Appel à occupation dès maintenant sur le triangle de Gonesse !

Depuis le dimanche 7 février au matin, des gens occupent un terrain sur le triangle de Gonesse au nord de Paris, pour exiger l’abandon du projet de la gare dont les travaux peuvent commencer dès lundi.

Une occupation a commencé ce dimanche ! Besoin de monde demain (lundi) dès 6h !

5 cabanes, une cuisine et des toilettes sèches sont montées. Nous sommes une quinzaine de militant.es à dormir sur place, à discuter autour du feu, sous la neige mais plus déterminé.es que jamais.
Une camionette et une dizaine de policiers nous surveillent de loin. Nous avons un besoin urgent de monde pour que la Zad tienne.

Il s’agit d’une chance rare de monter une Zad aux portes de Paris. Rejoignez-nous !

"Dans la course de vitesse entre les plus de 8 000 signataires du Serment du Triangle qui se sont engagés à protéger le vivant qui portent ces terres contre toute tentative d’artificialisation et de destruction, et la Société du Grand Paris qui veut bétonner à tout prix en construisant une gare au milieu des champs, sans le moindre projet utile justifiant l’artificialisation définitive de terres parmi les plus fertiles d’Europe, nous avons décidé de monter d’un cran dans l’action que nous menons depuis plusieurs années, en occupant le Triangle. Rejoignez-nous nombreux.ses. Retour ligne automatique
Il est encore temps d’éviter le pire, de se mettre autour d’une table pour discuter de l’avenir. Le Triangle nous protège des canicules et peut nous nourrir. Nous le défendrons jusqu’au bout !"

Communiqué de presse. Occupation du Triangle de Gonesse

Le matériel dont nous avons besoin : bois de construction, pour faire du feu, palettes, bâches, clous, vis, perceuses, visseuses, lino, papier peint, nourriture....

Pour info la Zad a de l’eau et de l’électricité !

Adresse : chemin de la Justice, Patte d’Oie de Gonesse

Le but est d’y installer un campement qui pourra servir de base pour des actions visant à entraver les machines, mais aussi de lieu d’organisation pour d’autres luttes ami.es, comme la lutte sur le plateau de Saclay.

RDV dès que possible sur la friche à droite avant la barrière verte.

Apportez matériel de construction, denrées alimentaires et détermination !

Pour vous y rendre : https://ouiauxterresdegonesse.fr/wp-content/uploads/2018/10/Plan_acc%C3%A8s_parcelle_2018.pdf

JPEG - 417.7 ko


Proposer un complément d'info

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Articles de la même thématique : Luttes territoriales

Les Jardins de l’Engrenage demandent l’abandon du projet Garden State

Les Jardins de l’Engrenage occupent et prennent soin depuis 9 mois d’une vaste friche arborée avenue de Langres. Dans une lettre ouverte au Maire de Dijon et au promoteur Ghitti, nous demandons l’abandon du programme « Garden State » de 307 logements, et l’aménagement d’un espace naturel
co-construit avec les habitants.

Zad du Carnet : expulsion confirmée

On s’attend à une intervention des flics dans les prochains jours. On a donc besoin de soutien moral, humain et matériel ! Si tu veux défendre la ZAD du Carnet : c’est maintenant ou jamais !

Articles de la même thématique : ZADs

Au Carnet, nous nous mobilisons aussi contre le mensonge de la transition écologique !

Nous inscrivons notre lutte au Carnet dans celle contre le capitalisme vert, car nous ne croyons pas à une transition qui refuse de remettre en cause les dominations qui structurent nos sociétés. Ici, nous essayons de construire une forme d’autonomie et pour nous, construire l’autonomie passe par la réappropriation de notre façon de penser le monde que nous habitons, loin de l’écologie productiviste qu’on nous impose.