Nouveaux affrontements entre palestiniens et soldats israéliens

Huit Palestiniens ont été tués, et 250 blessés par les soldats israéliens à la frontière entre la bande de Gaza et Israël lors d’une manifestation de plusieurs milliers de Palestiniens.

Le vendredi 30 mars 2018, l’armée israélienne a tiré à balles réelles contre les Palestiniens de Gaza, qui s’étaient rassemblés en masse pour la « marche du retour », exigeant la levée du blocus de Gaza et le droit au retour des réfugiés palestiniens. On compte 24 morts, victimes tirs des snipers de l’armée israélienne, officiellement postés pour tuer, et 1416 blessés dont la moitié par balles.

Les soldats israéliens ont tirés à balles réelles sur une foule désarmée, qui manifestait pour le droit au retour des réfugiés palestiniens, ses droits fondamentaux, pour sa dignité et sa liberté.

La "Marche du Retour" est liée à la Journée de la Terre, que les Palestiniens du monde entier commémorent depuis que les forces de sécurité israéliennes, en 1976, ont assassinés six Palestiniens d’Israël qui protestaient contre l’expropriation de terres arabes dans le nord d’Israël en vue d’y installer des localités juives. Lors de la manifestation qui avait eu lieu le 30 mars de cette année-là, il y avait également eu plusieurs centaines de blessés.

Aujourd’hui, vendredi 6 avril, les Palestiniens se sont de nouveau rassemblés, près de la barrière à l’est de Khan Younès, ils s’en sont approché et ont lancé des pierres sur les soldats qui y étaient postés. La consigne était la même que le 30 mars, l’armée devait tirer sur les manifestants. Les Palestiniens ont brûlé des pneus pour empêcher les tireurs de les voir, mais les militaires ont installé un énorme ventilateur qui dissipait la fumée de l’incendie. À l’heure actuelle, le bilan est de 8 morts et 250 blessés.

Les marches du retour vont se poursuivre pendant 6 semaines, jusqu’au 15 mai prochain, date qui marquera les 70 ans de la Nakba, l’expulsion des Palestiniens chassés de leur propre pays. Tout en dénonçant la colonisation, l’occupation, l’annexion de Jérusalem et les provocations de Trump, elles porteront la revendication des réfugiés palestiniens pour la mise en œuvre de leur droit au retour.

Il faut faire pression pour arrêter ce massacre, qui risque de se reproduire dans les jours et semaines à venir, Israël doit stopper le recours aux armes de guerre contre la population palestinienne qui manifeste pour ses droits.

Agissons pour obtenir la levée du blocus de Gaza, l’arrêt de toute colonisation, l’arrêt des destructions de maisons et d’infrastructures palestiniennes, la suspension de toute mesure unilatérale, la fin de l’occupation, la libération de tous les prisonniers politiques, la libération immédiate des enfants emprisonnés et le droit au retour des réfugiés palestiniens.

Nous adressons toute notre solidarité aux Palestiniens.