Avril fertile à Notre-Dame des Landes : Appel à défendre la Zad

Après l’abandon du projet d’aéroport, le gouvernement menace toujours d’expulser la Zad en avril. Le mouvement réaffirme son engagement commun contre toutes expulsions et organise une semaine de chantier collectif du 1er au 8 avril.

Nous nous engageons contre toute expulsion

JPEG - 157.5 ko

Depuis plusieurs semaines, nous sommes sous la menace d’expulsions, devenues imminentes à l’approche de la fin de la trêve hivernale.

Ces expulsions pourraient donc avoir lieu à partir de début avril et pendant les semaines qui suivent. Même si elles sont présentées comme « partielles », nous sommes et restons tout·tes déterminé·es et uni·es, quelles que soient nos divergences sur d’autres points, pour empêcher leur exécution.

Pour cela, nous nous engageons et appelons à :

  • défendre la ZAD, ce qui s’est construit et vécu ici, tous ses habitats et tou·tes ses habitant·es ;
  • rejoindre le rassemblement annoncé à 18h à Nantes devant la préfecture le jour où ces menaces se concrétisent ;
  • reconstruire tout habitat détruit ;
  • réagir par les moyens nécessaires (blocages, rassemblements, actions décentralisées, etc.)

Différents chantiers se dérouleront autour de cette période là. Pour plus d’infos voir le site zad.nadir.org et écouter Radio Klaxon (sur place sur 107.7 ou sur radioklaxon.antirep.net).

Nous appelons donc toutes les personnes solidaires de la lutte contre l’aéroport et son monde et pour un avenir commun dans le bocage à venir nous rejoindre et/ou à nous soutenir par tous les moyens qui leur semblent appropriés.

L’ensemble des lieux et des occupant.e.s de la ZAD

AVRIL FERTILE

JPEG - 117.7 ko

Aujourd’hui, sur la zad, nous sommes toujours sous menaces d’expulsions à la fin de la trêve hivernale. L’Etat l’a réaffirmé par l’intermédiaire de la préfecture et du secrétaire d’état a la transition écologique, Mr Le Cornu, et par la présence policière renforcée partout sur la zone.

Après avoir abandonné le projet d’aéroport, l’Etat veut chercher une nouvelle fois à briser l’expérience d’auto-organisation très concrète qui s’est déployée ici. Une des réponses très visibles à l’ultimatum du 31 mars, doit être de continuer à construire des bases communes de vie, d’habitat et d’activité. Il s’agit plus que jamais d’enraciner la prise en charge collective de ce territoire. La zad s’est toujours densifiée, entre autre, grâce à l’appui et l’énergie déployée très régulièrement lors de chantiers collectifs avec l’aide des comités de soutien et des personnes de par le monde pour qui cette lutte est une source d’inspiration.

Dès le 1er avril, nous appelons une nouvelle fois en ce sens à une semaine de chantiers sur la zone. Vous pourrez être à la fois au Phare de la Rolandière pour faire des tables d’orientation et au Moulin pour faire des buttes de culture. Vous pourrez aussi participer à la construction de gradins pour finir la salle de réunion du Gourbi, faire un chantier-discussion à la fromagerie, un camp autogéré au Lama Faché, des murs à l’Ambazada, une miellerie à la noe verte ou du carrelage au tout petit jardin...

Des appels spécifiques seront fait sur l’accueil et les réactions en cas de démarrage réel d’expulsions. D’autres initiatives se mettent aussi en place pour la suite du mois. En ouverture de cette semaine on vous invite à la manif contre toutes les expulsions qui aura lieu le 31 mars à Nantes (à l’appel d’une assemblée de précaires, réfugié.e.s, syndicalistes, habitant.e.s de la zad, étudiant.e.s.) voir appel ici.
Et à moins d’être en plein coeur d’une attaque de gendarmes et de tractopelles, cette semaine se clôturera par une grande fête le samedi 7 !

On vous attend avec impatience et détermination !

Retrouvez toutes les infos pratiques, et le détails des chantiers sur le site de la Zad


P.-S.

Pour s’organiser à Dijon, vous pouvez rejoindre le Comité Dijon-NDDL, qui tient des permanences tous les jeudis à 18h au cinéma l’Eldorado (21, rue Alfred de Musset)