Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Appel à l’action – #17April : Journée internationale des luttes paysannes



Le 17 avril, nous [Via Campesina] marquons la Journée internationale des luttes paysannes, notre journée d’action annuelle qui nous réunit pour commémorer le massacre d’Eldorado do Carajás [2] en 1996 et honorer la résistance des paysan·nes du monde entier qui persistent dans leur lutte pour la justice sociale et la dignité.

Suite à notre 8e conférence internationale en décembre dernier, nous, paysan·nes, jeunes, femmes, hommes et diversités, migrant·es, travailleur·euses du monde rural, peuples autochtones et sans terres, nous tenons debout avec un espoir et une force renouvelés, une conscience accrue, un engagement indéfectible, une unité organisée et une détermination à affronter les crises multiformes. Nous poursuivons une lutte sans relâche contre les génocides, les guerres, les violations de la souveraineté des peuples, les expulsions de familles paysannes, la criminalisation et la persécution des paysan·nes et leaders sociaux, ainsi que l’extractivisme et les violations des droits paysans. Uni·es, nous protégeons notre Terre Mère contre l’emprise des multinationales de l’agrobusiness, des néocolonialistes, et des forces fascistes et militaires répressives.

Cette dévastation implique de nombreux acteurs dans l’ombre, notamment les institutions néolibérales telles que l’OMC, la Banque Mondiale et le Fonds Monétaire International. Leur ingérence dans les politiques agricoles nationales, liées au commerce et à la protection sociale, est évidente. Les accords de libre-échange et d’autres cadres de partenariat économique imposent des conditions néolibérales liées aux prêts et aux programmes d’assistance financière, ou des mesures favorisant les intérêts des corporations, mettant en péril les moyens de subsistance des paysan·nes, des travailleur·euses agricoles et des migrant·es. Pourtant, ce sont les paysan·nes qui nourrissent 70 % de la population mondiale avec une alimentation saine et de qualité.

JPEG - 151.3 ko

Affiche : Inspirée par la cosmovision andine, notre affiche cette année reflète l’interconnexion de tous les éléments de la nature, l’humanité étant une partie intégrante. Elle illustre comment la Mère Terre soutient les paysan·nes et leurs luttes, défendant leur existence et leurs droits. Selon cette vision, nous pouvons également être une offrande de la terre, même en tant que mouvement collectif comme celui des paysan·nes. Représentée comme une force unificatrice, la Mère Terre nous soutient, aux côtés de ses expressions naturelles, les montagnes symbolisant nos ancêtres et notre mémoire collective.

Stop les génocides, les expulsions et la violence !

Aujourd’hui, le monde est le témoin d’une multitude de crises qui touchent chaque aspect de la vie sur terre. Le système capitaliste révèle désormais sa véritable nature destructrice, poussant les paysan·nes en Asie et dans d’autres régions du monde au suicide en raison de dettes impayables. Il corrompt les gouvernements, qui tuent leurs peuples pour favoriser des intérêts privés, violant la nature et l’équilibre écologique, compromettant ainsi l’avenir de l’humanité. Ce système engendre des génocides, non seulement par le militarisme, mais aussi en refusant l’accès à la nourriture, en utilisant la famine comme arme de guerre, comme on le voit actuellement à Gaza. Il prend également la forme d’un génocide lent, comme celui subi par les populations haïtiennes avec des politiques anti-paysannes et une gangstérisation orchestrée pour faciliter une nouvelle intervention étrangère, permettant ainsi l’accaparement des terres paysannes et le pillage des communs.

Le néocolonialisme est inhérent à ce système, s’étendant également à des pays tels que le Niger, où les sanctions de l’Union européenne affectent le droit à l’alimentation des populations. Les conflits politiques et armés provoqués en Libye, en Syrie et au Soudan ont entraîné des déplacements massifs de populations, la destruction d’infrastructures, ainsi que des difficultés d’accès aux terres agricoles. Cette logique capitaliste mine luttes des paysan·nes pour leur droits, la souveraineté alimentaire, les méthodes de production agroécologiques durables et diversifiées, les exploitations agricoles familiales, la préservation de la biodiversité et la paix avec la justice sociale servant de solutions paysannes à la crise alimentaire et climatique [3]. Elle écrase la diversité sous toutes ses formes de genre et ethniques, et ignore les savoirs agricoles locaux et ancestraux, masquant ses véritables intentions derrière des solutions de développement ne servant que les intérêts économiques d’une minorité. Les capitalistes qui contrôlent et marchandisent nos biens communs entravent les jeunes paysan·nes à accéder à la terre et brisent l’autonomie des celleux qui la travaillent, les poussant vers des conflits agraires, la pauvreté, la famine et une agriculture sans paysan·nes.

Construisons la solidarité, uni·es pour la souveraineté alimentaire !



Notes

[128 ans après le tragique massacre de paysans sans terre par la police militaire brésilienne, l’impunité persiste pour les crimes contre les communautés rurales. Bien que deux officiers aient été condamnés en 2012, aucun autre policier ou responsable politique n’a été tenu pour responsable. Les autopsies ont révélé des exécutions et des blessures graves, laissant 69 blessés et un total de 21 décès.

[228 ans après le tragique massacre de paysans sans terre par la police militaire brésilienne, l’impunité persiste pour les crimes contre les communautés rurales. Bien que deux officiers aient été condamnés en 2012, aucun autre policier ou responsable politique n’a été tenu pour responsable. Les autopsies ont révélé des exécutions et des blessures graves, laissant 69 blessés et un total de 21 décès.

[3Les défis auxquels sont confrontées les femmes et l’impact de la crise climatique exacerbent les difficultés rencontrées par les agriculteurs. L’Organisation des Nations unies (ONU) a déclaré que d’ici 2030, environ une femme sur quatre sera confrontée à l’insécurité alimentaire. Source : https://news.un.org/es/story/2023/09/1523922

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes paysannes

[Podcast] Vers un nouveau printemps paysan ?

En Mars 2024, en plein milieu de mouvement agricole, avait lieu une table ronde sur le campus de l’Université de Bourgogne, avec la présence de 4 agriculteur.ices ainsi que de sociologues de l’Institut Agro. A réécouter sans modération

[Projection] Tu nourriras le monde

Projection du film Tu nourriras le monde, suivie d’un débat, le jeudi 2 mai à 19h30 au Rézo Fêt’art, par Attac21 et les Amis de la Confédération Paysanne.