La direction de l’Université de Bourgogne sélectionne elle-même les futur·es étudiant·es en toute opacité

Comme beaucoup d’autres départements et UFR des universités françaises, les départements d’Histoire, d’Histoire des arts, de Psychologie, de Sociologie et de Musicologie de l’université de Bourgogne ont décidé le 3 mai 2018 de ne pas opérer le classement des dossiers exigé par le dispositif Parcoursup ; ces décisions ont été prises de façon collégiale et démocratique à la suite de débats ouverts entre les enseignants-chercheurs. Dès la fin du mois de mars 2018, le conseil du département d’Histoire s’était ainsi réuni et avait voté à l’unanimité le refus de classer les dossiers dans ParcoursSup. Le département d’Histoire a fait le choix de ne pas constituer de commission d’examen des dossiers comme un très grand nombre d’autres en France. Suite à cette décision, le président Alain Bonnin a écrit au directeur de l’UFR Sciences Humaines pour l’informer qu’il prenait acte de ces décisions et que la présidence les respecterait [1] .

Or, lors du Conseil d’administration du lundi 28 mai, la présidence a annoncé qu’à la veille du week-end de Pentecôte, elle avait finalement fait le choix de classer les dossiers, sans informer les collègues de la discipline. Les classements ont été réalisés par trois vice-présidents en lien avec la formation : Mr Boutaud, Mr Debeaufort et Mme Serée-Chaussinand, sans que les critères de choix de paramètres dans l’outil d’aide à la décision n’aient été explicités ou même présentés. Par ailleurs, aucun de ces VP n’a de compétence particulière dans les disciplines où ils prétendent sélectionner les candidats. Cette opacité complète, fondée sur une absence de tout dialogue avec les personnels enseignants de notre université témoigne d’une dégradation très regrettable des relations au sein de notre institution et de la tendance mortifère à une gestion managériale et à courte vue de notre université.

Nous sommes donc à la fois surpris.es, et même scandalisé.es par la décision prise par notre présidence de classer les dossiers contre l’avis des collègues des disciplines concernées. Nous demandons la transparence sur les algorithmes locaux d’aide à la décision dans les classements opérés pour toutes les formations.


P.-S.

À lire sur le site du Snesup Bourgogne


Notes

[1Extrait de la réponse d’Alain Bonnin :

« conformément à la ligne de conduite de la gouvernance de notre établissement, il ne nous appartient pas d’émettre un avis sur les choix pédagogiques opérés par les départements précités de votre composante. Notre position a toujours été d’accompagner et de collaborer avec les composantes sans jamais se substituer à elles dans la gestion de leurs affaires internes. Aussi, nous ne nous opposerons pas à la décision de non classement des dossiers en Histoire, Histoire des arts, Psychologie et Sociologie. En revanche, comme il a été plusieurs fois rappelé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le non classement des dossiers implique qu’une proposition soit faite à tous les candidats. Dans cette perspective, cette démarche de votre composante vous engage donc, en tant que doyen, à accepter tous les candidats qui valideraient la proposition qui leur sera faite, y compris si les capacités d’accueil de votre composante venaient à être dépassées et ce, sans moyens supplémentaires venant du ministère ou de l’université. »

Articles de la même thématique : Université

De la toute puissance des prédateurs haut-placés

Ce texte a été écrit par une ex-doctorante d’une fac de Nancy. Il témoigne des violences qu’elle a subies, comme beaucoup d’autres, de la part d’un professeur haut-placé. Professeur passé par une fac de Dijon. Professeur qui a mené au suicide une autres de ses doctorantes. Puisque leurs paroles n’ont pas été entendues, puisqu’on les a moquées pour la faire taire, il est plus qu’essentiel de diffuser ses paroles largement. Pour que cessent les harcèlements, les abus de pouvoir, les agressions et les viols dans les facs, dans les écoles, et partout !

Rentrée universitaire 2020 et LPPR : assemblée générale le 24 juin

Après deux mois de confinement et de suspension des luttes, les syndicats du personnel de l’université de Bourgogne appellent à une assemblée générale mercredi 24 juin, pour s’organiser contre la généralisation de l’enseignement à distance et contre la LPPR.

Gazette (des confiné·es) # 16 - À vélo, féministes et avec les luttes contre l’extrême droite et l’agroalimentaire breton

Cette semaine, on fait un petit tour des appels féministes pour s’organiser, on se motive contre l’extrême droite, contre Parcoursup, contre le numérique obligatoire dans l’enseignement et on s’enjaille à reprendre le vélo. On s’interroge aussi sur la production scientifique : seconde vague ou non ? Municipales ou non ? Et enfin, on soutient les journalistes en lutte en Bretagne contre l’agroalimentaire.