Répression

  • [Lons-le-Saunier] Maxi-répression à la Mini-festation

    Ce samedi 16 mai, la police a fait du zèle lors de la « mini-festation » de Lons-le-Saunier (Jura). Des participant.e.s, dont certain.e.s ont passé une vingtaine d’heures en garde-à-vue, racontent...

  • Meurtres et mensonges d’État : la police française a tué au moins 12 personnes durant le confinement

    Durant ces 2 mois de confinement, si un certain nombre de violences policières ont pu être dénoncées grâce aux images et aux révoltes dans les quartiers populaires et mises en lumière dans les médias, les morts liées aux interventions de la police sont restées dans l’angle mort. Malgré un article publié le 20 avril sur cette situation, largement relayé et suivi de tribune, aucun média national n’a titré sur ces morts. À la fin de ce confinement, ce sont 12 personnes qui sont mortes à cause de la police. À ce rythme, personne ne peut continuer à parler de bavures isolées. Ils s’agit de meurtres systémiques validés par l’État français. Le site Rebellyon.info a publié un recensement de ces violences commises par la police pendant le confinement.

  • La Gazette des confiné·es #14 - Censure du web, éducation numérique et manifs empêchées

    Resterons-nous libres de vous informer encore longtemps ? Cette quatorzième Gazette s’ouvre par la fin. La fin du parcours législatif de la loi Avia, promesse de censure et d’arbitraire. On s’interroge. Est-il permis d’évoquer les sabotages d’antennes et de câbles attribués à l’« ultragauche » par les renseignements ? D’afficher les startuppers pour qui l’école numérique est une promesse d’argent ? De critiquer la collapsologie ainsi que Martin Hirsh et ses errements ? Ou serons-nous rattrapés par les chaussettes à clous pour crime de pensée ? Les manifestant·es du 11 mai l’ont appris à leurs dépens. L’ambiance est policière.

  • La Gazette des confiné·es #13 - La nicotine, les sous de la science et notre présent

    Dans cette Gazette, on découvre tout ce qu’on risque de conserver de l’état d’urgence sanitaire, on voyage à travers la France en lutte, on observe les dessous peu attrayants du financement de la recherche scientifique, on se rend compte qu’on lance des expériences de psycho sociale à l’école et on évite de se précipiter sur la nicotine, quelle que soit sa forme.

  • Répression au balcon

    Comme je me retrouvais privée de moyen d’expression et assignée à résidence dans mon village, j’ai accroché des banderoles sur ma maison pour interpeller les passants sur notre situation politique. Mes banderoles mettaient en exergue les choix sociaux désastreux du gouvernement actuel (et des précédents).

  • Pour que cesse le confinement de notre lutte et de nos amitiés

    Ce texte, publié sur le blog Nous sommes tou-te-s des malfaiteur-euse-s, est porté par des personnes mises en examen dans le cadre de l’information judiciaire ouverte sur des militants de Bure. Il a été rédigé par le biais de complexes allers-retours du fait de leurs contrôles judiciaires qui les obligent à « s’abstenir de rentrer en relation » entre elles. Par cette tribune, publiée également sur Reporterre et Mediapart et faisant suite à une enquête en trois volets elles souhaitent se réapproprier tant bien que mal une expression collective face à cette répression atomisante.

0 | 10 | 20 | 30