À nos « Centrales »

« Mettez-vous seulement en chemin : d’emblée vous verrez le but s’incarner devant vous. Le tout premier pas pour vous consiste à entendre la vérité. Elle est d’un goût amer, comme mainte racine, mais en croissant elle portera des fruits sucrés », Gustav Landauer.

Chères « Centrales »,

Depuis le 05 décembre 2019, la lutte contre la réforme des retraites est en cours. Elle est longue. Elle est historique.
Depuis maintenant plus de 40 jours, des secteurs sont sont très fortement mobilisés et en grèves comme c’est le cas à la RATP ou à la SNCF.
Depuis maintenant plus de 40 jours, ce mouvement social vit et persiste grâce à Vos bases (c’est ainsi que nous sommes qualifiés trivialement), sans vous.
Depuis maintenant plus de 40 jours, Vos militant.e.s se font tabasser sur leurs piquets de grève et en manifestations. Les arrestations se multiplient.
Depuis maintenant plus de 40 jours, vous avez, une nouvelle fois, fait le choix de la stratégie de la défaite, de celle de l’échec.
Depuis maintenant plus de 40 jours, vous tergiversez, vous continuez d’appeler à de simples « manifs perlées », vous demandez aux secteurs de s’organiser -pour ne pas dire de se démerder, de durer, de se multiplier mais sans les soutenir, ou si maladroitement.
Depuis maintenant plus de 40 jours, Vos bases se demandent si vous connaissez la notion de grève générale. Pas une incantation, non, mais une grève générale active ! Celle qui se produit lorsque « les travailleurs vont si loin qu’ils affament les capitalistes, parce qu’ils ne travaillent plus pour les capitalistes, mais pour leurs propres besoins ».

Chères « Centrales »,

Depuis maintenant plus de 40 jours, nous nous demandons quand est-ce que vous allez appeler collectivement à couper les flux, à bloquer l’économie, à nous (re)lever face à ce système autoritaire. Nous ne pouvons savoir si vous serez écoutées, vous qui vous êtes si éloignées de Vos bases mais, pour une fois agissez dignement.

Des syndiqué.e.s



Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Contre la réforme des retraites

Réforme des retraites : retour sur une lutte loin d’être terminée

Réalisé à Dijon durant l’hiver dernier, ce documentaire sonore revient sur la convergence qui s’est produite entre les différents acteurs et actrices du mouvement des retraites. L’idée est de comprendre les raisons de cette mobilisation. Qu’est-ce qui a poussé les cheminot.es, les pompier.es, les avocat.es, les infirmier.es, le personnel de l’éducation, les étudiant.es les gilets jaunes et les féministes dans la rue ? Pourquoi et comment toutes ces personnes ont lutté ensemble ?

Le Gang de la Clémentine, récit du mouvement social à Chalon-sur-saone

Le Gang de la Clémentine défraya la chronique pour la première fois au cours de l’hiver 2019-2020, dans la petite ville de Chalon-sur-Saône. Son origine se confond avec celle du mouvement social contre la retraite à points.
Ce récit est une reconstitution des faits qui se déroulèrent au cours de cet hiver.

Articles de la même thématique : Syndicalisme

[Dijon] « Grève surprise » au CHU

Ce lundi matin, les infirmier·es de bloc opératoire (IBODE) du CHU de Dijon se sont mis en grève. Ils et elles revendiquent l’application d’un texte de revalorisation salariale que d’autres hôpitaux appliquent déjà.

Débrayage chez Procter & Gamble où 27 emplois sont menacés

Ce vendredi matin, une cinquantaine de travailleurs et de travailleuses de l’entreprise Procter & Gamble ont débrayé entre 9h30 et 10h30 pour défendre leur emploi. Dans un communiqué, l’intersyndicale CFDT, FO, SUD annoncait en effet que la direction de l’entreprise s’apprêtait à supprimer 27 postes sur les 80 que compte le site de Dijon.