Tenons-nous prêt à affronter la réforme des retraites !



Le projet de loi sur la réforme des retraites qui devait être annoncé le 15 décembre, sera finalement présenté le 10 janvier. En attendant les détails, mettons-nous à jour sur ce que sont les retraites et lisons les premiers communqiués syndicaux pour préparer la bataille.

Où en sont les organisations syndicales ?

Dès le 2 décembre, la CGT publiait un tract pour exprimer son refus de la réforme et clarifier ses propositions :

Pour la CGT il faut sans plus attendre :
• abandonner cette réforme ;
• un départ à la retraite dès 60 ans à taux plein ;
• des départs anticipés à 55 ans ou un trimestre de départ anticipé par années d’exposition pour les salarié·es exposé·es à des facteurs de pénibilité ;
• assurer un niveau de pension (taux de remplacement) d’au moins 75 % du revenu d’activité pour une carrière complète ;
• élever le minimum de pension au niveau du Smic pour une carrière complète ;
• indexer les pensions sur l’évolution des salaires et sur celle des prix ;
• prendre en compte les années d’études au travers d’une validation des périodes de première recherche d’emploi dès l’inscription à Pôle emploi ;
• une politique volontariste d’égalité salariale femmes-hommes, améliorant la retraite des femmes et abondant les ressources des régimes.

Le 5 décembre, une intersyndicale réunie aux Lilas et composée de la CFDT, CGT, FO, CFE CGC, CFTC, UNSA, Solidaires, FSU, UNEF, VL, FAGE, FIDL et MNL publiait un communiqué annonçant qu’elle était prête à la mobilisation :

Les consultations en cours concernant notre système de retraite ont été une nouvelle occasion pour les organisations syndicales de faire des propositions dont aucune ne nécessite une réforme paramétrique. Le système par répartition n’est pas en danger, y compris pour les jeunes générations. Le gouvernement instrumentalise la situation financière du système de retraites et affirme à tort que le recul de l’âge légal de la retraite est un impératif.

De premiers arbitrages seraient ainsi rendus en ce sens dès la mi-décembre. Au moment où le contexte social, environnemental et économique est particulièrement difficile pour une partie croissante de la population, le gouvernement, en s’entêtant, porterait l’entière responsabilité d’un conflit social majeur.

Les organisations syndicales réaffirment qu’elles sont, comme la très grande majorité de la population, fermement opposées à tout recul de l’âge légal de départ en retraite comme à toute augmentation de la durée de cotisation. La jeunesse, déjà fortement touchée par la précarité, serait fortement impactée par ce projet. Pour l’intersyndicale, des alternatives, y compris financières, existent pour améliorer les fins de carrière et les montants des pensions tout en faisant reculer les inégalités touchant particulièrement les femmes.

Les organisations syndicales et de jeunesse ont d’ores et déjà décidé de se revoir le jour-même des annonces gouvernementales, elles réaffirment leur détermination à construire ensemble les mobilisations passant en particulier par une première date de mobilisation unitaire avec grèves et manifestations en janvier si le gouvernement demeurait arcbouté sur son projet.

Après l’annonce du report de la présentation du projet de réforme, l’intersyndicale réunie à Paris réaffirme ses positions dans un communiqué publié le 13 décembre :

Le président de la République a annoncé le report de l’annonce de la réforme au 10 janvier 2023.

Ce décalage de calendrier ne changera pas l’opposition de toutes les organisations syndicales et de jeunesse à tout recul de l’âge légal de départ en retraite.

Conformément au communiqué intersyndical du 5 décembre, les organisations syndicales et de jeunesse confirment qu’elles se réuniront dans la foulée de l’annonce de la réforme pour construire une réponse commune de mobilisation interprofessionnelle, dès le mois de janvier, si le gouvernement maintient son projet.

La CGT en profite pour faire une mise au point et proposer une autre réforme :

Changement de stratégie

Le projet de réforme des retraites de 2023 n’est pas si différent de celui du système universel à point combattu à l’hivers 2019-2020. Pourtant, la stratégie pour arriver à faire passer le projet diffère.

Macron et son gouvernement ont tiré les leçons de l’échec de l’usine à gaz du projet à points. Le travail militant de la CGT avait permis de retourner l’opinion publique. Aujourd’hui, il a décidé de faire simple, mais l’objectif reste le même : diminuer la part des richesses produites consacrée au financement des retraites.

