34e jour dans les arbres



Comment la Crem’Arbre met l’Etat en échec

En ce 19 mars, le siège militaire de la Crem’Arbre en est à son 34e jour

Aujourd’hui, malgré les difficultés et la répression, c’est avant tout une victoire, construite par une action collective déterminée, qu’il s’agit de célébrer.

En effet, alors que le chantier de l’A69 se poursuit et qu’ATOSCA fanfaronne à chaque pile de béton posée, il ne fait aucun doute que le calendrier est aux fraises. Les rumeurs internes au bitumeur parlent d’au moins un an de retard, alors que les travaux ont commencé il y a seulement 12 mois.

La résistance face aux expropriations, les désarmements, les occupations et les blocages portent leurs fruits. La ZAD de la Crem’Arbre tient depuis quatre mois, malgré la cellule anti-ZAD de Darmanin et malgré un mois de siège. Chaque jour de blocage grippe la machine industrielle de l’artificialisation. Leurs agendas capitalo-efficacistes sont bousculés, la machine s’enraye : la lutte offre un sursis aux terres face au béton et du temps précieux aux lents tribunaux.

À la Crem’Arbre, les zadistes des cimes, les « écureuil·les », se sont engagé.es le 15 février. Un engagement pris malgré la promesse de la répression et avec une date en ligne de mire : le 31 Mars, jour de la fin des coupes légales.
Et la répression n’a pas manqué, le bras armé de l’État s’est pleinement déployé sur la ZAD, 8 interventions militaires depuis le 20 janvier, 34 jours de siège par les gendarmes, des dizaines d’interpellations et procès. Des camarades sont en détention provisoire ou subissent des peines de prison ferme prononcées en comparution immédiate.

La ZAD subit un véritable « tarif ZAD », où chaque personne interpellée s’expose à des humiliations et des peines plus sévères. Des camarades en récup’ poubelles ont fini en GAV avec un procès et une prise d’ADN violente sous injonction du parquet. Entre deux rayons de soleil, les gendarmes déclenchent des charges et interpellent aléatoirement des personnes venues en soutien. Chaque manifestation et rassemblement est interdit et lourdement « sécurisé ».

Dans les arbres, un seul petit maigre ravitaillement a été possible sous une pression politico-juridique intenable pour la préfecture. Les écureuil·les subissent privations de sommeil, humiliations et interventions quotidiennes des grimpeurs de la CNAMO. 34 jours en alerte permanente, à 20m du sol, alors qu’iels en sont réduit.es à boire de l’eau sucrée/salée et manger des bourgeons de platane. Pourtant iels résistent, perché·es et non armé·es.

Un mois à tenir bon. Cette victoire est collective. C’est le pari fou de la résistance aux moyens militaires. Ce sont des milliers de contributions multiples à cette mobilisation déterminée, ancrée sur le terrain. Ces 34 jours sont le fruit d’AG à rallonge pour affiner les dispositifs, de prises d’initiatives spontanées, de petits groupes autonomes et d’un réseau d’allié·es essentiel. C’est le refus de la naïveté face à la répression et la construction des conditions d’un véritable rapport de force.

Depuis ces 4 mois, nous avons lutté contre les oppressions sexistes, transphobes, racistes, classistes et validistes. Nous avons combattu les tentations de personnification, l’injonction à la productivité, la moyennisation de la diversité de nos identités. Aujourd’hui après des mois d’organisation collective, une oignée d’entre nous se trouve assiégée par des centaines de gendarmes. Ce que la zad était à ses racines s’est cristalisé au niveau des cimes.

La bataille de la Crem’Arbre est loin d’être terminée. Le décompte jusqu’au 31 Mars est lancé  : Jour-11. a répression peut encore monter d’un cran, la ZAD sera mise à l’épreuve jour après jour. Chaque minute gagnée est précieuse pour la biodiversité, la lutte, la justice et tout ce que cela porte d’espoir.

Au sol, les occupations se poursuivent, infusées par les mêmes idéaux. La Crem s’est bouturée. Si son esprit est encore bien présent dans les arbres restants, il a aussi été emporté plus loin, il voyage et est reconnu pour inventer des futurs souhaitables.

Demain, fleuriront cabanes et villages mobiles avec le printemps des ZAD.

D’ici là, l’État policier en déroute se ruine et rappelle chaque jour qu’en réfléchissant ensemble et hors de lui nous avons les moyens de le dépasser.

Le peuple uni ne sera jamais vaincu.⁩

NO MACADAM !



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Programme perpétuel des Lentillères

Envie d’arreter le capitalisme ? De faire du pain ? Ou d’en apprendre plus sur les zappatistes, de faire du maraîchage, d’écouter un bon concert de punk, de réparer ton vélo, d’apprendre à conduire dans une auto-école buissonière ? Voici toutes les activités rejoignables du quartier libre des Lentillères ! Dans ce programme perpetuel de l’année 2024, les collectifs du quartier t’expliquent comment et pourquoi les rejoindre.. à toi de jouer !

[Moirans-en-Montagne] La Fête aux Quarrés : Stopper le béton, jardiner ensemble

Dimanche 14 avril dès 11 heures — 2e rond-point du contournement de Moirans-en-Montagne (39) — Grande journée pour des jardins partagés et la sauvegarde des Quarrés
Cantine conviviale à midi, marché paysan, visites et inventaires naturalistes, prises de parole, atelier photo, grimpe dans les arbres, balades à dos d’âne, chorales, concert et bal trad’…

Articles de la même thématique : Bétonisation

Mairie de Dijon : les Illusionnistes de l’urbanisme

François Rebsamen fait marche arrière sur la destruction programmée du petit Verger de Larrey, au nom du besoin d’espaces de respiration en ville et du respect de la volonté des habitants. Habile tour de passe-passe destiné à détourner les regards du saccage à grande échelle des derniers espaces de nature en ville. Décryptage.