un ultimatum. Le siège social France de Bayer-Monsanto, installé à Lyon, doit partir. Nous leur laissons trois mois pour faire leurs cartons et déguerpir de leur tour de verre, et d’ici-là nous saurons le leur rappeler. Nous appelons à venir assiéger le siège national de la firme le 5 mars 2022.

[Deux-sèvres] La prise de la bassine !

3000 anti-bassines se sont retrouvé à Mauzé-sur-le-Mignon et ont démonté une « bassine de la honte » et sa pompe. Commniqué des Soulèvements de la Terre, de la Confédération Paysanne et de Bassines Non Merci !