Une histoire de la gestion des crises sanitaires

Retour sonore sur l’histoire des épidémies et de leur gestion sociale et sanitaire avec une historienne des quarantaines. À écouter sur radio canut.

Depuis 1945 et la généralisation de la pratique de la vaccination dans les pays industrialisés, la mémoire du risque et des quarantaines s’est perdue. Mais comment ont été gérées les épidémies antérieures à celle du covid-19 en Europe et partout dans le monde ?
De la fièvre jaune au choléra, en passant par la peste et la grippe espagnole, les quarantaines, les confinements, la recherche d’une origine forcément lointaine dé l’épidémie ou encore de solutions miracles sont bien connues. Si le rôle des pouvoirs politiques et médicaux, tout comme les savoirs scientifiques et le fonctionnement de l’économie ont évolué depuis les épisodes du XIXe et du début du XXe, regarder en arrière permet d’éclairer la situation actuelle.

Rencontre avec Celia Miralles Buil, historienne contemporanéiste spécialiste de la gestion des épidémies.

De la frontière sanitaire au confinement généralisé : une histoire de la gestion des crises sanitaires



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Coronavirus

Réduction des risques en période de Covid

Pratique méconnue, la réduction des risques (RDR) fait partie, entre autres, des pistes de la « stratégie de déconfinement respectueuse des droits et des populations les plus fragiles », élaborée par l’association AIDES, qui lutte depuis de nombreuses années contre le VIH notamment.

[MàJ] 17 juin : action à Dijon !

« Mercredi 17 juin nous répondrons à l’appel national à agir contre la réintoxication du monde. Nous souhaitons mettre en avant d’autres manières de vivre la ville, de ne pas nous laisser déposséder de nos quartiers et des quelques espaces de respirations qui subsistent. »