Rassemblement contre la précarité des conditions de vie étudiantes

Suite à l’immolation par le feu d’un étudiant lyonnais devant le CROUS vendredi 8 novembre, des rassemblements pour dénoncer la précarité des conditions de vie étudiante sont appelés dans toutes les villes universitaires de France.
À Dijon, Solidaires Étudiant·es appelle à un rassemblement place du Bareuzai mardi 12 novembre à 19h.

Lyon : un étudiant s’immole par le feu devant le CROUS

Un étudiant de Lyon 2, âgé de 22 ans et originaire de Saint-Étienne, a tenté de mettre fin à ses jours en s’immolant par le feu, ce vendredi vers 14h50, devant le restaurant universitaire du 7e arrondissement de Lyon. Dans un message laissé sur sa page facebook il dénonce les difficultés économiques et la montée du fascisme et des inégalités.

12 novembre 2019

Une carte de toutes les mobilisations en France est disponible ici : https://www.solidaires-etudiant.org/blog/2019/11/10/appel-a-se-rassembler-mardi-12-novembre-dans-toute-la-france/



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Précarités

Aux lentillères, les marchés du rond point reprennent !

Au Quartier Libre des lentillères, on a décidé de remettre en place les « Marchés du Rond-point » !
Comme prendant le premier confinement, tous les vendredi à partir de 8h, on sera sous le panneau des Lentillères avec poireaux, courges, tisanes, préparations de plantes et plus si vous avez des productions à partager !

[Strasbourg] Podcast « À nos mort.e.s »

Le 31 octobre 2020, à l’occasion de Samhain, un moment suspendu entre la vie et la mort, entre le jour et la nuit, nous avons voulu célébrer nos mort-es à la Pigeonne, le squat queer féministe antiraciste de Strasbourg.
Iels n’auront pas notre tristesse. Transformons nos deuils en force et nos rages en puissances. Nous avons lu et diffusé les réponses à notre appel à créations militantes, fictives, poétiques. Ces textes ou sons célébrent de manière politique nos mort-es assassiné-es ou suicidé-es, victimes du sexisme, du racisme, de la transphobie et de la transmysogynie, de la putophobie et de la queerphobie.

Articles de la même thématique : Syndicalisme étudiant