Un simple décalage de l’âge de la retraite à 65 ans ?

Le gouvernement Borne a décidé d’attaquer la réforme 2023 par le biais de l’allongement du temps de travail en décalant l’âge de départ à la retraite à 65 ans.

Cette mesure pourrait simplement être intégrée à un projet de loi de financement rectificatif de la Sécurité sociale au premier trimestre 2023. L’autre mesure envisagée est d’accélérer la réforme Touraine.

Cette loi de 2014, allonge, génération par génération (à partir de celle née en 1958), le nombre de trimestres requis pour obtenir une retraite à taux plein pour atteindre 172 trimestres en 2035, soit 43 années de cotisation pour les Français ayant vu le jour en 1973.

La version 2023 est une réforme plus dure encore que celle de 2020

Sous couvert de contreparties comme le relèvement du montant minimum des pensions, la réforme 2023 est en fait encore plus dure que celle avortée de 2020.

Si elle était appliquée, elle serait plus rapidement défavorable aux salariés et accélérerait la baisse des pensions. Le Conseil d’Orientation des retraites estime que le pouvoir d’achat des retraités pourrait à terme baisser de 20% par rapport à celui des actifs.

La « garantie » d’un minimum de pension à 1 200 € n’est qu’un leurre, car elle ne serait effective que pour les carrières complètes.

La baisse du niveau des pensions est un appel d’air à la capitalisation

Cette dégradation, programmée du montant des pensions, pousse les salariés, qui en ont les moyens, à se tourner vers les assurances privées par capitalisation.

Une majorité contre la régression sociale

"Pour construire la mobilisation contre la baisse des droits du système universel de retraite par répartition, nous pouvons compter sur l’opinion publique" a insisté Catherine Perret, membre du Bureau confédérale en charge du dossier des retraites lors d’un meeting à Toulouse.

En effet, une majorité de français.es a bien compris les conséquences du projet et refuse toute nouvelle régression sociale. Les sondages d’opinion soulignent que ce refus touche toutes les générations et catégories professionnelles.

La CGT propose une autre réforme.

Il faut s’appuyer sur l’opinion publique pour passer du mécontentement à l’action collective.

Il s’agit non seulement de s’opposer au projet Macron-Borne, mais aussi de partager les propositions de la CGT pour améliorer le système de retraite existant :

  • retour à un départ à 60 ans,
  • pension minimum au niveau du SMIC à 2 000€,
  • prise en compte des années d’études, …

Comment ? En allant chercher de nouveaux financements :

  • fin des exonérations de cotisations,
  • hausse du taux de cotisation,
  • égalité professionnelle femmes-hommes, ...
PNG - 151.4 ko

Documents pour en savoir plus sur les retraites

Document du Pôle Santé / Reconquête de la Sécurité sociale de la CGT :

Tracts de la Fédération Sud/Solidaires des Transports Urbains et Interurbains :

Tract de la CGT du Conseil Régional Bourgogne Franche Comté :

Et pour se mettre en action, non seulement face à la réforme des retraites mais aussi face à celle de l’assurance-chômage, Solidaires 21 appelle à manifester le samedi 7 janvier à 14h place Darcy.

À bientôt dans la rue !


P.-S.

Logo : photo de la manif contre la réforme des retraites le 17 décembre 2019 à Paris.


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Syndicalisme

Réforme des retraites : l’université de Bourgogne se mobilise

Une assemblée générale étudiant·es-personnels aura lieu lundi 30, et un cortège partira du campus pour la manifestation de mardi. L’intersyndicale demande par ailleurs une dispense d’assiduité pour les étudiant·es les jours de mobilisations.

Articles de la même thématique : Retraite

Apres une mobilisation historique, nous devons organiser nos forces sur la durée

« Les personnels de l’Éducation, à l’instar d’une majorité de salarié·es de ce pays, n’envisagent pas de devoir travailler plus longtemps ou de voir leur retraite rognée à cause de l’augmentation de la durée de cotisation. Ils ne l’envisagent pas, ils ne l’acceptent pas et sont déterminés à ne pas attendre le 31 janvier pour continuer le combat engagé contre la réforme. »

Le dogme macroniste est sourd aux arguments du COR

Vendredi 20 janvier, une manifestation s’est déroulée pour interpeller la présidente de la commission des affaires sociales à l’assemblée nationale pour dénoncer la réforme des retraites voulue par Macron et Borne.