Réponse du Front des Villages en Défense de la Terre-Atenco au communiqué international

« Ce qu’il nous reste, à nous les peuples et aux différentes parties de la population, c’est de continuer à s’organiser et à s’épauler les uns les autres. »

ATENCO. MAI SANGLANT : 12 ANS D’IMPUNITÉ

Ces 3 et 4 mai marquent le 12e anniversaire de la vengeance contre nos villages, organisés en « Front des Villages en Défense de la Terre ». L’auteur intellectuel de cette infâme répression, Enrique Peña Nieto, est l’actuel président du Mexique, et représente le plus ancien parti politique du pays, le Parti Révolutionnaire Institutionnel, qui, depuis plus de 80 ans, incarne un régime d’impunité, de corruption et de répression.

Beaucoup de douleurs se sont accumulées au Mexique durant les douze années qui ont suivi ce mois de Mai Sanglant. Cette nuit d’horreur des 3 et 4 mai 2006 ne s’est pas terminée là, pas même lorsque nous avons pu rentrer chez nous, après quatre ans de prison et de persécution.

Cette nuit-là se prolonge jusqu’à maintenant, et pas seulement à Atenco, mais dans tout le pays. Les tortures sexuelles commises sur nos sœurs, l’emprisonnement et les condamnations infâmes pour avoir défendu ce qui est juste, le meurtre, les perquisitions brutales, la persécution politique, tout ce que nous avons subi durant ces journées d’horreur fait désormais partie de la géographie quotidienne du Mexique, tout comme les abominables disparitions forcées dont l’État est responsable, que ce soit par omission ou directement.

Nous n’aurions jamais imaginé que cet Atenco ensanglanté s’étendrait sur tout le pays, et cela n’est possible que lorsqu’il existe un état politique d’ignominie totale et d’impunité, et c’est ce que nous subissons aujourd’hui.

Ce qu’il nous reste, à nous les peuples et aux différentes parties de la population, c’est de continuer à s’organiser et à s’épauler les uns les autres. Notre capacité à commencer à écrire une autre histoire, celle que nous voulons que nos enfants récoltent demain, est la seule chose qui nous sauvera. Il est impensable de les laisser orphelins de la dignité et condamnés à vivre soumis, pliés, résignés.

Vous savez que dans notre pays, nous sommes en pleine guerre électorale, et nous sommes préoccupés de voir comment le PRI et le PAN, c’est-à-dire la droite, insistent pour imposer par la force la continuité de leur régime, car cela implique non seulement un pas en arrière, mais aussi un affront pour l’ensemble du mouvement populaire, qui ne se remet que lentement de chaque attaque subie. Dans le cas des villages qui résistent contre l’aéroport, et en particulier à Atenco, ce serait prolonger la vengeance, l’invasion territoriale et la spoliation de notre terre-mère. Depuis nos humbles tranchées, bien plus faites de principes et de convictions que de barricades, nous allons résister, nous allons livrer la bataille au niveau juridique et dans la rue, avec toute l’inventivité exigée par cette lutte.

Aujourd’hui, ces 3 et 4 mai, ces deux jours qui n’en forment qu’un seul dans notre mémoire, nous vous disons, sœurs et frères : les murs de la prison nous ont rendus plus forts et plus humains, parce qu’à l’intérieur des cachots, il faut défendre à tout prix la capacité de continuer à être humains ; les solitudes qui se sont embrassées contre la persécution politique nous ont rendues aussi plus forts ; les perquisitions brutales ne nous ont pas vaincus. Le meurtre d’Alexis et de Javier, ainsi que les viols et la torture sexuelle de nos sœurs nous maintiennent moralement engagés à ne pas abandonner, à ne pas céder dans la lutte pour la justice, qu’un jour nous obtiendrons.

Notre âme étouffe un cri silencieux, que nous ne pouvons évacuer qu’en présence de nos semblables. Mais notre âme reprend ses ailes et s’envole, quand nous nous rendons compte que la lutte continue, que vous aussi, par exemple, continuez à élever les dignités et à édifier les barricades. Nous ne sommes pas seuls. Nous sommes là les uns pour les autres, parce que la solidarité fait tomber les frontières.

LE MAI SANGLANT NE S’OUBLIE PAS !

LES AUTEURS INTELLECTUELS ET MATÉRIELS DOIVENT ÊTRE SANCTIONNÉS

ENRIQUE PEÑA NIETO DOIT ÊTRE SANCTIONNÉ

ATENCO ENSANGLANTÉ, C’ÉTAIT AUSSI UN CRIME D’ÉTAT

ZAPATA VIVE, LA LUCHA SIGUE !

Front des Villages en Défense de la Terre, Mexique, 3 et 4 mai.

JPEG - 58.5 ko
JPEG - 36.1 ko

Voir en ligne : Lettre d’Atenco à la ZAD et la solidarité internationale

P.-S.

Documentaire sur la répression des 3 et 4 mai 2006 à Atenco

Ici tous les articles du cspcl en français sur Atenco : http://cspcl.ouvaton.org/spip.php?rubrique22

Et là le blog du Frente de Pueblos en Defensa de la Tierra : https://atencofpdt.blogspot.fr/


Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

No Tav : un été de lutte contre le TGV Lyon-Turin

Même si on en parle encore peu côté français, la lutte contre le projet de TGV Lyon-Turin a repris de plus belle depuis début juillet ! Alors que les habitant·es du Val Susa se battent depuis une vingtaine d’année contre la destruction de leur vallée, la lutte vient d’entrer dans une nouvelle phase.
À partir de différents extraits d’articles, voici un petit retour sur la situation de ce dernier mois.

Concerts de soutien aux jardins de l’Engrenage

La solidarité potagère est en marche ! Samedi 1er et dimanche 2 août au soir, le collectif Mammouth organise des concert de soutien aux jardins de l’Engrenage. Ceux-ci se dérouleront à la Grange rose du quartier libre des Lentillères.

Articles de la même thématique : Luttes paysannes

[Colombie] Attaques de l’armée contre le processus de libération de la Terre Mère

Les 12 et 13 août, l’armée colombienne a exécuté un scénario macabre pour assassiner la libération de la Terre Mère du Cauca en Colombie. Une lettre de solidarité a été publiée depuis la France par la Confédération Paysanne.

Journée internationale des luttes paysannes : le 17 avril, ne restons pas en silence !

Le 17 avril est la journée internationale des luttes paysannes, à l’appel de la Via Campesina. Cette année, pas d’actions locales ou de rassemblements, mais un appel, même chez soi, à ne pas rester en silence.

Il y a dix ans, une manifestation lançait l’occupation des Lentillères

« J’ai 10 ans » ! Plongée dans les archives de cette tumultueuse première décennie et particulièrement sur la date anniversaire. Par ces temps de confinement, on vous emmène en ballade dans les archives du média militant local de l’époque - Brassicanigra - avec des articles, des photos et aussi des vidéos glannées sur le web.