Solidarité avec les peuples indigènes en lutte contre le train Maya

Le président mexicain tente d’imposer un projet pharaonique de train touristique qui relierait différents sites mayas à la côte du Yucatan, avec de graves conséquences sur les territoires indigènes. L’avenir de ce projet se joue en ce moment. Voici un communiqué de soutien de la Sexta Grietas del Norte, un réseau états-unien d’appui aux luttes des peuples indigènes mexicains, en date du 10 avril 2020.

La Sexta Grietas del Norte invite d’autres groupes et personnes à s’unir en solidarité avec nos compas qui luttent contre le dénommé Train Maya.

JPEG - 338.5 ko

On salue les efforts du « Conseil Régional Indigène et Populaire de Xpujil (CRIPX) » et on les félicite pour leur réussite à retenir la construction du méga-projet du train dans le « couloir » de Campeche. C’est un grand succès particulièrement en ces temps où les gouvernements profitent de la crise du Covid 19 pour faire avancer leurs agendas et attaquent les résistances et les rébellions au Mexique et dans d’autres parties du monde. On sait que la lutte vient juste de commencer et nous appuyons et soutenons les efforts continus pour arrêter de façon permanente la construction du train dans sa totalité. Cette lutte est loin d’être terminée car le gouvernement est décidé à réaliser ce méga-projet qui apportera de grands bénéfices aux capitalistes qui dirigent le pays, au prix d’un coût très élevé pour la vie humaine et le milieu naturel.

Nous dénonçons les menaces, harcèlements et toutes les tentatives pour intimider et faire pression sur ceux qui luttent contre la construction du « Train Maya » et nous dénonçons en particulier les agressions contre nos frères et sœurs membres du Conseil Régional Indigène et Populaire de Xpujil, qui risquent leur vie et leurs moyens de subsistance pour lutter contre ce méga-projet de mort.
Le dénommé projet « Train Maya » vise à transporter de 600 000 à 800 000 nouveaux touristes par an dans la péninsule du Yucatan. A travers des « consultations » mensongères et autoritaires le gouvernement fait semblant d’informer et de consulter les populations locales sur les retombées du projet au prétexte que c’est un projet de « développement » qui apportera des bénéfices aux pauvres indigènes de la région : emplois, infrastructures modernes, opportunités de commerces…

JPEG - 225.1 ko

De fait, la vérité est tout le contraire. Ainsi furent les conclusions de beaucoup, et particulièrement celle de CONACYT (Conseil national de science et technologie) , un organisme fédéral indépendant chargé de conseiller le gouvernement mexicain sur les politiques publiques en lien avec la science et le développement technologique. Cette étude, rendue au gouvernement début décembre mais qui ne fut pas publiée avant mars (beaucoup plus tard que la procédure de consultation) conclue que le méga-projet du train aurait de graves impacts négatifs qui incluent :

  • la destruction de 10 domaines nationaux protégés qui apportent des bénéfices pour l’environnement tels les aquifères et la capture du carbone (qui relativisent les dommages causés par le réchauffement global) ;
  • des impacts négatifs irréversibles sur le territoire du projet ;
  • la violation des droits de 146 000 indigènes qui vivent sur ce territoire ;
  • la création d’emplois précaires et temporaires ;
  • l’augmentation de la violence en lien avec le trafic de drogues et des personnes ;
PNG - 616.1 ko

L’étude a été censurée par le gouvernement jusqu’à ce que se tienne le processus de consultation afin que les gens ignorent les dangers du train-méga-projet..
Cette étude confirme ce que nous avons largement argumenté depuis longtemps : ce mégaprojet de mort est un rêve capitaliste qui conduira un dépouillement, déplacement et destruction de la vie des personnes qui vivent sur les zones proches, le long de la voie ferrée : foyers, agriculture, communautés, petites entreprises et commerces, y compris les entreprises eco-touristiques durables. Le train est une menace pour la plus grande forêt tropicale restante de Mésoamérique, la réserve de Calakmul, considérée comme la seconde biosphère la plus importante après l’Amazonie pour sa production d’oxygène. Les mangroves de Bacalar, une des régions de mangroves les plus importantes au monde sont aussi sur la route du train et de fait courent un grand risque (“Territoires mayas au passage du train : situation actuelle et risques prévisibles” [Espagnol]).

Le projet du Train Maya bénéficiera aux corporations d’ingénieurs et de construction qui obtiendront de grands contrats, ainsi qu’aux chaînes hôtelières , les corporations touristiques internationales et les riches entrepreneurs qui ont les fonds pour pouvoir s’installer et avoir les mains pleines d’argent pour pouvoir verser des pots de vin. Ce méga train bénéficiera aux fonctionnaires du gouvernement qui recevront des faveurs et pots de vin de la part des capitalistes. Ce train bénéficiera aux industries extractives, dont les projets suivront inévitablement la route du train profitant de l’infrastructure, l’installation de transports et les forces militaires et paramilitaires de « sécurité » qui arriveront dans la région pour appuyer la construction du train et qui serviront à protéger leurs investissements. Ils bénéficieront aussi de la répression contre la résistance tenace et l’opposition aux mega-projets, qui est toujours un obstacle pour le capitalisme extracteur. 

