Sale temps pour les capitalistes : Rabasse.info rejoint le réseau Mutu pour relayer les luttes de Franche-Comté !

Lancement de la saison 6 des Soulèvements de la terre à 3500 mètres d’altitude !



Samedi à 16h, après 2000 mètres de dénivelé, un groupe d’amoureux.ses des montagnes est venu installer tentes et banderoles au cœur du glacier de la Girose, sur le chantier du 3e tronçon de téléphérique à La Grave-La Meije.

Cette occupation à 3400 mètres d’altitude, sur le rognon rocheux du glacier, se donne pour objectif de bloquer les travaux en cours et de soustraire le glacier à un projet d’aménagement délétère. Après le soutien à la lutte contre les bassines des neiges à la Clusaz et la manifestation pour protéger la vallée de la Maurienne des ravages du Lyon-Turin, ce surgissement marque le lancement alpin de la 6e saison des Soulèvements de la terre. Ce campement, à une hauteur d’action collective inédite, atteste de la détermination à donner un coup d’arrêt à l’exploitation et à l’artificialisation des montagnes, des terres des vallées jusqu’aux glaciers. Les occupant·es du glacier vont s’assurer que les travaux préliminaires au 3e tronçon ne recommencent pas lundi matin et qu’ils seront bien mis à l’arrêt pour l’automne. Il s’agit aussi d’affirmer que de nouveaux campements de résistance pourraient revenir s’établir au printemps si le projet n’était pas définitivement abandonné. Les défenseurs.euses du glacier sont soutenu.es et pourront être relayé.es par un ensemble de professionel.les des montagnes, naturalistes des hauteurs, alpinistes passionné.es et scientifiques alpins.

Cette initiative survient à la veille d’une marche contre les travaux organisée par La Grave Autrement et Mountain Wilderness qui ont donné rendez-vous dimanche 10h au Chazelet pour une ascension vers le lac de Lerié sur le plateau d’Emparis. Ces deux associations montent depuis des années un travail d’information, d’expertise, de mobilisation et de recours juridiques pour dénoncer les conséquences de la construction du 3e tronçon du téléphérique de la Grave.

Une vidéo sera envoyée demain matin sur les réseaux insta/fb/twitter des Soulèvements de la terre ainsi que des nouvelles et images de l’occupation.

JPEG - 178.8 ko

Voici leur déclaration à l’arrivée sur le glacier et leur appel à être soutenu.es dans cette occupation au cours des journées à venir.

Nous sommes d’ici et d’ailleurs, jeunes et moins jeunes, nous sommes intimement lié.es à la montagne, aux aventures et saisissements qu’elle nous offre. Nous voulons en tenir à distance ce qui détruit les mondes que nous habitons. C’est pourquoi nous commençons aujourd’hui l’occupation du chantier du glacier de la Girose contre le projet de 3e tronçon du téléphérique à la Grave et lançons ainsi la 6e saison d’action des Soulèvements de la terre. Nous sommes parti.es dans la nuit, avons passé le lac du Puy Vachier, traversé la Romanch, croisé des chamois et des lagopèdes, slalomé entre les crevasses du glacier de la Girose et rejoint son rognon rocheux, qui devait bientôt être perforé par un pylône. Il y a deux semaines en effet, là où nous campons désormais, des algecos ont été posés et de premières machines amenées par hélicoptère en vue de la construction d’un 3e tronçon du téléphérique de la Grave. Une pelleteuse est toujours sur place. Maintenant que nous sommes là-haut, nous allons donc rester pour nous assurer que ces travaux ne reprennent ni lundi ni plus tard dans l’automne. Nous sommes aussi venu.es annoncer que nous serons prêt.es à revenir établir d’autres campements résistants au printemps si le projet n’était pas définitivement abandonné.

PNG - 1.2 Mo

Ce projet, ouvertement non rentable sans être accompagné d’opérations de promotion immobilière qui défigureront le village de La Grave, est piloté par la SATA Group - gestionnaire de l’Alpe d’Huez et des Deux-Alpes - qui a déjà largement bétonné les alentours. Ce monstre local du tourisme de montagne a pour objectif affiché de doubler la fréquentation des stations dont il est gestionnaire d’ici 2030, à l’horizon des Jeux Olympiques. L’enneigement ne cesse de diminuer mais cela n’empêche pas la SATA Group de planifier une augmentation continuelle de la fréquentation de la haute montagne, à coup de nouvelles remontées mécaniques, de pistes crées à la chenille, de neige articifielle, et de construction de centaines de nouveaux logements de tourisme.

En cherchant à faire croire que l’urbanisation et l’exploitation du glacier sont indispensables à la survie économique du territoire, l’objectif affiché de la SATA est de construire un des plus grands domaines skiables d’Europe. Le troisième tronçon du téléphérique est à n’en pas douter le premier pas d’une opération d’aménagement marchand de ce glacier par l’industrie touristique. La SATA prépare déjà le terrain à la révision du shéma de cohérence territoriale, à une éventuelle liaison avec les Deux-Alpes et à de nouvelles pistes de ski, projet qui serait désastreux pour l’équilibre fragile de la montagne.

PNG - 589.2 ko

La Grave est un canton un peu à part dans le paysage du massif de l’Oisans. Entourée de grosses stations déjà fortement endomagées par la bétonisation, la Grave a été relativement épargnée des aspects les plus problématiques du tourisme de masse et a conservé une paysannerie locale. Sans nier que le tourisme est aussi ce qui a longtemps permis aux habitant.es de rester vivre dans les vallées, nous ne pouvons plus aujourd’hui fermer les yeux sur les conséquences, particulièrement présentes en montagne, du dérèglement climatique, de la disparition des glaciers, de la dégradation des ressources en eau et des éco-systèmes. La fuite en avant de l’industrie touristique est tout sauf une solution. Il ne s’agit pas ici de défendre la Grave comme une exception mais d’imaginer d’autres futurs désirables pour les montagnes et leurs divers habitant.es.

