[Auxerre] Scandale dans la police municipale


Yonne

Le 15 avril dernier, un conseiller municipale d’opposition à Auxerre a publié deux photos prises dans les locaux de la police municipale laissant appraraitre sur un tableau l’inscription « Challenge Marginaux ».

Le procureur de la république d’Auxerre a reçu le 15 avril 2022 une plainte d’un conseiller municipal d’opposition dénonçant la mise en place d’un "Challenge Marginaux" au sein de la police municipale.
En effet sur les photos prise dans les locaux de la police municipale on peut lire l’inscription suivante :
« Challenge Marginaux : si plus aucun devant Monoprix au 30 avril. Pour chaque agent, un sachet de meringues maison, un repas cohésion offert, un bon cadeau au point gourmand, un coffret gourmand. »

Le conseiller municipale, Rémi Prou-Méline, a été choqué « que l’on propose des paniers gourmands pour exercer une pression discriminatoire sur des personnes en difficulté de se nourrir correctement ».

Alors que le scandale se retrouve à la une et passe même au 20h de TF1, la muncipalité on l’imagine bien embarrasée aura mis 5 jours pour réagir. Elle communique par le biais d’un communiqué facebook sur le lancement d’une enquête interne précisant toutefois ne pas attendre particulièrement de poursuite judiciaire. Il faut dire que la municipalité atteste avoir réalisé « un rappel des règles déontologiques » dont on peut envisagé l’efficacité...



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Police

Le Conseil d’État sauve la reconnaissance faciale du fichier TAJ

"Le 26 avril 2022, le Conseil d’État a rejeté nos critiques contre l’utilisation massive de la reconnaissance faciale par la police dans le TAJ traitement des antécédents judiciaires »). Il s’agit d’une défaite cinglante, qui affirme encore davantage le Conseil d’État dans son rôle de défenseur de la surveillance de masse, sans plus aucune considération pour le respect des droits des personnes. Nous avons l’habitude de perdre et de ne pas nous résigner : trouvons dans cette défaite les futures pistes de notre lutte."

[Besançon] Absence d’intimité, refus de plainte, propos dégradants… le commissariat central de la Gare-d’eau épinglé dans sa gestion des violences sexuelles et sexistes

Hier mardi 8 mars, plusieurs centaines de personnes ont manifesté dans le cadre de la journée internationale du droit des femmes. Place Louis Pasteur à Besançon, une revendication a retentit : « nous devons obtenir une meilleure prise en charge dans les commissariats, qui reste encore très insatisfaisante. » Dans un article paru mercredi dernier, le média « Kawa TV » a esquissé la situation locale en la matière. Un panorama édifiant pour une ville moyenne, et une véritable réflexion sur la considération institutionnelle des violences sexistes et sexuelles.