Il nous suffit de regarder le miroir de la Riviera Maya, au nord ouest du Yucatan, pour voir les effets que les projets touristiques massifs ont sur les personnes et le milieu naturel. Tandis que les riches se baignent dans des piscines impeccables, se relaxent sur la plage et dans des bars élégants, jouissant de cocktails exotiques et de nourritures « gourmet », ceux qui les servent touchent des salaires de misère (beaucoup ne gagnent que le salaire minimum de 7 dollars par jour) et des dizaines de milliers de sans emploi et de sous employés peuplent la zone qui entoure les centres touristiques dans des quartiers de pauvreté. Parmi ces « serviteurs » se trouvent des paysans qui ont été dépossédés de leurs terres, ou qui ne peuvent plus vivre de leur terre, dans beaucoup de cas fait dû à la diminution de l’eau disponible. L’abondance de centres commerciaux et de restaurants qui font de l’argent dans ces zones touristiques sont les propriétés de l’élite fortunée, souvent des étrangers, qui avaient l’argent pour investir dans des standing luxueux que les touristes préfèrent. Les rues de Cancun sont remplies de chaînes de magasins étrangers. Les plages, vierges et pleines de poissons, sont aujourd’hui contaminées. Des centaines de milliers de tonnes d’ordures créées par les touristes contaminent l’eau, se répandent dans l’océan et infectent la terre en vide ordure abondants situés à proximité des maisons des pauvres.

L’eau volée aux champs de culture indigènes se répand de manière impudente. C’est le modèle de développement que l’on peut voir dans les luxueuses zones touristiques de l’ensemble du Mexique : une industrie touristique dévastatrice et insoutenable qui maintenant se répand à la racine de l’épidémie du Covid 19. Le gouvernement mexicain informe que Cancun est abandonnée : seul 7% des 90.000 chambres d’hôtel sont occupées, tandis que 60.000 travailleurs ont été congédiés dans l’état du Quintana Roo, ce qui représente environ 40% de son pouvoir de travail. Les travailleurs pauvres et non assistés des zones hôtelières, comme les pauvres et non assistés partout dans le monde, seront les plus affectés par l’épidémie, tandis que les messieurs capitalistes trouveront d’autres moyens d’obtenir des gains. Au milieu de cette crise, le gouvernement trouve le moyen de continuer ce projet. Le 1er avril il a annoncé qu’il était en train de revoir les propositions de 14 consortiums (propriétés de multinationales chinoises et de Carlos Slim, l’homme le plus riche du Mexique) pour construire la première phase du train, qui coûtera au gouvernement mexicain entre 12 et 22 millions de pesos mexicains (600 millions à plus de mille millions de dollars US). Le gouvernement insiste sur le fait que le projet démarrera le 30 avril.

Nous, les signataires ci contre, dénonçons ce projet et exigeons son arrêt immédiat au bénéfice de la population locale, les paysans, la Terre Mère, et l’humanité elle même. Nous donnons notre appui à toute personne qui lutte pour préserver les milieux de vie durables et particulièrement aux peuples premiers qui luttent pour préserver leur histoire et leur identité et leurs terres ancestrales. Nous devons protéger tout ce qui reste de ces milieux et ressources sacrés pour que les générations futures aient l’opportunité de survivre contre la civilisation de la mort.

JPEG - 150 ko

Signataires :
https://espoirchiapas.blogspot.com/2020/05/declaration-de-solidarite-avec-la-lutte.html?m=1



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Mexique

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Vers une abolition de la police ?

Le mouvement international contre le racisme et la violence de la police a révélé l’existence de quelques organisations aux États-Unis dont l’objectif est d’abolir la police. C’est le moment de s’y pencher de plus près et de s’en inspirer.

No Tav : un été de lutte contre le TGV Lyon-Turin

Même si on en parle encore peu côté français, la lutte contre le projet de TGV Lyon-Turin a repris de plus belle depuis début juillet ! Alors que les habitant·es du Val Susa se battent depuis une vingtaine d’année contre la destruction de leur vallée, la lutte vient d’entrer dans une nouvelle phase.
À partir de différents extraits d’articles, voici un petit retour sur la situation de ce dernier mois.

Concerts de soutien aux jardins de l’Engrenage

La solidarité potagère est en marche ! Samedi 1er et dimanche 2 août au soir, le collectif Mammouth organise des concert de soutien aux jardins de l’Engrenage. Ceux-ci se dérouleront à la Grange rose du quartier libre des Lentillères.