Quand le RN détourne le slogan « Police partout, justice nulle part »



Sur un pseudo-média de droite (Toutmontbéliard.com), le RN/FN de Bourgogne/Franche-Comté utilise et détourne le slogan anarchiste « police partout, justice nulle part ». Provocation ou manque d’inspiration ? Peut-être les 2…

Le slogan anarchiste « police partout, justice nulle part ! » est efficace. Le mot « justice » est employé ici dans le sens de justice sociale. Les libertaires (anarchistes) veulent un système politique horizontale, sans hiérarchie et sans classe sociale.
Nous voulons que la bourgeoisie (capitaliste ou politique) n’existe plus. Les révolutionnaires n’appellent pas au meurtre ou à l’emprisonnement des ultra-riches. Nous réclamons seulement une collectivisation des moyens de production et des terres agricoles, ainsi qu’un partage des richesses immédiat, notamment pour l’immobilier. Être un bourgeois, ce n’est pas une fatalité !

Ainsi, la bourgeoisie n’existera plus, sans recourir au meurtre de la poignée d’hommes et femmes qui possèdent toutes ces richesses.

Mercredi 3 Novembre dans un communiqué, le RN/FN local détourne ce slogan anarchiste pour créer un titre accrocheur, cachant un manque d’inspiration évident, une culture bourgeoise et une grande lâcheté intellectuelle : « Racailles partout, justice nulle part ! »

Le RN/FN ne détourne pas seulement le slogan, il détourne aussi le mot « justice ».

Ce mot employé chez les fascistes ne correspond pas à une justice sociale mais à la Justice républicaine, celle que nous connaissons toutes et tous, celle qui appartient à la bourgeoisie.

Cette même Justice républicaine qui défend ses intérêts de classe et ne protège jamais la classe laborieuse. [1]

Un avocat coûte 200 à 300 euros/heure. Comment nos classes populaires peuvent se défendre face à l’État ou à n’importe quel ultra-riche et petit bourgeois ?

Cette Justice républicaine, socialement injuste, serait trop laxiste contre nos classes populaires selon le RN/FN.
Ce qui n’est pas étonnant pour des petits politiciens violents, tenus en laisse par la bourgeoisie depuis sa création. [2]

Make racists afraid again !

Loral Aitken, spécialiste des ultra-riches et des violences bourgeoises



Notes

[1Pas même les enfants de la classe laborieuse, comme on peut le voir dans le documentaire indépendant du 25 Octobre 2021, 1 sur 5 le film contre la pédocriminalité, de Karl Zero. La parole est donnée aux victimes et aux associations sur le terrain, c’est rare.
https://www.youtube.com/watch?v=m2BcLFbu5IA

Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Extrême-droite

Errance Urbaine #22 - Avril 2022

L’actualité vue par les rues de Dijon et alentours ces dernières semaines. Au programme ce mois-ci de l’antifascisme, des élections, et des nouvelles des Lentillères.

[Besançon] Pour l’extrême-droite, le parasitage du 1er mai tourne au fiasco

Lors de l’édition du 1er mai 2022 à Besançon, les principales officines d’extrême-droite se sont mobilisées. Pour leurs militants, il n’était pas question de laisser la gauche monopoliser les rues et les médias. Mais d’une prétendue démonstration de force affirmée sur les réseaux sociaux à grands renforts de montages vidéos, on retiendra surtout un véritable naufrage. Ils étaient dix, peut-être quinze. Certains de la région, d’autres venus depuis la Bourgogne pour l’occasion. Leur exploit ? Pour les uns, une mise en scène de quelques minutes, dans une artère déserte, sous lourde protection policière. Pour les autres, une tentative d’infiltration du cortège, se soldant par une éviction humiliante et par un sauvetage de la BAC.