Cette semaine, le tribunal administratif de Poitiers, après qu’un mouvement massif ait amené la question à ses oreilles, faisait annuler les projets de 15 mégabassines en Nouvelle Aquitaine en mentionant que les études sur lesquelles ces projets s’appuyaient étaient largement périmées. La construction du troisième tronçon du téléphérique de la Grave s’appuie lui aussi sur des « études » d’un autre temps. Nous n’avons pas besoin de pouvoir aller skier sur de la neige artificielle, produite à grand renfort de retenues collinaires (un projet de retenue de 290 000m3 est déjà en cours aux Deux-Alpes, porté par... la SATA Group !), ni de monter toujours plus haut grapiller les derniers flocons. Ce dont nous avons réellement besoin, c’est d’arrêter maintenant la course à la bétonisation et de trouver les moyens de vivre dignement avec la montagne, que ce soit du tourisme ou d’autres activités.

PNG - 1.7 Mo

Pour l’heure, et puisque les mobilisations classiques et tout le travail de la Grave Autrement n’ont malheureusement pas suffi à freiner la course aux profits et à protéger les cîmes, nous campons en hauteur. Il fait froid à l’orée de l’automne, mais n’en doutez pas, nous ne nous sacrifions pas. Nous sommes heureux.ses de la compagnie du glacier. Le rencontrer plutôt que le bétonner.

Nous clamons défendre le monde vivant, et nous en lui. Ici, le milieu fragile de haute montagne que le projet abimerait abrite des androsaces, une espèce protégée dont nous comptons bien prendre soin. Il y a aussi d’autres plantes ; tout un écosystème qui émerge depuis la fonte. Mais notre monde vivant ne s’arrête pas à ce que la biologie désigne. Notre monde animé, c’est aussi ce glacier sur lequel nous campons, sa glace millénaire qui a retenu nos crampons, la roche ici, et le vent qui nous enveloppe. Tout ce qui fait monde avec nous et ce à quoi nous nous sentons lié.es.

PNG - 1.2 Mo

Nous sommes remonté.es ce matin à la source de notre bassin versant, une des sources de l’eau potable de la vallée, mais aussi celle de notre histoire géologique. La glace porte en elle la mémoire des grands cycles qui ont transformé la terre, elle est dépositaire du temps profond de la vie. Alors que les glaciers fondent à une vitesse inimaginée par les générations passées, c’est notre mémoire que nous voyons s’évaporer en même temps qu’un accès illimité à une eau propre. Macron, jugeant la situation des glaciers « extrêmement préoccupante », prépare un sommet à Paris début novembre, tout en continuant ses politiques ravageuses, ses autoroutes et ses lois racistes. Notre sommet, nous le commençons ici, avec le glacier, pour imaginer quels autres futurs construire pour nos vallées et nos montagnes, réalistes, aux antipodes du court-termisme mercantile et passéiste. Nous ne pouvons empêcher le glacier de fondre sous nos pieds mais nous pouvons empêcher les travaux d’un énième projet mortifère.

Si l’arrêt des travaux n’était pas confirmé, il est possible que nous ayons besoin d’appui et de relais, cet automne ou ce printemps. Si vous êtes familier.e de la haute montagne et des techniques nécéssaires pour la parcourir, nous vous appelons à nous rejoindre, en prenant soin de vous et de vos limites. Nous appelons aussi à rejoindre la marche plus accessible, organisée par la Grave Autrement et Moutain Wilderness qui aura lieu demain dimanche, à 10h au départ du Chazelet pour cheminer vers le lac Lérié, depuis lequel nous pourrons nous faire écho.

PNG - 534.8 ko

Depuis ces hauteurs ou nous avons eu la chance de choisir de grimper, nous voulons aussi adresser un message de solidarité avec celles et ceux qui risquent leurs vies chaque jour à quelques kilomètres de là. À celles et ceux pour qui la traversée de montagnes s’impose pour s’émanciper des frontières et qui sont pourchassé.es par la police jusque dans les rues de Briançon. La montagne se doit d’être et de rester un lieu d’accueil et d’entraide !

A bientôt, à diverses altitudes

L’équipe glaciaire des Soulèvements de la terre.



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Stop Greendock - Panique sur la logistique

Du 24 au 26 mai, week-end d’actions, de débats, de festivités et de manifestations contre un projet d’entrepôt géant nommé Greendock, dans la banlieue nord de Paris.

Rassemblement contre Total Énergies

L’assemblée générale de Total coïncide avec le début de l’enquête publique du projet de parc photovoltaïque à Curtil-Saint-Seine. Rassemblons-nous devant le siège de Total Énergie le 24 mai à 11h pour dire à Total Énergie tout le bien que l’on pense de ces politiques de greenwashing !

Articles de la même thématique : Bétonisation

Programme perpétuel des Lentillères

Envie d’arreter le capitalisme ? De faire du pain ? Ou d’en apprendre plus sur les zappatistes, de faire du maraîchage, d’écouter un bon concert de punk, de réparer ton vélo, d’apprendre à conduire dans une auto-école buissonière ? Voici toutes les activités rejoignables du quartier libre des Lentillères ! Dans ce programme perpetuel de l’année 2024, les collectifs du quartier t’expliquent comment et pourquoi les rejoindre.. à toi de jouer !