[Belgique] Menace Imminente sur la Zad d’Arlon

Un appel à défendre la ZAblière menacée d’expulsion à partir du 26 janvier 2021.

Depuis plus d’un an, une parcelle de terre a été arrachée à la bétonisation. L’ancienne sablière de Schoppach où animaux et plantes sauvages cohabitaient avec les balades dominicales est menacée par un projet de zoning pour PME comprenant bureaux et parkings ; et ce depuis son rachat auprès de la commune par l’intercommunale IDELUX-AIVE.

Des personnes ont alors décidé de prendre ce bois, afin de le défendre face à cette menace, répondant à un appel de riverains désespérés par le manque d’attention porté à leur voix. Cette année fut l’occasion de faire advenir un autre tournant à la lutte « pour le climat » en lui faisant prendre un réel tournant écologique et social ; de l’occupation des ronds points par les gilets jaunes à l’occupation d’un bois par les zadistes. Ainsi, les cabanes dans les arbres auront permis d’entendre le cri des oiseaux.

Durant un an, l’hiver, les menaces policières et mafieuses n’auront pas réussi à détériorer le moral des occupants de la Zablière, pas même quelques opposants calomnieux. De cet élan de résistance sont nés des actions de défense directe, un livre de photos et de poésie, un film, une université libérée, des amitiés et un tas d’autres choses impossibles à décrire sans les avoirs vécues.

Une pression politico-policière (nous avons ici conscience du pléonasme) ayant fait basculer Arlon en état de siège nous a déjà montré les moyens qu’ils sont prêts à mettre dans la répression de la zone. Les événements survenus le 13 janvier à Bruxelles nous prouvent que la défense violente et organisée du vieux monde est prête à la guerre. Ce ne sont pas des fous sanguinaires, mais des êtres dotés de raison ayant compris qu’à la défense d’une idéologie, la fin justifiait TOUS les moyens.

Ce bout de terre est aujourd’hui menacé par l’association de malfaiteurs qui tente de reprendre ce qu’il considère comme ses droits. Opposons-lui le droit à la vie et à la démocratie.

Défendons la Zablière, ripostons le 26 janvier.
Accès et infos : https://zabliere.noblogs.org/acces/



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : ZADs

Garden State : une réalité moins verte qu’on voudrait nous le faire croire !

A longueur d’interviews ces dernières semaines, François Rebsamen, Nathalie Koenders et Thomas Ghitti vantent la qualité environnementale et les bienfaits pour le quartier du projet immobilier Garden State, tout en se contredisant et en entretenant le flou sur la véritable destination des espaces et les modalités de prise en compte de l’avis des riverains.
Alors, « À quoi va ressembler Garden State ? » : les Jardins de l’Engrenage décryptent la situation.

Le Préfet ment comme il respire pour justifier les violences de sa police !

« Le Préfet accuse donc les défenseurs des Jardins de l’Engrenage de violenter les forces de l’ordre, et même d’user des cocktails molotov ! [...] Aucun cocktail molotov n’a été utilisé ni préparé. Aucun policier n’a été blessé, même très légèrement.[...] Le Préfet ment comme il respire.[...] À l’Engrenage, la violence est policière et institutionnelle. »

Articles de la même thématique : Répression

Ficher pour mieux régner / Désarmons-les

Compte moral, sommier, registre, répertoire, casier et finalement « traitement de données à caractère personnel » : le vocabulaire est foisonnant pour décrire l’arme de basse intensité qu’est devenu le fichier dans l’arsenal répressif. Le système disciplinaire du capitalisme sécuritaire a toujours eu besoin d’ingrédients techniques pour contraindre les corps indociles à la bonne marche de l’ordre social. Si les fichiers clients ou les « profils » prospèrent aujourd’hui dans le marasme du Big Data, l’État puissant, qu’il soit monarchique, impérial ou républicain, s’est toujours évertué à étiqueter méthodiquement ses sujets afin de préserver son pouvoir de domination.