Corona mi amor

Depuis le début du confinement, nous avons été quelques un.e.s à faire le choix de continuer à se voir, de continuer nos activités et globalement sans accorder plus d’attention à des mesures d’hygiène, désormais dites« gestes barrières » contre ce virus, sauf quand une des personnes de notre entourage le demandait.

Ce choix n’est pas un pur loisir désobligeant visant à exclure, ignorer voire pénaliser les plus « faibles » d’entre nous. C’est un choix qui interroge avant d’appliquer les consignes. Nous avons comme tout le monde beaucoup de difficultés à obtenir des informations, à croiser des sources, à trouver de la contradiction.

La série d’annonces gouvernementales mettant en place en crescendo les mesures de restriction ont confirmé le doute et la méfiance que je réserve d’habitude aux décisions d’Etat : maintien des élections municipales et fermeture des écoles (doit-on rappeler que les enfants ne sont symptomatiques que dans de rares cas ?) ; mise en place de solutions alternatives (télétravail, école en ligne) qui correspondent à mon pire cauchemar sociologique et technologique. Un couple avec enfants, urbains, avec plusieurs postes d’ordinateurs à la maison (ah tiens, il faut une maison) et la connexion haut-débit of course, empressement pour « débloquer » énormément de fric pour prévenir faillites ou krach boursier.
Soumettre l’intégralité de la population à un strict confinement ?

Une fois actés ce doute et cette méfiance, il s’agissait de savoir si une éventuelle « raison supérieure » justifie que je me plie à des mesures exceptionnelles. La létalité réduite dudit virus paraît désormais établie : dans une très large majorité, la contraction du virus passe inaperçue et même immunise. Alors quoi ? « Pour protéger les plus faibles », il faudrait soumettre l’intégralité de la population à un strict confinement, eu égard aux personnes à risques, malades, vieux ou vieilles ?
Là le doute revient : comment se fait-il que ce gouvernement qui s’est appliqué à ignorer et réprimer un an de gilets jaunes, à faire fi d’une grève massive contre la réforme des retraites, qui maintient une politique d’enfermement et de répression, qui réforme les allocations dans une période de chômage massif ; comment se fait-il que ce gouvernement tout à coup se soucie des plus faibles, au risque de provoquer une crise économique grave et à grande échelle ? D’ailleurs, en termes de plus faibles, on parle si peu des prisonnier.e.s, des gens à la rue, des migrants en foyers, etc. La mort, visiblement, n’a pas la même importance dès lors qu’elle peut toucher indistinctement toutes les classes sociales. Dans ces circonstances, il est devenu désormais admis de faire des choix à la seule lumière de ses propres conditions de vie, et cette évidence me terrorise.

Et puis la méfiance : est-ce qu’ils ne seraient pas en train d’agiter le grand drapeau de la peur et de la culpabilité, et d’utiliser (on n’arrête pas le cynisme) les plus pauvres comme prétexte à leurs délires gestionnaires ? Tout ça parce qu’ils ont peur de mourir ?
Quand les médias ont commencé la grand-messe de défense du service public et dépeint la fresque de l’hôpital public, remplis de ses héros au service de la nation et de l’effort de guerre, j’ai failli m’étouffer avec mon gâteau au chocolat. A-t-on déjà oublié à quel point l’hôpital public a été dézingué sous le mandat Macron, la grève des soignants ignorée et l’institution vendue pour en faire un secteur privé, concurrentiel comme les autres ?


LIRE LA SUITE SUR LA BOGUE

JPEG - 12.6 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Coronavirus

Sortie de confinement