Procès d’Indymédia Linksunten - Construisons des réseaux de solidarité, faisons du jour (((i))) un jour de résistance !

En août 2017, l’état allemand faisait fermer ce média libre avec une importante opération policière. Le groupe de soutien, après avoir fait un gros travail d’investigation pour comprendre le déroulement de cette fermeture, attaque juridiquement cette interdiction au tribunal administratif de Leipzig.
[MAJ] Les archives ont été déterrées pour l’occasion et sont consultables en ligne.

Les archives complètes
Les archives en français

Campagne de la journée (((i))) le samedi 25 janvier, avant les procès au Tribunal administratif fédéral les 29 et 30 janvier. Manifestation nationale à Leipzig pour exprimer notre solidarité avec linksunten.indymedia.org et pour nous défendre contre cette interdiction.

Certains sont affectés, nous sommes tous faits l’un pour l’autre.

Cela fait un certain temps qu’il existe, mais il est silencieux depuis qu’en août 2017, cette plate-forme Internet de la gauche radicale, parmi les plus importantes, a été interdite par le ministère de l’Intérieur pour des raisons peu convaincantes, puis retirée de l’Internet par les opérateurs.

Depuis 2009, linksunten.indymedia.org nous a accompagnés dans nos batailles quotidiennes et nous a fournit un support approprié. Sur aucune autre plate-forme de l’espace germanophone, il n’a été possible d’échanger, de rapporter et de s’expliquer de manière anonyme et sécurisée. Aucune autre plate-forme n’a réussi à réunir autant de positions et de mouvements activement impliqués dans le travail de relations publiques radicales de gauche.

Lorsque les grands chefs d’Etat se sont réunis pour le sommet du G20 début juillet 2017, une résistance massive s’est développée contre lui, ce qui a conduit à une perte temporaire de contrôle des forces de sécurité. En réaction à cette forte protestation, une vague de répression contre la scène de gauche en Allemagne, qui n’existait plus depuis longtemps, s’est déclenchée dans les mois qui ont suivi sous la forme de perquisitions de domiciles, de perquisitions publiques, de longues peines de prison (en détention provisoire), de campagnes de calomnies et de durcissement des lois. C’est dans ce contexte que nous voyons l’interdiction de linksunten.indymedia.org.


LIRE AUSSI : La police d’Hambourg a tellement échoué à maintenir l’ordre qu’il lui faut maintenant réussir sa traque

Le fait que cela se produise également à un moment où les refuges pour fugitifs sont à nouveau incendiés, où le racisme et le fascisme sont depuis longtemps redevenus socialement acceptables et où l’AfD a trouvé son chemin dans tous les parlements est une gifle pour tous ceux qui ont utilisé linksunten.indymedia.org pour s’opposer au tournant à droite qui s’est produit.

Nous ne voulons pas et ne pouvons accepter que tout cela reste sans réponse. Nous appelons donc tous les camarades et véhicules à participer à notre campagne de la journée (((i))), le samedi avant les procès au Tribunal administratif fédéral à Leipzig. C’est pourquoi nous organiserons une manifestation nationale à Leipzig pour exprimer notre solidarité avec linksunten.indymedia.org et pour nous défendre contre cette interdiction.

Construisons des réseaux de solidarité, entrons en contact et montrons ensemble que nous ne sommes pas prêts à aller plus loin dans ces conditions !

Faisons du jour (((i))) un jour de résistance !

août 2017

Deux ans après les perquisitions, où en est l’enquête sur l’interdiction d’Indymedia Linksunten ?

En septembre 2017, Indymedia Linksunten était interdit par le ministère de l’Intérieur allemand, perquisitions et montage policier à l’appui. Retour sur l’histoire, le contexte, les dossiers d’enquête ainsi que sur la bataille juridique menée depuis le collectif de soutien et la legal team Freiburg EA.

8 novembre 2019


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Répression

[Lons-le-Saunier] Maxi-répression à la Mini-festation

Ce samedi 16 mai, la police a fait du zèle lors de la « mini-festation » de Lons-le-Saunier (Jura). Des participant.e.s, dont certain.e.s ont passé une vingtaine d’heures en garde-à-vue, racontent...

Meurtres et mensonges d’État : la police française a tué au moins 12 personnes durant le confinement

Durant ces 2 mois de confinement, si un certain nombre de violences policières ont pu être dénoncées grâce aux images et aux révoltes dans les quartiers populaires et mises en lumière dans les médias, les morts liées aux interventions de la police sont restées dans l’angle mort. Malgré un article publié le 20 avril sur cette situation, largement relayé et suivi de tribune, aucun média national n’a titré sur ces morts. À la fin de ce confinement, ce sont 12 personnes qui sont mortes à cause de la police. À ce rythme, personne ne peut continuer à parler de bavures isolées. Ils s’agit de meurtres systémiques validés par l’État français. Le site Rebellyon.info a publié un recensement de ces violences commises par la police pendant le confinement.

[Lons-le-Saunier] Manif des gilets jaunes : trois personnes en garde à vue

A la suite des rassemblements de ce samedi, trois personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue au commissariat de Lons le Saunier.

Articles de la même thématique : Surveillance, fichage

CoronaVirtuel, une certaine immunité policière

La dystopie n’est qu’une autre forme du désastre, son approfondissement augmenté, une extinction sous contrôle : tout y est virtuel, de la marchandise aux rapports sociaux, sauf la mort... en développement durable. La révolution, c’est tout le contraire !

Pour que cesse le confinement de notre lutte et de nos amitiés

Ce texte, publié sur le blog Nous sommes tou-te-s des malfaiteur-euse-s, est porté par des personnes mises en examen dans le cadre de l’information judiciaire ouverte sur des militants de Bure. Il a été rédigé par le biais de complexes allers-retours du fait de leurs contrôles judiciaires qui les obligent à « s’abstenir de rentrer en relation » entre elles. Par cette tribune, publiée également sur Reporterre et Mediapart et faisant suite à une enquête en trois volets elles souhaitent se réapproprier tant bien que mal une expression collective face à cette répression atomisante.

La Gazette des confiné·es #7 - Guerre, cocarde et propagande

Les soignant·es du Kremlin-Bicêtre ont-iels applaudi Macron, ou est-ce l’Élysée qui pratique la propagande des temps de guerre ? La guerre, ce n’est pas nous qui en parlons c’est l’État qui la nomme, la fait aux Zad et veut nous y habituer (par le SNU). Quelques réflexions et un tour d’horizon dans une gazette qui essaye de se détacher de la rumeur des bottes et du bruit des grenades.