Si je retrouve mon corps : une émission sur la rivalité



La rivalité, cette hostilité latente qui s’installe parfois entre les femmes hétérosexuelles, vient pourrir nos rapports jusqu’à nous rendre distantes et méfiantes, et nous empêcher de construire une vraie force politique féministe.

Depuis septembre, Si je retrouve mon corps squatte les ondes de radio Campus une fois par mois, le samedi à 9h.

JPEG - 53.9 ko

Dans l’héritage des pensées féministes, l’émission s’attaque aux sentiments et aux émotions que la politique délaisse. Si je retrouve mon corps , c’est une manière de venir questionner tout ce qui n’a pas encore de mot...

Après le corps et la colère, voici un volet sur la rivalité.

La rivalité, c’est une hostilité latente qui s’installent parfois entre les femmes hétérosexuelles et vient parfois pourrir nos rapports, parfois sans même qu’on ne s’en aperçoive... Une mise en concurrence perverse qui peut nous rendre distantes et méfiantes, et qui va parfois jusqu’à empêcher que nos rapports soient francs, et puissent construire une vraie force politique féministe.
On s’attaque donc à elle, sans pitié mais avec douceur - comme à chaque fois qu’il s’agit de vaincre nos propres démons...

Sources
Musique de Anne Sylvestre et de Soko
Lecture de bell hooks
Extraits audio de « Cuisine et dépendances » de Agnès Jaoui et J-P Bacri



Articles de la même thématique : Féminisme(s)

Renommons les rues de Lons !

"Que chaque jour, un esprit qui flâne la tête en l’air, un.e enfant.e qui apprend à lire, un.e passant.e cherchant sa route, deux ami.e.s qui se rejoignent, puissent nous découvrir des milliers.
Il est temps de rééquilibrer l’espace public, afin qu’il puisse appartenir à toustes."

L’Échappée

Prisonnière d’une cellule, de son corps, du silence, de son foyer ou de son histoire... l’enfermement des femmes, réel ou symbolique, connaît malheureusement beaucoup de variété. Les Morveuses suivent les traces des femmes enfermées dans la prison d’Autun et se fraient un chemin vers la liberté.