Travailler à la « transformation sociale » ne nous protège pas des violences organisationnelles



Retour sur les différentes luttes dans le secteur associatif. Un communiqué du syndicat Asso.

Le 25 mai 2018, un salarié d’une grande ONG s’est donné la mort sur son lieu de travail parisien, après avoir alerté sa direction sur ses conditions de travail.
Du 21 juin au 28 juin 2018, plus de 80% des salarié.e.s d’une autre grande association de défense des droits se sont mis en grève pour dénoncer leurs conditions de travail. Leur mobilisation collective leur a permis de se faire entendre.

Pour une lutte victorieuse et relayée, de combien de luttes de travailleur.se.s associatif.ve.s, avez-vous entendu parler ? Quelques-unes ? Sans doute aucune.

Quotidiennement, nous sommes alerté.e.s par des salarié.e.s qui subissent une organisation du travail violente, incompatible avec les valeurs défendues par leurs employeurs et l’objet social même de leur structure, ajoutant l’angoisse de la perte de sens à la souffrance des conditions de travail dégradées.
Trop souvent, dans le secteur associatif, l’objet social prime sur les conditions de travail. Si oser évoquer l’impact de ces dernières sur les travailleur-ses est particulièrement difficile, être entendu.e est un parcours du combattant.

Lire la suite :

Travailler à la « transformation sociale » ne nous protège pas des violences organisationnelles

Retour sur les diffrérentes luttes dans le secteur associatif. Un communiqué du syndicat Asso.



Articles de la même thématique : Syndicalisme

Pour les sages-femmes, maintenant assez joué : game ovaire !

Pour la 5e fois cette année, les sages-femmes de Côte-d’Or seront en grève ce vendredi. Le 7 octobre, les sages-femmes étaient plus de 6000 à manifester à Paris : une mobilisation sans précédent ! Leurs attentes n’ont toujours pas été entendues. C’est pourquoi, du 22 au 24 octobre, les sages-femmes des maternités publiques, privées et exerçant en libéral appellent à un week-end noir.

Assistants d’Education d’Hippo : une situation scandaleuse !

Début octobre, les assistant·es d’éducation du lycée Hippolyte Fontaine à Dijon ont reçu leurs salaires avec parfois plus d’une semaine de retard. « La modicité des salaires, la précarité des contrats, les missions pour autant exigées de ces collègues justifient que les salaires soient versés à temps, c’est non seulement une question économique, mais aussi une question de respect pour des personnels qui ont souvent le sentiment d’être méprisés. »