La police tue à Rennes

Mercredi 8 janvier, des policiers ont tué une jeune rennaise en la renversant en voiture alors qu’elle traversait un passage piéton.

Artice paru sur Expansive.info

Elle s’appelait Maëva. Elle avait 21 ans. Elle était animatrice périscolaire.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, elle a été fauchée par une voiture de police roulant à toute vitesse, alors qu’elle traversait un passage piéton à Rennes.

Elle est morte jeudi dans la matinée au CHU.

Les policiers de la brigade canine, qui conduisaient le véhicule banalisé en empruntant les couloirs de bus disent qu’ils n’ont pas vu Maëva. Qu’elle passait derrière un bus. La police raconte que c’est aussi « dramatique » pour les agents impliqués. Les agents impliqués n’avaient pas mis de sirène. Pour « ne pas réveiller le voisinage ». Maeva ne se réveillera pas.

Un jeune homme, fauché avec elle, est toujours hospitalisé. Avec Cédric, mort étouffé lors de son interpellation à Paris, c’est la deuxième personne décédée au contact des forces ce l’ordre cette semaine en France.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Crimes policiers

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

Abolir la police

Presque une quinzaine de personnes ont été tuées lors d’« interventions policières » depuis le début du confinement. Une quinzaine de noms qui viennent s’ajouter à la liste interminable des victimes de crimes policiers, aux côtés de Zyed et Bouna en 2005, Wissam el Yamni et Amin Bentounsi en 2012, Rémi Fraisse en 2014, Adama Traoré et Mehdi (à Lyon) en 2016, Zineb Redouane en 2018, Steve Maia Caniço en 2019. Sans parler de tous ceux qui n’ont pas fait la une. Une vingtaine par an si on veut s’adonner à un décompte macabre.

« Violences inter-quartiers », violences d’Etat : deux faces d’une même pièce

Communiqué du Comité Vérité et Justice 31.