Mon pote Michel

Arriva alors un curieux gaillard, flanqué de ses chiens, qui prit part à nos réunions. Petit à petit, Michel s’est imposé dans notre logistique opératoire. SDF, il arpentait la ville avec des yeux que nous n’avions pas.

Michel Uhring est arrivé à Droit au Logement à la première réquisition, à peine l’association créée en juin 1995, c’était avenue du XXe-Corps. Deux beaux logements de 120 m2, réservés aux cadres supérieurs d’EDF, étaient vides depuis des années.

Léon Schwartzenberg était venu pour nous assurer une paix sociale du côté des matraques, le mouvement de réquisition commençait à Nancy. Il y avait fort à faire, nous avions de la bonne volonté et peu de savoir-faire.

DAL fonctionnait en AG permanente, mais la plupart des animateurs ne connaissaient pas de problèmes de logement, les gens en proie au mal-logement n’osaient pas souvent s’exprimer.

À Nancy, la création de DAL a bénéficié d’un œcuménisme assez rare. Dans l’association cohabitaient une trentaine de structures, syndicales, politiques, antiracistes, humanistes, des travailleurs sociaux d’obédiences syndicales diverses, des liens se tissaient aussi avec Médecins du Monde, Les Restos du Cœur, Emmaus, le Secours pop et le Secours catholique.
Le milieu des squats ne nous faisait pas confiance, et pour cause, ces personnes fuyaient tout ce qui est organisé, parce que justement les institutions les sommaient de quitter un mode de vie « asocial ».

Arriva alors un curieux gaillard, flanqué de ses chiens, qui prit part à nos réunions. Petit à petit, Michel s’est imposé dans notre logistique opératoire. SDF, il arpentait la ville avec des yeux que nous n’avions pas. Lorsque tu es dans une ville, sans argent, ni titre de logement, il faut apprendre à repérer l’endroit, accessible, qui te protégera du froid, de l’eau, de la canicule, des coups aussi. Les SDF sont souvent victimes de violences gratuites.

Au bout de quelques mois, Michel nous indiquait les bâtiments vides, s’ils étaient approvisionnés en électricité, eau, gaz, ce qui est souvent le cas. Nous avons souvent réquisitionné des logements, où tout fonctionnait.

De fil en aiguille, Michel est devenu le fixeur du DAL, il amenait aux réunions sa mine de renseignements, André Valance allait alors au cadastre vérifier si le bâtiment était une propriété du domaine public, condition essentielle pour réquisitionner, puis une rencontre se faisait avec des syndicalistes d’EDF et de La Poste pour amener l’opération à terme. DAL avait en permanence dans sa besace quelques adresses « opérables ». Nous avons logé des dizaines de familles grâce à un gaillard qui couchait dehors. Il aurait été superflu de remercier Michel, trop heureux d’aider.

Lire la suite sur Manif’est :

Mon pote Michel

Michel Uhring est arrivé à Droit au Logement à la première réquisition, à peine l’association créée en juin 1995, c’était avenue du XXe-Corps. Deux beaux logements de 120 m2, réservés aux cadres supérieurs d’EDF, étaient vides depuis des années.

A lire sur Manif’Est


Articles de la même thématique : Logement

La Gazette des confiné·es #15 - Occupations et Zad, économie vs écologie et locataires étranglés

Sous Macron, l’économie est reine et les promesses écologiques du vent. Ou du greenwashing pour les multinationales. Bien réelle, la répression s’abat sur les classes populaires et les luttes. Violences policières, Zad détruites, squats menacés... Dans les immeubles de New-York, Bologne et peut-être bientôt de Rennes ou Paris, les menaces d’expulsions locatives poussent à la solidarité. Se transformera-t-elle en mouvement politique ?

Articles de la même thématique : Précarités

Doona, CROUS assassin ! Institutions transphobes !

Mercredi 23 septembre, Doona, une étudiante trans, a mis fin à ses jours à la gare Saint-Roch à Montpellier. Cette jeune femme avait déjà lancé plusieurs appels à l’aide sur les réseaux sociaux. La précarité, le CROUS, la transphobie l’ont menée dans une impasse. Mobilisations à Dijon cette semaine contre la transphobie et la précarité.

[Dijon] Les précaires entrent en action

Mardi était une journée nationale de mobilisation dont le but était de mettre en lumière la situation des précaires. Une action a eu lieu à Dijon.